Accueil » Découvrir les projets » Campagnes » TOUS POUR LE NU ORANGE !

TOUS POUR LE NU ORANGE !

UN GRAND MERCI à Tous. Grâce à vous avons atteint les 100%. À 53 000€ les frais de restauration seraient couverts ! Allons-y tous ensemble

collectés sur un objectif
de 50 000

110%
icone mecenes 356 donateurs
icone réalisé Campagne terminée
Ville

Le Cannet

IR 2019 / IS 2019

Les dons donnent droit à une réduction fiscale

Une oeuvre solaire et énigmatique...

Le musée Bonnard et la ville du Cannet vous proposent de prendre part à un nouveau défi : faire revenir sur le territoire français une oeuvre magistrale de la période cannetane de Bonnard intitulée ... Nu orange.

Réalisée vers 1943, cette oeuvre solaire et énigmatique est tout à fait atypique dans la production de Bonnard. Elle est très proche des oeuvres de fin de vie de l’artiste où il oscille entre figuration et abstraction. Entre intérieur et extérieur, il brouille les lois de la perspective tout en entretenant un dialogue essentiel avec la Nature.

Cette œuvre viendrait rejoindre les deux dessins préparatoires que le musée possède déjà. Elle présente le dernier modèle de Bonnard après le décès de Marthe, son épouse et modèle.

Toile inédite, Nu orange n’a été présentée en France qu’une seule fois lors d’une exposition il y a près de 20 ans. Son retour en France serait une véritable (re)découverte !

Le sujet, le cadrage et les couleurs lumineuses de cette œuvre expriment toute la quintessence de l’art de Bonnard.

Mobilisons nous pour enrichir les collections du musée Bonnard, 

Prenez-part à cette acquisition exceptionnelle ! Vous serez ainsi acteur d'une redécouverte patrimoniale unique !

#TousPourLeNuOrange

À quoi va servir cette collecte ?

Image du projet TOUS POUR LE NU ORANGE !

Le prix de vente du Nu orange est fixé à 528 000€.

Aujourd’hui, la renommée de l’oeuvre de Bonnard impacte fortement sa cote tant en France qu’à l’étranger.

Aussi, afin de poursuivre ses acquisitions pour proposer une vision de l’oeuvre de l’artiste toujours renouvelée, la ville du Cannet et le musée Bonnard se tournent vers le financement participatif et espèrent mobiliser à nouveau tous les amateurs et amis de l’art et de l’artiste autour de l’acquisition d’une peinture exceptionnelle de la fin de sa vie intitulée Nu orange.


Le plan prévisionnel de financement prévoit une participation du Fonds du Patrimoine, de la région Sud et de la Ville du Cannet.

Nous avons 50 jours pour atteindre 50 000 euros, soit 9.5% de la valeur de l’oeuvre.

Chaque soutien sera précieux.

#TousPourLeNuOrange

Ensemble, relevons ce défi !

> Parce que Nu orange témoigne de la poésie colorée de Bonnard qu’il atteint les dix dernières années de sa carrière !

> Parce que Nu orange est l’un des plus bel exemple de cette subtile oscillation entre figuration et abstraction !

> Parce que Nu Orange viendrait magnifiquement enrichir le parcours de nos collections !

> Parce que Nu orange reviendrait sur le territoire national français et rentrerait dans les collections du musée Bonnard !

> Parce que Nu Orange serait un contrepoint essentiel aux paysages des dernières années de sa vie !

> Parce que Nu orange est une ode à cette communion avec la Nature !

> Parce que Nu orange est un fabuleux exemple de la force poétique de Bonnard !

> Parce que Nu orange est une oeuvre exceptionnelle quasiment inédite !

 

#TousPourLeNuOrange

Par avance, un grand MERCI !

Je choisis le montant de mon don...

  • 10
  • 50
  • 100
  • 300
  • 500
  • 1 000
  • 1 500

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand Merci !
  • Recevez une reproduction de l'œuvre par voie postale
  • L'inscription de votre nom sur le site du musée si vous l'autorisez
  • Deux entrées au musée pour découvrir le Nu orange
  • Devenez membre pour un an de l'Association des Amis du musée Bonnard
  • Participez à une visite guidée animée par une conférencière du musée pour découvrir Nu orange
  • Participez à une visite privée pour vous et la personne de votre choix animée par une conférencière
  • Participez à une soirée privée pour vous et 2 invités de votre choix
  • 500
  • 1 000
  • 3 000

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand merci ! et le nom de votre entreprise sur le site museebonnard.fr
  • Le nom de votre entreprise sur le mur placé à l'entrée du musée pendant 4 mois
  • La présentation de l'oeuvre animée par une conférencière du musée pour 4 personnes
  • Bénéficiez d'une visite privée en soirée pour 20 personnes de votre choix
  • Une contrepartie surprise !

La vie du projet

28 oct.

En avant-première

Chers amis et mécènes,

 

Quelques nouvelles de notre très solaire Nu orange.

Nous vous savons impatients de le voir.
Aussi, avons-nous le plaisir de vous inviter à le découvrir seul à seul, en AVANT-PREMIÈRE,  ce 8 novembre, au Cannet.

Rien que pour vos yeux !

 

Vous pourrez également l’admirer à partir du 23 novembre 2019, dans un parcours repensé des collections intitulé "Bonnard - Une saison autour du Nu orange"

À très vite au musée Bonnard !

 

 

29 avr.

Merci à tous nos Mécènes

Chers Mécènes,

Vous nous avez merveilleusement soutenus tout au long de notre campagne de mécénat participatif pour le projet  « Tous pour le Nu orange.»

Grâce à l’engagement de tous nous avons atteint notre objectif et nous l'avons même dépassé !


Un très grand MERCI à nos 360 ambassadeurs !


Grâce à vous ce très solaire Nu orange restera à jamais en France et viendra enrichir remarquablement les collections du seul musée au monde dédié à l’œuvre de Pierre Bonnard.


Nous espérons avoir l’occasion de vous le faire découvrir dès cet été lors de l’exposition « De l’Impressionnisme à Bonnard et Picasso.» 

Encore merci pour toute la confiance et l’engagement témoignés tout au long de cette campagne !

À très bientôt.

 

18 avr.

Pierre Bonnard, entre figuration et abstraction

« Ne pas torturer la nature pour qu’elle approche de l’abstrait – L’abstrait est un départ. »  Pierre Bonnard, Carnet Verve 1943-1945.

Dans sa peinture, Pierre Bonnard ré-enchante constamment son quotidien où le moindre rendez-vous devient prétexte à une orgie de couleurs.

Mais Bonnard ne fait pas que transcrire des sensations, il  joue sur les complémentaires (une couleur opposée à une autre sur le cercle chromatique) pour obtenir des associations qui offrent le maximum de contraste et surprennent l'œil. Avec la couleur, Bonnard veut, comme il le note dans ses carnets, "trouver sans cesse de nouvelles combinaisons (...) qui répondent aux exigences de l'émotion".

La réalité devient alors prétexte en vue d’un pur travail plastique sur les moyens picturaux. Toutefois, en même temps qu’elles se saturent ainsi de tons toujours plus riches, ses œuvres s’orientent vers l’abstraction, c’est-à-dire vers la mise en évidence, aux dépens de la réalité immédiate, des valeurs les plus pures de la peinture.

Croit-on “voir” le tableau, en saisir le sens et l’essence, que soudain, un visage ou un corps nous apparaît, décentré, inattendu, exigeant de nous un autre regard, plus moderne, plus détaché de la réalité. L’atmosphère dans ces tableaux ultimes est « vibrante jusqu’au mirage » écrit François Joachim Beer en 1943.

Toutefois, comme le souligne Jean Bazaine en 1944, Bonnard ne s’évade pas dans une abstraction totale, mais opère un retour vers le réel.

******
Quelques nouvelles de notre campagne

La campagne se termine dans 5 jours.  Nous sommes à 97% de l’objectif visé.
MERCI à toute notre communauté de mécènes.
Il nous reste 5 jours pour atteindre et dépasser cet objectif. 

N’hésitez-pas à partager notre projet !

28 mar.

LE MUSÉE BONNARD VOUS ADRESSE UN GRAND MERCI

Bonjour à toutes et à tous,

 

À 27 jours de campagne, notre projet #TousPourLeNuOrange a déjà atteint 75% de son objectif.

Le musée Bonnard vous ❤️❤️❤️ & adresse un grand MERCI à vous tous.

Grâce à votre généreuse participation et soutien dès le lancement de notre campagne, le tableau Nu orange se rapproche jour après jour de sa ville natale.

Ne nous arrêtons pas là ! 

Vous êtes nos 200 précieux ambassadeurs, et vos relais peuvent faire des miracles dans la concrétisation de notre très beau projet qui prendra fin le 22 avril prochain… !

Notre campagne ne saurait se faire sans vos partages !

N'hésitez-pas à en parler autour de vous pour continuer ensemble à relever ce grand défi!

Encore un grand merci pour votre soutien, et à très bientôt pour les prochaines avancées du projet !

 

 

 

 

28 mar.

La Couleur chez Bonnard

« J’ai eu un coup des Mille et Une Nuits. La mer, les murs, jaunes, les reflets aussi colorés que les lumières … », Pierre Bonnard, 1909

 

Après un chapitre de sa vie d’artiste inspiré par les sujets parisiens, Pierre Bonnard, au début de l’été 1907, découvre le Midi, sa lumière et sa richesse chromatique.

Ce premier séjour sur la Côte d’Azur marque une date très importante dans son œuvre : c’est le début d’un corps-à-corps avec la couleur. Cette dernière détiendra désormais le premier rôle dans sa peinture. 


« Noir, blanc, brun, rouge, sienne naturelle, vermillon, laque de garance, vert émeraude outremer clair, cadmium citron, cadmium foncé » (Lettre de Pierre Bonnard à Gaston Diehl) composent sa palette, communient et donnent ainsi vie à des œuvres d’un grand magnétisme.

Nu orange et sa force poétique témoignent de la virtuosité de Pierre Bonnard dans la maîtrise de la couleur. Tout en formes rondes orangées et lumineuses, cette toile rayonne et exprime une sorte de bonheur que Pierre Bonnard retrouve à la fin de sa vie.

 

 

 

 

 

 

27 mar.

Bonnard, ses jardins

« […] avec son nez flaireur, […] et d’un doigt prudent et infiniment sensible, [Bonnard] caressait, sur les branches grêles, la naissance des bourgeons. Il pressentait les floraisons prochaines, il les vivait de tout son être, ne pouvant, ne devant penser qu’à cela. C’est avec cela que je le voyais en intime, secrète et totale communication : toute sa vie son génie n’avait fait qu’être en communication avec cela. C’est-à-dire avec la nature […]. »   Jean Cassou

 

Dans le Dauphiné, en Normandie ou sur la Côte d’Azur, Pierre Bonnard a toujours été fasciné par les jardins et en a fait l’un des thèmes majeurs de sa peinture. 
Alors que ses premières grandes compositions rappellent le jardin de son enfance au Grand-Lemps, l’évolution de sa peinture est marquée par le kaléidoscope des couleurs normandes de son « jardin sauvage ». À la différence de son ami Monet, soucieux de massifs de fleurs bien pensés, Bonnard cultive son goût pour la végétation indomptée et luxuriante. 

À partir des années 1920, la Côte d’Azur et le petit jardin de sa maison "Le Bosquet" prennent «sous son pinceau des allures de jungle paradisiaque». C’est fasciné par la richesse de la lumière méditerranéenne sur le paradis qu’est devenu pour lui son jardin enchanté du Cannet, que Bonnard peint, probablement entre 1943 et 1945 Nu orange, véritable hymne à cette communion avec la Nature.

 

01 mar.

Bonnard et la lumière méditerranéenne

André Ostier, Pierre Bonnard, Le Cannet, 1947 {c)Indivision A.A Ostier

Bonnard découvre le Midi méditerranéen vers 1907-1908, à la faveur d’une invitation de son ami Henri Manguin à Saint-Tropez.
Pour celui qui cherche à découvrir à chaque instant les sortilèges de la lumière et de la couleur, c’est un choc : « J’ai eu un coup des Mille et une Nuits. La mer, les murs jaune, les reflets aussi colorés que le lumières …» déclarera-t-il plus tard.


Bonnard connaît Le Cannet depuis le début des années 1920 ; il a alors 55 ans. Il y passe tous les ans l’hiver avant de s’y installer définitivement à la déclaration de la guerre. Il apprécie la ville pour son panorama sur la baie de Cannes et sur l’Estérel comme pour son cadre naturel et les promenades quotidiennes qu’il effectue le long du Canal de la Siagne. Il finit par trouver en 1926 une maison sur les hauteurs de la ville qu’il nomme "Le Bosquet" qui réunit l’ensemble des qualités qu’il recherche : calme, environnement naturel, point dominant, jardin, simplicité.

Impressions méditérranéennes

Ce nouvel environnement fait de solitude, de rencontres avec la nature, sa lumière et ses couleurs participent à la naissance d’un nouveau Bonnard. Plus jamais il ne s’éloignera de ce dialogue en profondeur, faisant éclore par les frémissements de la couleur « un monde charnel, sensible à la matière, à l’épiderme des choses » tel que l’écrit Jean Bazaine1 qui l’admire. Bonnard atteint l’en soi des choses qui donne à son œuvre une portée humaine et universelle. 


Le rapport de Bonnard au paysage et par extension à la nature est très prégnant, au point que celui-ci deviendra sa marque ; sa conception presque tactile de la matière, de l’espace couleur conduisent sa peinture dans une voie unique de transfiguration du réel qui ne va pas cesser de s’affirmer pour prendre une ampleur sans précédent dans les paysages du Cannet qui sont le continuum et l’aboutissement logique de sa quête d’harmonie.


Cet univers méditerranéen baigné de lumière et de couleur Bonnard l'a révélé au monde entier par les quelques 300 peintures qu’il réalisa au Bosquet.

 

 

01 mar.

Bonnard et le monde féminin

« … Par la somptuosité de la couleur, Bonnard est plus beau peintre. Par la couleur, il crée et il voit alors que les autres inventent…Bonnard était habité par quelque chose. »             Dina Vierny

 

La présence de la femme apparaît très tôt dans la peinture de Bonnard.
Andrée, sa soeur dont il fait souvent des portraits puis Berthe sa cousine dont il utilise le physique pétillant dans l'affiche France-Champagne (1891) qui déclencha sa vie de bohème.

Et puis il y a Marthe qui enchante Bonnard. Modèle, amante et compagne, elle est tour à tour baigneuse, nu assis ou à sa toilette. Habillée elle se tient près d'une cheminée, assise à table ou devant un  miroir.


Il s’attacha à d’autres visages. Misia, la séductrice, Lucienne Dupuy de Frenelle, la mystérieuse et Renée Monchaty aux yeux rêveurs.
Toutefois, Marthe est sans nul doute la femme la plus dessinée, peinte, photographiée, gravée et même sculptée qui ne pose pas mais vit devant lui. Elle est inséparable de son art.


Après la disparition de Marthe en 1942, deux modèles vont illuminer la fin de sa vie.
Dina Vierny, modèle favori de Maillol  et ….. Moucky Vernay.
Gouvernante au Bosquet en 1943 ; elle accepte de poser pour Bonnard en lui demandant un secret absolu.

Elle est le Nu orange !

Chacune de ces figures féminines expriment par un sourire, un regard, une posture l’émotion, cette sensation première. Par elles, Bonnard nous livre des instants de sa vie, de sa profonde sensibilité.

Les entreprises mécènes...

Avatar Avatar Avatar Avatar Avatar Avatar Avatar Avatar

Ils ont donné...