Accueil » Découvrir les projets » Campagnes » Toutes à l'école !

Toutes à l'école !

  • Image du projet Toutes à l'école !
  • Image du projet Toutes à l'école !
  • Image du projet Toutes à l'école !
  • Image du projet Toutes à l'école !
  • Image du projet Toutes à l'école !
  • Image du projet Toutes à l'école !
  • Image du projet Toutes à l'école !
  • Image du projet Toutes à l'école !

sur un objectif
de 2 600

icone réaliséCampagne terminée
icone mecenes54 mécènes
Initiative Développement
icone map

Moundou

icone deduction
IR 2018 IS 2018

Initiative Développement

Répondre aux besoins de base en renforçant les compétences vers l’autonomie et la pérennité 20 programmes d'appui au développement Nos 3 missions : ...

Initiative Développement

Répondre aux besoins de base en renforçant les compétences vers l’autonomie et la pérennité 20 programmes d'appui au développement Nos 3 missions : ...

Initiative Développement
icone map

Moundou

icone deduction
IR 2018 IS 2018
Initiative Développement
icone map

Moundou

icone deduction
IR 2018 IS 2018

Initiative Développement

Répondre aux besoins de base en renforçant les compétences vers l’autonomie et la pérennité 20 programmes d'appui au développement Nos 3 missions : ...

Luttons contre les inégalités entre filles et garçons au Tchad grâce à l’école !

Dans le monde, c’est plus de 130 millions de filles qui ne vont pas à l’école ! Pour ID, l'accès à l’éducation est la porte d’entrée du développement d’un pays. Pourtant, la scolarisation reste un problème majeur au Tchad, spécialement pour les filles de la zone rurale de Moundou, dans le sud du pays. Pour une population éclairée, citoyenne en capacité de prendre des décisions en faveur du plus grand nombre, il est essentiel de pouvoir écrire, lire, compter, analyser, et ce que l'on soit garçon ou fille !

L'école  au Tchad doit lutter contre les inégalités entre filles et gaçons

A l’approche de leurs 10 ans, les filles ont encore bien plus de risques que les garçons d’avoir à stopper leur scolarité : assurer les travaux domestiques ou agricoles, pour apporter un complément de revenus à leur famille, ou être mariée trop tôt. L'école est pourtant un levier essentiel pour lutter contre la pauvreté, et améliorer considérablement la santé des femmes et de leurs enfants.

ID travaille avec tous et toutes pour une meilleur intégration des petites filles à l'école.

Le savoir : leur meilleure arme pour un développement plus équitable

ID travaille en améliorant leur accès aux savoirs, sous toutes ses formes :

Le savoir « scolaire » : améliorer la pédagogie des professeurs pour un enseignement de meilleure qualité

ID travaille à la fois sur l’amélioration de la formation des professeurs (pédagogie active, renforcement des compétences en savoir de base : français, mathématiques, sciences d'observation et hygiène) et sur l’équipement des élèves en matériel scolaire (distribution de kits scolaires). Un module de formation sur l'intégration du genre complète cet accompagnement.

Le savoir faire : une bonne gestion de l'école pour maintenir la motivation de tous et toutes

Les écoles rurales tchadiennes sont gérée par les Associations de Parents d’Elèves. Les associationde parents d'élèves (APE) sont les organes gestionnaires du fonctionnement de l'école (recrutement des professeurs, collecte des frais de scolarité, paiement des salaires, gestion générale du fonctionnement de l’école). Or leur manque de formation entraîne des dysfonctionnements énormes, notamment sur le non paiement des salaires des professeurs. ID appuie très concrètement les APE à la bonne gestion de l’école. Recueillir les frais d’écolage et bien payer les professeurs sont les clefs pour maintenir la motivation de ces professeurs !

Le savoir Être

L’école que promeut ID vise à donner plus de chances aux filles pour construire leur futur. Instaurer plus d’égalité entre filles et garçons est le défi à relever pour former de futurs citoyen/nes tchadien/nes. Pour maintenir ces filles à l’école, ID agit de manière très concrète en réunissant familles, enseignant/es, directeurs et élèves eux même pour échanger sur les problèmes identifiés et les solutions à apporter. Les solutions sont formulées par les concerné/es, ce qui garantit l'implication de tous et toutes dans cette démarche de changement volontaire.

Chacun/e a un rôle à jouer pour que les filles continuent à être scolarisées : filles, garçons, parents, professeurs, tous doivent travailler ensemble vers ce but commun !

Nous avons besoin de vous !

Afin de mener à bien ce projet, nous avons un premier objectif à hauteur de 2600€ qui nous permettra de financer :

  • 6 mois de formations pour les professeur/es (900€)
  • 350 bourses d'excellence attribuées aux élèves les plus engagés dans la démarche (200€)
  • Financement de 100 kits scolaires offerts dans le cadre du concours aux élèves les plus engagé/es dans la démarche (1500€)

Si nous atteignons cet objectif, les fonds supplémentaires permettront

  •  La réalisation d’émissions radio pour sensibiliser le grand public à la question du genre à l'école, car la radio est un média primordial en Afrique  pour toucher toutes les familles  rurales ou urbaines ! (200€)
  • L’élaboration de 2 guides sur l’approche genre. Ces livrets pourront servir à d'autres écoles qui souhaitent se lancer dans des projets d'école; et à d'autres femmes qui souhaitent se regrouper en association pour s'impliquer davantage dans la vie de l'école. Ils seront aussi à destination d'autres ONG qui oeuvrent dans l'éducation (pour appuyer la mise en place de ces pratiques), et aux institutions étatiques de l'éducation nationale (500€)
  • L’organisation d’un forum national  sur la déperdition scolaire. Il sera animé à N'Djamena en juillet. Seront invités les représentants nationaux et régionaux/départementaux de l'éducation nationale (ministères et divisions régionales, inspections pédagogiques, ..) ainsi que des représentants d'autres ONG.  Son but : sensibiliser les acteurs de l’éducation du pays tout entier à l’intérêt de l’approche genre dans la lutte contre la déperdition scolaire (800€)

 

Ensemble, donnons accès à l’école aux jeunes filles tchadiennes

Et parcourons un bout du chemin pour l’égalité filles-garçons dans le monde !

 

Je choisis le montant de mon don...

  • 10
  • 50
  • 125
  • 250
  • 500
  • 1 000

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand merci !
  • Votre inscription à la newsletter d'ID
  • Une lettre d'informations spéciale sur le projet
  • Un conte tchadien envoyé par mail
  • Votre nom sur le mur des mécènes
  • Une vidéo exclusive du projet
  • Un calendrier 2018 sur le projet
  • Une invitation à une rencontre avec le responsable du projet en France
  • 500
  • 1 000
  • 3 000

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand merci !
  • Votre inscription à la newsletter d'ID
  • Une lettre d'informations spéciale sur le projet
  • Un conte tchadien envoyé par mail
  • Un calendrier 2018 sur le projet
  • Le logo et le nom de votre entreprise sur notre site internet
  • Une rencontre avec un de nos responsables de projet pour vous et vos salariés

La vie du projet

06 avr.

MERCI ! Grâce à vous 110% atteints pour le projet "Toutes à l'école" d'ID

Aujourd’hui grâce à votre mobilisation nous avons atteint et même dépassé notre objectif de collecte ! Un grand MERCI !

Votre aide est précieuse et elle contribue à  financer des actions concrètes menées par ID et les acteurs de l'éducation sur place : 6 mois de formations sur le genre dispensées aux professeurs, 350 bourses d’excellence et 100 kits scolaires distribués aux élèves les plus impliqués dans le respect des filles à l'école, des émissions de radio réalisées pour diffuser largement les messages de sensibilisation sur l'importance du maintien des filles à l'école. Tout cela participe concrètement à la lutte contre la déscolarisation précoce des filles au Tchad.

Ce projet  vise un changement profond des habitudes et un meilleur accueil des filles à l'école, ensemble nous contribuons à faire avancer les choses pour ces citoyen/nes de demain !

 

19 mar.

Former et donner envie d'être de bons enseignant/es sans distinction de genre envers les élèves !

Claudine est animatrice pédagogique au CDFCEFP ( centre de formation des professeurs) de la Région de Moundou. Elle connaît bien les projets d'ID et les problèmes présents sur cette zone très rurale du sud du Tchad. elle témoigne des avancées dont elle est témoin depuis le démarrage de ce projet et des défis qu'ensemble ID et les moundoulais, institutions et citoyens ont commencé à relever.

"Nos enseignants au Tchad sont pour la majorité des enseignants communautaires avec des niveaux hétérogènes. Certains sont formés et d’autres enseignent  sans formation. Ce sont ces derniers qui dominent : plus de 70% des enseignants sont des enseignants communautaires non formés, particulièrement en zone rurale comme ici près de Moundou. Notre mission est de les former, de leur apporter un appui sur la pédagogie active, ce que nous avons travaillé avec ID durant plus de 5 ans. Ce qui nous a conduit à travailler ensemble, avec ID, au montage de séquences  spécifiques sur le genre. Par exemple, des fiches ont été faites pour que les enseignants puissent communiquer sur ce sujet mal conuu des enseignant/es. C’est un suivi appui, un suivi qui lie la théorie à la pratique. Pour que les garçons et les filles se considèrent enfants, frères et sœurs, pour qu’ils puissent travailler ensemble, main dans la main, pour que les filles se donnent les moyens de pouvoir réussir comme les garçons, pour que les garçons considèrent les filles comme leurs égales.

On a vu que ça a changé, cela se constate, cela se vit sur le terrain. Aujourd’hui, quand vous allez dans les classes, il y a plus de filles. Les filles ont épaté les villages, leurs enseignants. Les meilleurs de certaines classes, sont des filles. Les filles ont pris conscience de leurs capacités et de leurs droits à réussir. C’est nouveau mais c’est en marche. L'autre effet que l'on voit, c'est au niveau des familles, grâce au travail des Associations de Parents d'Elèves, des Associations de Mamans d'Elèves qui participent à la sensibilisation des familles ! Et même les enfants eux même sont en train de changer dans leurs comportements : le genre est en train de s’installer à l'école et dans les familles !"

26 fév.

L'école : un droit pour toutes

23 fév.

L’accès à l’éducation dans le monde progresse, mais les inégalités filles garçons persistent

Soutenir la scolarité c'est permettre le développement des pays

Le taux de scolarisation dans le monde a augmenté ces 15 dernières années, cependant cela n’exprime en rien les conditions d’enseignement. Les disparités sont présentes d’une région du monde à une autre, d’un pays à un autre, mais également au sein des pays eux-mêmes, entre zones urbaines et rurales par exemple.
Malgré les améliorations plusieurs problèmes persistent : le taux de scolarisation des filles relativement bas, l’accès à un enseignement de faible qualité, le coût de l’éducation trop élevé par rapport aux ressources financières d’un foyer, le manque d’équipement en latrine dans de nombreuses écoles, la question du genre… Toutes ces difficultés ne bénéficient pas au développement des pays.

Pour le développement d’un pays, l’accès au savoir est une arme. Les pays qui rencontrent le plus d’obstacles en termes d’éducation sont souvent ceux qui font face aux plus grandes difficultés pour se développer. L’école est la porte d’entrée vers la citoyenneté.

Maintenir les petites fille filles à l'école, c'est leur Donner l'opportunité d'une vie meilleure

Au Tchad l’accès à l’éducation est bien plus problématique pour les filles que pour les garçons. Alors que 48% des filles vont à l’école à partir de l’âge de 6 ans, seules 33% continuent jusqu’à l’âge de 12 ans. Bien que ces résultats soient en constante hausse depuis le début des interventions d’Initiative Développement, les 6 années d’école ne suffisent malheureusement pas à acquérir les savoirs fondamentaux. Le taux d’illettrisme du pays perdure (78% des plus de 15 ans) et amplifie encore ce problème...

De plus, la qualité de l’éducation pose souvent question. Ce n’est pas faute d’investissement et de volonté de la part du gouvernement tchadien. Malgré les 20% du PIB investis dans l’éducation chaque année, le niveau de l’enseignement demeure faible. En effet, peu de professeurs du cycle primaire sont allés au-delà du niveau 1ère et ils ont pour la majorité un niveau inférieur (collège - 4ème) ce qui explique leurs difficultés à enseigner. Il est donc important pour Initiative Développement de contribuer à leur formation sur les savoirs fondamentaux, la pédagogie, mais également sur la question du genre et de l’hygiène.

Faire évoluer  les représentations de chacun/e sur les femmes, cela commence à l 'école

Les modèles féminins de réussite au Tchad sont rares, de ce fait, les petites filles éprouvent des difficultés à se projeter dans un futur professionnel. Toutefois, dans la région de Moundou, zone d’intervention d’Initiative Développement, 12% de femmes font aujourd’hui parti du corps enseignant, contre 9,5% dans le reste du pays. Les interventions d’ID ont permis d’accroître ce chiffre en 10 ans ce qui représente tout de même une belle réussite. Pour faire évoluer les choses, il est primordial d'offrir des exemples de réussite féminine aux petites filles. Mais ID ne sa cantonne pas à travailler uniquement avec les femmes, ID travaille à faire évoluer les représentations de toute la communauté : enseignant/es, institutions scolaires, associations de parents d'élèves qui regroupent hiommes et femmes, ainsi que garçons et filles scolarisés. Travailler ensemble, c'est bien là la plus value du projet d'ID, car lutter contre les inégalités c'est avant tout permettre à tou/tes de se rassembler autour d'un objectif commun : améliorer la situation des femme pour faire avancer le pays !

23 fév.

Retour sur 10 ans d’actions sur l’éducation au Tchad

Depuis plus de 10 ans, Initiative Développement (ID) intervient sur l’amélioration de l’éducation dans 21 écoles en zone rurale aux alentours de Moundou au Sud du Tchad. Plus de 8000 élèves ont ainsi pu voir leurs conditions de scolarité améliorées grâce aux différentes actions menées par ID.


Afin de répondre aux problématiques du pays, ID a développé le programme d’éducation en se focalisant sur 3 champs d’actions. A savoir,  améliorer les conditions d’accueil pour qu’elles soient plus propices à l’apprentissage, travailler avec les centres de formation des maîtres et maîtresses et accompagner les Associations de Parents d’Elèves (APE) sur la gestion des écoles. Initiative Développement a travaillé avec toutes les personnes concernées par cette problématique : les maîtres et maitresses, les parents, les APE mais également les élèves eux même.


L’école est la porte d’entrée vers la citoyenneté.


Initiative Développement a contribué à l’amélioration des conditions d’éducation au Tchad. D’abord grâce à l’installation de table bancs (fabriqués sur place par des artisans tchadiens) mais également à la dotation des écoles en livres scolaires conseillés par le ministère de l’éducation tchadien. ID respecte le programme scolaire mis en place au niveau national afin d’optimiser les chances de réussite du programme. L’objectif était double, renforcer les conditions d’éducation au Tchad mais également l’économie. Fabriquer et acheter local, permet en effet, de faire bénéficier tant les artisans locaux que les élèves.


Une fois les conditions matérielles améliorées, l’autre levier de renforcement de l’éducation a consisté à mieux former les maîtres et maîtresses. Le niveau scolaire de ces derniers n’excédant que rarement la 4ème (collège), alors qu’en France le niveau requis est bac +5. Ainsi, ID a travaillé avec les centres de formation des maîtres (équivalent de l’IUFM en France) afin d’améliorer leurs pratiques pédagogiques. Les maîtres et maîtresses ont également bénéficié de nombreuses formations sur les matières élémentaires primordiales dans le cycle scolaire (français, mathématiques, sciences d’observation et d’hygiène…).


En parallèle, un travail essentiel a été mené avec les associations de parents d’élèves (APE). Ces structures associatives sont en charge de la gestion des écoles : recrutement des professeurs, paiement de leur salaire et gestion générale du fonctionnement de l’école. Initiative Développement a guidé les APE dans leur recherche de financements et surtout de pérennisation. Des activités génératrices de revenus ont ainsi été mises en place afin d’obtenir suffisamment de fonds pour financer l’intégralité des charges. Un moulin à céréales a été installé, de même que des activités de transformation des arachides.


Initiative Développement est là en appui, en accompagnement, mais surtout ne fait pas et ne décide pas à la place des personnes concernées (parents, enseignants et enseignantes, maîtres et maîtresses, élèves…). Le programme repose sur l’engagement et la responsabilisation de tous et toutes dans cette démarche d’amélioration.


Aujourd’hui, la situation de l’éducation à Moundou s’est améliorée mais reste néanmoins très fragile. Les jeunes filles à partir de 10 ans sont peu, voire pas scolarisées. C’est pourquoi Initiative Développement agit continuellement avec les acteurs locaux concerné dans cette démarche d’amélioration qui  nécessite du temps et de l’investissement.

11 oct.

Votre contribution à la campagne "Toutes à l'école" porte déjà ses fruits avec la tenue du premier forum sur la déperdition scolaire au Tchad !

Aujourd'hui, "Journée Internationale de la fille", est symboliquement paru dans le journal "tchad infos.com" un article sur le forum qui s'est tenu  dans la capitale tchadienne N'Djamena sur "la déperdition scolaire".

C'était l'une des ambitions forte du projet que vous avez contribuée à financer :  organiser ce grand rendez vous réunissant professeur/es, représentant/es des parents d'élèves et membres du ministère de l'Education pour débattre de cette problématique. 

Le maintien à l'école est un défi majeur majeur pour le Tchad, la scolarisation des filles, un enjeu sociétal !

Votre aide nous a permis, entre autres, de pouvoir mener à bien ce projet  de forum d'échanges en impliquant toutes les parties prenantes de l'éducation. Pour en savoir plus découvrez l'article de Tchadinfos .com

Merci pour votre confiance

 

 

 

30 mar.

MERCIIIIIIIIIIi////108% //// Grâce à vous, nous avons relevé le défi pour la scolarisation de milliers de petites filles au Tchad !

Aujourd’hui grâce à votre mobilisation nous avons atteint et même dépassé notre objectif de collecte ! Un grand MERCI !

Votre aide est précieuse et grâce à vous, nous allons pouvoir  financer 6 mois de formations sur le genre  aux professeurs, distribuer 350 bourses d’excellence et 100 kits scolaires aux élèves les plus impliqués dans le respect des filles à l'école. Grâce à votre mobilisation supplémentaire, l'équipe pourra monter un cycle d'émissions de radio qui permettra de sensibiliser à l'importnce de maintenir les filles à l'école, au delà des 21 écoles que nous accompagnons déjà !

Ce projet  vise un changement profond des habitudes et un meilleur accueil des filles à l'écol, ensemble nous contribuons à faire avancer les choses pour ces citoyen/nes de demain.

 

 

08 mar.

Travailler avec les associations de terrain pour impliquer toute la communauté : Zoom sur l'UFEP

« L’UFEP conscientise, mobilise dans beaucoup de chose, parmi lesquelles l’éducation. La collaboration avec ID consiste à conscientiser les parents, surtout les mamans à s’occuper des jeunes filles et leur laisser un temps pour aller à l’école, un temps pour s’occuper de l’éducation, de ce qu’elles apprennent à l’école. » - Rachel – Vice-Présidente de l’UFEP (Union des femmes pour la paix)L'UFEP, une association engagée au service du droit des femmes

L’école que promeut ID en partenariat avec tous les partenaires locaux vise à donner plus de chances aux filles pour construire leur futur. L’éducation doit être sans distinction. Instaurer plus d’égalité entre filles et garçons est le défi à relever pour former de futurs citoyen/nes tchadien/nes. C’est un véritable défi auquel ID répond an s’appuyant sur l’UFEP ainsi que d’autres partenaires locaux. Les femmes Tchadiennes quant à elles, contribuent largement au changement et au développement de l’éducation au Tchad.Au Tchad, la scolarisation pour les filles reste un problème majeur. En effet, à l’approche de leurs 10 ans, les filles ont encore bien plus de risques que les garçons d’avoir à stopper leur scolarité pour assurer les travaux domestiques ou agricoles, pour apporter un complément de revenus à leur famille, ou être mariée trop tôt. L'école est pourtant un levier essentiel pour lutter contre la pauvreté, et améliorer considérablement la santé des femmes et de leurs enfants.

Lutter contre les inégalités de genre, c'est l'affaire de tous et toutes

Afin de luter contre ces inégalités, Initiative Développement (ID) travaille avec les acteurs locaux Tchadiens. L’un des partenaires principal dans la mise en place du programme d’accès à l’éducation pour les filles au Tchad est l’UFEP. C’est est un réseau de 60 organisations féminines qui défendent l’autonomisation de la femme. L’UFEP appuie l’autonomisation des femmes notamment grâce à un service d’assistance juridique, des ateliers de sensibilisation et de formation aux droits des femmes. Ces femmes militantes prennent un véritable rôle dans le développement de la société Tchadienne.L’UFEP a développé une grande expertise dans les problématiques liées au genre.

Ensemble, faire évoluer les représentations sur l'école

Elle a donc naturellement pris part à la conception ainsi qu’à la mise en place du projet de maintien des fillettes à l’école, et ce dès sa conception. En effet, ce réseau contribue à la formation des enseignants sur le genre, problématique au cœur de l’éducation et de la vie citoyenne du pays. Près de 900 enseignants ont ainsi pu être formés dans la région de Moundou. L’UFEP participe également à l’élaboration des différents outils pédagogiques sensibles au genre.
L’UFEP considère que la femme doit prendre sa place dans la société, mais cela doit passer par l’accès à l’éducation. Pour une population éclairée, citoyenne en capacité de prendre des décisions en faveur du plus grand nombre, il est essentiel de pouvoir écrire, lire, compter, analyser, et ce que l'on soit garçon ou fille !
 

Ils ont donné...