Accueil » Découvrir les projets » Soutiens » Banque alimentaire pour les enfants des rues de Cotonou

Banque alimentaire pour les enfants des rues de Cotonou

  • Image du projet Banque alimentaire pour les enfants des rues de Cotonou
  • Image du projet Banque alimentaire pour les enfants des rues de Cotonou
  • Image du projet Banque alimentaire pour les enfants des rues de Cotonou
  • Image du projet Banque alimentaire pour les enfants des rues de Cotonou
  • Image du projet Banque alimentaire pour les enfants des rues de Cotonou
  • Image du projet Banque alimentaire pour les enfants des rues de Cotonou
  • Image du projet Banque alimentaire pour les enfants des rues de Cotonou
  • Image du projet Banque alimentaire pour les enfants des rues de Cotonou

Le projet

Le projet a pour objectif d’améliorer l’accès à une alimentation variée et adaptée pour les enfants des rues et en situation de grande précarité de Cotonou au Bénin.

Spécifiquement, le projet vise à développer la banque alimentaire mise en œuvre par La Chorba Bénin. S’inspirant du succès de l’association parisienne La Chorba, la banque alimentaire de Cotonou a été initiée en 2016 avec la création d’un système de collecte des invendus de supermarchés au profit des enfants des rues du foyer de l’association Citoyen des Rues Bénin (CDRB). Les denrées récupérées permettent aux 30 enfants de bénéficier de 3 repas par jour, répondant à leurs besoins nutritionnels. La banque alimentaire a ainsi eu un impact considérable sur leurs conditions de vie et leur capacité à suivre le programme de réinsertion sociale mis en œuvre par CDRB. Jusqu’alors les enfants présentaient des signes de malnutrition chronique et étaient contraints à exercer divers travaux ou petits trafics pour pouvoir se nourrir. Par ailleurs, les résultats de cette phase pilote du projet ont dépassé les attentes puisque La Chorba Bénin a commencé à redistribuer des surplus de collecte à d’autres associations qui accueillent des enfants des rues ou en situation de grande précarité. La banque alimentaire de La Chorba répond donc à une demande locale et présente un fort potentiel de développement.

L’objectif actuel est donc d’étendre le circuit de collecte et de distribution d’invendus à 5 structures locales supplémentaires, ce qui bénéficiera à 250 enfants au total. Pour réaliser cet objectif il est nécessaire d’augmenter les capacités logistiques et de stockage de la Chorba Bénin. La phase initiale du présent projet consistera au recrutement et à la formation de 6 bénévoles et d’un gardien de nuit qui surveillera les denrées. Durant cette phase, La Chorba finalisera les partenariats avec les nouveaux supermarchés donateurs. Il faudra également acquérir 5 glacières, une grande balance et un véhicule. Après ces achats, le circuit de collecte et de distribution pourra être étendu. Le budget total du projet s’élève à 20000 € avec 15000€ de dépenses d’investissement et 5000€ de fonctionnement sur la première année. Le suivi et la capitalisation du projet seront réalisés tout au long de son implémentation pour permettre son perfectionnement. Une évaluation complète sera effectuée tous les 6 mois afin d’analyser son impact. 

 

A quelle problématique sociale répond-il ?

Sur 150 millions d’enfants des rues dans le monde, un quart se situe en Afrique selon l’UNICEF (2010). Le Bénin compte 11 millions d’habitants et la moitié de la population est âgée de moins de 19 ans (2015). L’IDH du pays reste faible (0,485), en dessous de la moyenne des pays d’Afrique Subsaharienne (0,502). Le Bénin se situe au 167e rang, sur 188 pays référencés. Le taux d’alphabétisation au Bénin est de 38,4%, mais des écarts importants existent entre les hommes et les femmes avec un taux de 27,3% pour ces dernières. Les problématiques de pauvreté et de manque de services publics poussent également des enfants de plus en plus jeunes à partir seuls pour aller gagner leur vie dans les grandes villes comme Cotonou ou Porto Novo. Les causes qui font que des enfants se retrouvent à la rue sont multiples, et certaines peuvent exister dans tous les pays : pauvreté, violences familiales, problèmes de drogue… cependant, leur situation, n’est pas prise en compte par l’État qui ne met pas en œuvre de réel dispositif de prise en charge. 

Pour subvenir à leurs besoins, en particulier au besoin primaire d’alimentation, ils doivent donc se débrouiller seuls et sont contraints d’exercer petites diverses activités rémunératrices (quête de ferraille, porteur au marché, vaisselle…), à la mendicité voire à des petits actes de délinquance.
Ainsi l’accès à une nutrition de qualité (autant sanitaire que biologique) n’atteint pas ces jeunes dont les besoins sont pourtant cruciaux durant la période de croissance.

On observe que les enfants accueillis dans les différents centres partenaires présentent souvent des signes de malnutrition chronique (retard de croissance, maigreur, cheveux éparses). Ces besoins sont difficilement couverts par les organisations dont les frais de fonctionnement sont réduits et dépendent des bailleurs.
En parallèle, le grand nombre de supermarchés implantés à Cotonou fait face à des volumes importants d'invendus. Ces denrées sont majoritairement détruites, faute de circuit de redistribution.
Ainsi est née l'idée de mettre en place des circuits locaux de récupération sur le modèle de ce que pratique La Chorba à Paris depuis 20 ans (Plus de 900 repas quotidiens y sont servis chaque jour venant essentiellement d'invendus des magasins).

 

Quelle est la solution apportée ?

Depuis 2016, La Chorba Internationale a mis en place une collecte alimentaire auprès de supermarchés partenaires à Cotonou, qui assurent ainsi un approvisionnement régulier de la cantine du foyer du partenaire local.
L'objectif général du projet est d'améliorer la condition des enfants des rues à travers la nutrition : l'alimentation ne doit plus être une question, un frein au développement d'autres activités. Ainsi les jeunes sont plus disposés à se consacrer aux actions liées à leur réinsertion

Ils ont soutenu...