Accueil » Découvrir les projets » Programmes » La rue n’est pas un endroit pour grandir. Aidons les enfants à en sortir !

La rue n’est pas un endroit pour grandir. Aidons les enfants à en sortir !

  • Maraude de nuit
  • La rue est dangereuse pour les enfants
  • Enfants accompagnés par le Samusocial Burkina Faso
  • Activité ludique avec les enfants hébergés par le SSBF
  • Maraude de nuit
  • La rue est dangereuse pour les enfants
  • Enfants accompagnés par le Samusocial Burkina Faso
  • Activité ludique avec les enfants hébergés par le SSBF
Programme annuel

Programme annuel

Samusocial International
icone map

Ouagadougou

icone deduction
IR 2017 IS 2017 ISF 2018

Samusocial International

Le Samusocial International est une ONG créée en 1998 par le Docteur Emmanuelli et qui accompagne la création et le développement de dispositifs d’ai...

Samusocial International

Le Samusocial International est une ONG créée en 1998 par le Docteur Emmanuelli et qui accompagne la création et le développement de dispositifs d’ai...

Samusocial International
icone map

Ouagadougou

icone deduction
IR 2017 IS 2017 ISF 2018
Samusocial International
icone map

Ouagadougou

icone deduction
IR 2017 IS 2017 ISF 2018

Samusocial International

Le Samusocial International est une ONG créée en 1998 par le Docteur Emmanuelli et qui accompagne la création et le développement de dispositifs d’ai...

Un accompagnement et un avenir pour les enfants des rues de Ouagadougou.

 

Le Samusocial International accompagne 15 dispositifs Samusocial à travers le monde. Sur la plateforme Commeon, l’ONG met en lumière deux projets Samusocial en particulier.

Le Samusocial Burkina Faso (SSBF), association reconnue d’utilité publique, apporte une aide d’urgence  et un accompagnement aux “enfants des rues” de Ouagadougou. La rue n’est pas un endroit pour grandir : nous aidons les enfants à en sortir. Derrière le SSBF il y a une équipe engagée, professionnelle et déterminée : médecin, infirmiers, psychologue, travailleurs sociaux, éducateurs, chauffeurs accueillant-social, cuisinières, et une équipe administrative, financière et logistique.

Si vous leur demandez, ils vous diront que ce n'est pas le travail qui manque : le dernier recensement estime à près de 10 000 la population des "enfants des rues" au Burkina Faso. Ils ont entre 7 et 25 ans et sont en rupture familiale, le plus souvent suite à des violences, des situations de négligence et/ou des conflits familiaux.

 

Chaque année, nous prenons en charge au moins 800 enfants et jeunes des rues via :

Des maraudes de nuit en véhicule médicalisé, 7 jours/7, à la rencontre des enfants dans les rues de la capitale. Nous leur apportons des soins médicaux et réalisons des entretiens sociaux et des discussions éducatives. Des compléments nutritionnels sont également distribués. Nous leur proposons également des orientations pour urgence médicale ou sociale ;

Des matinées d’accueil de jour, pour les enfants vivant encore en rue. Ce service propose un espace d’hygiène où les enfants peuvent laver leurs vêtements et se laver, ainsi que des consultations et soins médicaux plus poussés qu’en rue. Nous assurons aussi une permanence d’écoute psychosociale qui permet de développer la relation d’aide et de préparer l’enfant à l’élaboration d’un "projet de sortie de rue" ou d’entamer des démarches de recherches des familles et médiations familiales ;

Un hébergement d’urgence, fonctionnant 7 jours/7 – 24h/24 au sein du centre du SSBF, pour les enfants les plus en danger dans la rue et ceux qui en font eux-mêmes la demande. Cet hébergement temporaire leur permet d’être protégés, de se reposer et d’être pris en charge sur le plan médical, sanitaire, alimentaire, social et éducatif ;

Un accompagnement social personnalisé, permettant de soutenir le projet de réinsertion (ou "projet de sortie de rue") de chaque enfant, dans toutes ses étapes ;

Des actions de prévention du phénomène : Parce qu’intervenir auprès des enfants déjà en situation de rue est indispensable mais ne suffit pas, le SSBF décide également de mener des actions complémentaires de prévention du phénomène des arrivées en rue.

 

Nous devons faire face a des besoins sans précédent : augmentation constante du nombre d'enfants des rues, jeunes qui "grandissent" dans la rue pendant des années sans aucune perspective d'avenir, système national de protection de l'Enfance à renforcer, ...

Nous voulons intensifier les efforts en 2017-2018. Mais nous ne pourrons pas Agir sans votre soutien financieR.

 

Nous utiliserons vos dons pour :

• Assurer des services médicaux de qualité : médicaments, matériel médical et équipement du cabinet médical, personnel médical professionnel et formé, ...
• Assurer des services psychologiques, sociaux et éducatifs de qualité : matériel d’animation et d’activité pour le centre d’accueil de jour et d’hébergement, personnel social et éducatif professionnel et formé, …
• Assurer un service d’hébergement et de prise en charge de tous les besoins élémentaires des enfants : produits d’hygiène et de première nécessité, denrées alimentaires, équipement et fonctionnement de la cuisine, permanences et formation continue du personnel médical, social et éducatif, …
• Permettre à l’ambulance de parcourir des milliers de kilomètres pour venir en aide dans les rues aux enfants en situation de rue
• Soutenir les projets de réinsertion des enfants et des jeunes stabilisés : retours en famille, frais de scolarisation, frais de formation professionnelle, kits d’installation professionnelle (outillage, petit équipement technique, … selon le métier) pour les jeunes ayant achevé leur formation professionnelle et prêts à prendre leur envol, …

 

Pour en découvrir plus sur le Samusocial Burkina Faso :

samusocialburkinafaso.org

 

 

*Tout don est déductible de l'Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) soit une réduction à hauteur de 75% de votre don dans la limite de 50 000 €

Je choisis le montant de mon don...

  • 10
  • 50
  • 85
  • 105
  • 275
  • 420
  • 1 100
  • 2 500

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • "Barka" ("Merci" en mooré, langue locale) !!
  • Votre nom sur le "mur des donateurs" du site internet du Samusocial Burkina Faso
  • On vous envoie par email l'Histoire d'un enfant que vous avez contribué à aider
  • Grâce à vous on peut financer 1 matinée d'accueil de jour/espace hygiène pour les enfants vivant toujours en rue
  • Grâce à vous l'équipe mobile peut réaliser 1 maraude nocturne
  • Grâce à vous on peut héberger (avec prise en charge complète) 1 enfant
  • Grâce à vous on peut accompagner 1 enfant dans son projet de réinsertion (accompagnement médical et psychosocial, médiations familiales, frais de scolarité/formation, suivi ...)
  • Grâce à vous on peut héberger (avec prise en charge complète) 4 enfants
  • Grâce à vous on peut financer 1 formation continue pour l'équipe sociale et/ou médicale
  • 420
  • 1 100
  • 2 500
  • 5 500
  • 10 000

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • "Barka" ("Merci" en mooré, langue locale) !!
  • Votre nom sur le "mur des donateurs" du site internet du Samusocial Burkina Faso
  • On vous envoie par email l'Histoire d'un enfant que vous avez contribué à aider
  • Grâce à vous on peut accompagner 1 enfant dans son projet de réinsertion (accompagnement médical et psychosocial, médiations familiales, frais de scolarité/formation, suivi ...)
  • Grâce à vous on peut héberger (avec prise en charge complète) 4 enfants
  • Grâce à vous on peut financer 1 formation continue pour l'équipe sociale et/ou médicale
  • Grâce à vous on peut héberger (avec prise en charge complète) 20 enfants
  • Grâce à vous on peut accompagner 24 enfants dans leur projet de réinsertion (accompagnement médical et psychosocial, médiations familiales, frais de scolarité/formation, suivi ...)
Coût de votre don après déduction fiscale: 0

C'est simple : vous recevrez par email votre reçu fiscal à intégrer à votre déclaration d'impôts.

La vie du projet

18 juil.

Livre Blanc : « Zéro violence dans nos familles, zéro enfant dans nos rues »

 

 

Au Burkina-Faso, on compte actuellement plus de 9000 enfants en situation de rue (recensement fin 2016).


Si, aux équipes du Samusocial Burkina Faso, les enfants rencontrés en rue signalent essentiellement, dans leurs premières déclarations, le désir de trouver du travail comme raison de leur présence en rue (39%), les équipes médico-psycho-sociales se rendent compte que la plupart des enfants ont connu des vécus traumatiques dans leurs milieux de vie antérieurs à la rue. Ces données relatives à la violence vécue en famille avant leur arrivée en rue corroborent celles issues du rapport de l’étude nationale sur les violences faites aux enfants réalisée en 2008 par le MASSN, en collaboration avec l’Unicef. La famille est le lieu où l’enfant subit le plus de violence (86,6%).

Face à ces constats, le Samusocial Burkina Faso, le Samusocial International (SSI) et la Coalition des Intervenants auprès des Jeunes et Enfants en situation de Rue (CIJER) ont souhaité en savoir davantage sur ce phénomène : quelles sont les violences subies par les enfants au sein de leur famille ? Comment expliquer que, malgré le système de protection en place au Burkina Faso, ils quittent le domicile et se retrouvent en rue ?


Dans le cadre du projet porté par le SSBF, « Système intégré de protection des enfants en situation de rue à Ouagadougou », cofinancé par l’UE, une enquête a été conduite en 2016. Elle révèle que la violence vécue par les enfants en famille les pousse à quitter la maison (63.3% des 166 enfants ayant participé à l’enquête) et que le système de protection de l’enfance n’est pas suffisamment efficace pour les protéger.

 

Un livre blanc intitulé « Zéro violence dans nos familles, zéro enfant dans nos rues », a été rédigé sur la base des résultats de l’enquête. Il est assorti de recommandations destinées à l’ensemble des acteurs de la protection de l’enfance.

Les principaux résultats, en termes de violences vécues par les enfants, sont les suivants :

 

Types de violences vécues en famille, déclarées par les 166 enfants et jeunes ayant participé à l’enquête

 

Les violences majoritairement subies sont les suivantes :

Ce livre blanc a été conçu comme un outil de plaidoyer que chaque acteur peut employer pour mieux comprendre et faire comprendre l’importance des violences intrafamiliales dans les foyers burkinabés et les conséquences sur le développement de l’enfant. Le SSBF et la CIJER vont maintenant prendre attache avec leurs partenaires institutionnels pour engager plus profondément des échanges sur la problématique.