Accueil » Découvrir les projets » Soutiens » Une année au centre Yalla

Une année au centre Yalla

  • Image du projet Une année au centre Yalla
  • Image du projet Une année au centre Yalla
  • Image du projet Une année au centre Yalla
  • Image du projet Une année au centre Yalla
  • Image du projet Une année au centre Yalla
  • Image du projet Une année au centre Yalla
  • Image du projet Une année au centre Yalla
  • Image du projet Une année au centre Yalla
Soutiens
Soutiens terminés Projet réalisé !

Yalla ! pour les Enfants

Notre mission est l'éducation d’aujourd’hui pour préparer l...

Yalla ! pour les Enfants

Notre mission est l'éducation d’aujourd’hui pour préparer l...

Yalla ! pour les Enfants
Yalla ! pour les Enfants

Yalla ! pour les Enfants

Notre mission est l'éducation d’aujourd’hui pour préparer l...

Le projet

Le projet porté par Yalla ! vise à mettre et remettre 125 enfants syriens fragilisés par la guerre et l’exil et déscolarisés à la suite du conflit syrien sur le chemin de l’école en leur offrant un enseignement de qualité malgré leur situation d’exil. Il vise également à soutenir l’épanouissement personnel de 80 enfants syriens et libanais en situation de vulnérabilité.

L’association propose une méthodologie alternative centrée sur l’épanouissement et le bien-être de l’enfant. Le centre Yalla ! ouvre ses portes du lundi au vendredi dans des locaux loués au sein d’un institut libanais partenaire. L'équipe pédagogique, composée d’un directeur des études et de sept intervenants syriens et libanais, enseigne les fondamentaux du programme scolaire en arabe, anglais et mathématiques. Les enfants bénéficient également de cours d’initiation à la langue française, aux sciences et à la géographie. Une large place est donnée aux activités ludiques, d’art manuel et sportives, afin de contribuer à l’épanouissement et au développement personnel des enfants. Les enfants accueillis, âgés cette année de 4 à 8 ans, sont répartis en fonction de leurs âges et de leur niveau d’apprentissage.

Le projet "Une année au centre Yalla!" est innovant et se démarque dans la mesure où il combine trois facteurs essentiels et complémentaires de la réussite d’un projet d’éducation d’enfants fragilisés par l’exil : une approche globale de la scolarité des élèves et leur épanouissement ; un ancrage local intégré dans la construction de la paix ; et un curriculum adapté aux enfants fragilisés par l’exil.

Notre projet implique les bénéficiaires de l’aide à toutes les étapes du développement du projet afin de garantir son
efficacité et sa pérennité. Cela s'inscrit dans la volonté d'apporter une aide à la crise migratoire syrienne, sans s'imposer comme un acteur étranger salvateur. Notre projet s'appuie ainsi notamment sur notre partenariat avec une ONG locale DELTA, qui participe au financement des locaux du centre Yalla! et avec qui s'opèrent des partages de connaissances, de compétences et de répartition de tâches de mise en œuvre et suivi du projet.
 

A quelle problématique sociale répond-il ?

Plus de sept ans après le début de la guerre en Syrie, le Liban accueille toujours presque un million de réfugiés syriens dont la moitié est des enfants. Cet afflux a accentué les pressions qui pesaient déjà sur les services publics (santé, éducation) ainsi que sur les infrastructures, exacerbant les tensions avec la population locale.

Les populations au Liban font effectivement face à une grave crise économique. Les revenus des familles les plus pauvres ont stagné ou baissé de 25 à 30% entre 2010 et 2017, du fait notamment des impacts indirects de la guerre en Syrie. Quant aux réfugiés syriens, beaucoup n’ont pas de sources de revenus. Plus de 70% d’entre eux vivent sous le seuil de pauvreté et sont totalement dépendants de l’aide humanitaire.

Le système éducatif libanais, déjà saturé, ne peut absorber le grand nombre d’élèves supplémentaires que sont ces presque 500 000 enfants syriens. Dans l’agglomération d’Aley, Mont Liban, malgré les efforts des autorités pour la scolarisation des enfants, à travers le programme de second shift et l’Accelerated Learning Program, de nombreux enfants n’ont pas de place dans les écoles publiques et privées. C’est le cas notamment des enfants de moins de 7 ans, qui ne sont pas pris en charge par le programme libanais.

Or, l’absence de scolarisation ralentit le développement psychomoteur, social et intellectuel des enfants et retarde
gravement leur niveau scolaire. Ces retards nuisent à leur scolarité entière et, de fait, rendent les enfants plus vulnérables au décrochage scolaire.

Le décrochage scolaire des enfants en situation d’exil les rend fortement vulnérables au mariage précoce pour les filles, au travail pour les garçons et certaines filles, voire à l’embrigadement dans des groupes armés pour les garçons.

 

Quelle est la solution apportée ?

L'association se propose de pallier ce manque grâce à son centre éducatif et artistique, accueillant des enfants syriens réfugiés entre 4 et 8 ans, du lundi au vendredi. Les enseignants ont été spécialement formés et leur dispensent un programme pluridisciplinaire adapté, leur permettant de devenir indépendants et préparant leur retour à l'école. Chaque jour, le centre organise également des activités psycho-sociales contribuant à leur épanouissement et leur bien-être.
 

Ils ont soutenu...