Accueil » Kein Licht

Kein Licht

sur un objectif
de 50 000

sur un objectif
de 50 000

icone réaliséCampagne terminée
icone mecenes
105 mécènes
Opéra Comique

Opéra Comique

Ouvert au public 1715, à la fin du règne de Louis XIV, l’Opéra Comique est l’une des trois plus anciennes institutions théâtrales de France avec l’Op...

Opéra Comique

Ouvert au public 1715, à la fin du règne de Louis XIV, l’Opéra Comique est l’une des trois plus anciennes institutions théâtrales de France avec l’Op...

Opéra Comique
Opéra Comique

Opéra Comique

Ouvert au public 1715, à la fin du règne de Louis XIV, l’Opéra Comique est l’une des trois plus anciennes institutions théâtrales de France avec l’Op...

Vivez de l’intérieur la création d’un opéra: devenez, vous aussi, producteur !​ [Read in english here]

L’Opéra Comique vous invite à une nouvelle aventure : devenez, vous aussi, producteur d’un opéra contemporain et assistez aux étapes de travail habituellement confidentielles entre les artistes et les équipes de production.

 

Tous les ingrédients sont réunis pour faire de la création de Kein Licht  une aventure à partager

D’abord, un pari : il s’agit de créer un opéra. Un opéra contemporain sur un sujet d’actualité. Ensuite, il y a la rencontre de trois artistes européens : le prix Nobel autrichien Elfriede Jelinek pour le texte;  le français Philippe Manoury pour la musique; l’allemand Nicolas Stemann pour la mise en scène. Rien n’est encore fixé : ni le texte, ni  la musique, ni la scénographie. Il n’y a que l’envie de travailler ensemble.  Nous en sommes là : aux  prémices de la création.  L’aventure s’étalera sur deux ans, prendra forme en France et chez nos coproducteurs en Allemagne, en Croatie, au Luxembourg, avant de voir le jour sur la scène de la salle Favart en octobre 2017. 

 

Nous vous proposons de vous associer à ce projet en devenir. Dès maintenant. De suivre pas à pas sa construction, de l’intérieur.  De prendre avec nous le fauteuil de producteur et d’entrer au cœur de la fabrication du spectacle : des premières notes de la partition aux recherches scénographiques ; des ateliers de travail avec comédiens, chanteurs et orchestre aux répétitions scéniques ; du maquettage à la réalisation des décors et costumes ; des rendez-vous techniques aux 1ères représentations. Vous serez associés à chacune de ces étapes de travail : rencontres, informations, rendez-vous numériques ou physiques vous seront réservés. Un fil sera tissé entre vous, les artistes, les équipes du théâtre.

 

Quel est le coût d’un opéra en commande ?
Sur un total de 700 000€, l’Opéra Comique en tant que producteur délégué porte la responsabilité de plus de la moitié du budget.

 

Comment devenir mécène-producteur ?
Votre contribution participera au financement de 15% de notre part de producteur soit 50.000€, et permettra notamment d’aller plus loin dans les dispositifs très innovants de vidéo et d’audio-acoustique, centraux pour une œuvre de cette dimension.

 

Soutenez ici l’opération et découvrez vos rendez-vous de producteur
Vous bénéficierez, en plus des contreparties non financières, de 66% de déduction fiscale.

 

 

Octobre-novembre-décembre : 3 mois pour rejoindre l’aventure !

Le projet artistique

Kein Licht, est un projet artistique qui donnera naissance à une nouvelle forme d’opéra-comique. Une création à dimension européenne, qui s’encrera dans la tradition de l’opéra-comique et de son frère germanique le Singspiel, également implantée de part et d’autre du Rhin. Le Singspiel est en effet lui aussi et  littéralement une « pièce chantée »  et pratique l’alternance entre le parlé et le chanté depuis le temps de Mozart : L’Enlèvement au sérail et La Flûte enchantée en sont les chefs-d’œuvre fondateurs. Accessible, impertinente et innovante à la fois, la forme renaîtra ici dans des habits d’aujourd’hui pour chanter et parler de nous, de nos désastres, de nos exploits.

Un spectacle porté par l’Opéra Comique, producteur délégué, et ses producteurs associés : le Festival de la Ruhrtriennale, les Théâtres de la Ville de Luxembourg, le Théâtre national Croate de Zagreb, le Festival Musica de Strasbourg et l'Opéra national du Thin, les Münchner Kammerspiele, l'Ircam et l'Ensemble Lucilin... et vous?

L’association des Amis et Mécènes de l’Opéra Comique annonce son soutien au projet Kein Licht: pour chaque euro donné, elle versera 1€ au projet.
A l'issue de la campagne, l'AMOC distribuera les contreparties auxquelles elle pourrait prétendre grâce à ce don, aux bénéficiaires de ses actions sociales et pédagogiques.

Je choisis le montant de mon don...

  • 10
  • 50
  • 150
  • 600
  • 2 500

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Des nouvelles exclusives par e-mail sur l’avancée du projet mois après mois
  • Assistez à une répétition dans un studio de l'Opéra Comique (Eté 2017).
  • Inscription au tirage au sort pour assister à 2 à la répétition générale (Opéra Comique, octobre 2017).
  • Assistez à une séance de travail de l'équipe de création à l'Ircam (avril 2016 / réservé à 20 personnes)
  • Votre nom de mécène-producteur sur la page Kein Licht du site internet de l'Opéra Comique
  • Rencontrez Philippe Manoury qui vous remettra sa partition dédicacée (juin 2017 à l'Opéra Comique).
  • Echangez en direct avec l'équipe de la création à l'occasion d'un "live-chat" (avril 2016).
  • Invitation pour deux personnes à la répétition générale (octobre 2017 à l'Opéra Comique).
  • Recevez une vidéo exclusive des séances de travail à l'Ircam (décembre 2016).
  • Lors d'une représentation de Kein Licht à l'Opéra Comique*, nous vous offrons un accueil privilégié au guichet du protocole, un programme de salle et deux rafraichissements à l'entracte.
  • Votre nom de mécène-producteur sur le programme de salle de Kein licht.
  • Prenez part à la première rencontre entre l'équipe de la création et les équipes de l'Opéra Comique (en juillet 2017). (épuisé)
  • Recevez en exclusivité le fichier mp3 de premières notes composées par Philippe Manoury.
  • Invitation pour deux personnes au dîner des artistes après la première à la Ruhrtriennale*. (épuisé)
  • Rencontrez Philippe Manoury qui vous présentera l'avancée de son travail (septembre 2016).
  • Lors de la première de Kein Licht à l'Opéra Comique*, vous recevrez un accueil personnalisé. Vous serez invités à saluer les artistes sur scène à l'issue de la représentation ainsi qu'au cocktail d'après spectacle (pour 2 personnes). (épuisé)
  • Rencontrez les équipes de production pour un bilan d'étape de leur travail sur Kein Licht (mars 2017 à l'Opéra Comique).
  • Partagez un petit-déjeuner avec le chef d'orchestre; vous pourrez venir accompagné (réservé à 4 mécènes-producteur/ date à définir ensemble). (épuisé)
  • Assistez à une séance de travail avec les artistes dans un studio de l'Opéra Comique (février-mars 2017 / réservé à 20 personnes).
  • Invitation pour 2 personnes à la répétition pré-générale (octobre 2017 à l'Opéra Comique) (épuisé)
  • Invitation pour une personne à la répétition générale (octobre 2017 à l'Opéra Comique).
  • Rencontrez Nicolas Stemann qui présentera la scénographie et les décors de Kein Licht (septembre 2016, dans les bureaux provisoires de l'Opéra Comique / réservé à 20 personnes).
  • *(hors prix des places)

La vie du projet

04 Jan.

Mille mercis

Chers amis,

Il y a maintenant trois mois, nous vous avons proposé l’aventure de Kein Licht et de partager avec nous le fauteuil de producteur.  Il s’agissait de joindre une communauté de donateurs parmi le public à la liste des coproducteurs que l’Opéra-Comique avait sollicités pour monter cet opéra qui se donnera en 2017 à Paris. L’objectif de ce financement participatif avait été fixé à 50 000 euros. Au 31 décembre, vous étiez 101 à avoir répondu à notre appel. Le rêve s’est donc fait réalité. 52 540 euros ont été collectés. Je voulais vous remercier d’avoir répondu à notre appel. Avec une mention spéciale à l’AMOC (l’Association des Amis et Mécènes de l’Opéra Comique) dont la mobilisation a en partie contribué à cette opération.

Il y a trois mois, nous vous suggérions de devenir producteur de Kein Licht et suivre ainsi « pas à pas » la création d’un opéra. Grâce aux artistes – et un grand merci encore à Elfriede Jelinek, Philippe Manoury et Nicolas Stemann, sans oublier le chef d’orchestre Julien Leroy - c’est cet autre rêve qui va devenir réalité. Selon le montant, chaque mécène va pouvoir accéder aux différentes étapes de travail qui vont se succéder jusqu’à ce que le rideau se lève à Favart. Soit physiquement, soit virtuellement vous allez pouvoir assister au montage de ce projet artistique singulier. Dès le mois prochain, un certain nombre de rencontres, d’entretiens vous seront proposés. Vous pourrez mieux comprendre la manière dont les créateurs, et en suivant, tous les corps de métiers, mettent en commun leurs envies, leurs inspirations, leur talent pour permettre à un opéra de voir le jour.

J’espère que vous y trouverez plaisir et un facteur de grand enrichissement.

Nous sommes en tous cas très content de vous compter parmi nous. Je tenais à vous le dire. J’en profite pour vous souhaiter une excellente et très lyrique année 2016. 

Olivier Mantei, directeur de l’Opéra Comique

23 Dec.

Le singspiel, quézako ?

Le « zing » quoi ? Le singspiel (prononcez « zingue-chpile ») est un genre musical né au XVIIIe siècle en Allemagne. Très proche de l’opéra-comique français – singspiel se traduit littéralement par « chanter-jouer» – cette forme théâtrale s’est également inspirée de l’opéra-ballade anglais, de la tradition du Lied (pièce poétique) et du folklore allemand. Ça fait beaucoup. Tout comme l’opéra-comique, le singspiel est un concentré de ce qui fait la vie. On y trouve de tout : légèreté, fantaisie, émotion, mais aussi gravité et drame. En revanche, il se démarque des autres opéras-bouffes et opérettes, par son implication politique.

Nombre d’auteurs se sont frottés à ce genre, donnant ainsi naissance à des œuvres majeures du répertoire : « Fidelio » de Beethoven, « Der Freischtuz » de Weber, « La Flûte enchantée » de Mozart. Même Wagner s’en inspira pour créer ses opéras. Au fil des siècles, il s’est réinventé,  tantôt symphonique, tantôt identitaire. L’utilisation de la langue allemande est dès lors capitale. Affirmation nationaliste, le singspiel eu pour but de devenir le véritable opéra national allemand. Laissé à l’abandon au profit du tout nouvel opéra romantique, le singspiel traverse alors une crise existentielle.

En 2015, le genre se façonne un nouveau destin. Dans les mains du compositeur Philippe Manoury, il se voit subir une transformation interne. Avec la création Kein Licht, le singspiel renoue certes avec tous ses attributs d’origine (il sera donné en Allemand), mais il se confronte pour la première fois à l’inédit : l’opéra contemporain et les nouvelles technologies. La parole deviendra musique, jusqu'à se confondre aux notes. Le challenge ne s’arrête pas là, puisque le genre devra encore se modéliser sur un livret unique : hybride, l’histoire de Kein Licht n’est ni un opéra, ni une mise en situation. Elle vous plonge simplement dans un univers singulier, pétri de sensations.

22 Dec.

Qui sont les coproducteurs de Kein Licht?

Vous êtes déjà 82 à vous être engagés dans l’aventure de Kein Licht en participant à notre opération de financement participatif sur Culture Time. Le fauteuil de producteur que nous vous avons proposé de partager s’annonce donc ample et chaleureux. Qui plus est si l’on rajoute aux calculs les prestigieux coproducteurs que l’Opéra Comique a réunis.

Qui sont-ils ? Tour d’horizon en tout juste 5 mn de lecture des spécificités de chacun d’eux.

-          Le Festival de la Ruhrtriennale

Le Festival de la Ruhrtriennale, en Allemagne, rime avec expériences spectaculaires : musique, danse, théâtre, performance et beaux-arts s’entremêlent dans un décor industriel saisissant, fait de hauts-fourneaux et de centrales électriques désaffectés.

-          Le Théâtre National Croate de Zagreb

Fondé en 1840, le Théâtre national croate de Zagreb,  est devenu l’un des symboles de la culture en Croatie. S’il a accueilli la plupart des plus grands artistes croates, il a aussi accueilli Franz Liszt, Franz Lehár, Richard Strauss, Gérard Philipe,  Laurence Olivier, Jean Louis Berrault, Peter Brook, Mario Del Monaco ou encore José Carreras.

-          Le Festival Musica de Strasbourg

Chaque automne, le festival Musica convie son public à 15 jours de festivités et plus de trente manifestations à Strasbourg. Véritable plateforme de la création, la volonté de préserver un espace de liberté d’expression artistique (sans contrainte de rentabilité économique) est au cœur du festival.

-          Les Théâtres de la Ville de Luxembourg

Programmation éclectique, vitalité créatrice de la scène locale, exigence constante de qualité, tels sont les maîtres mots du Grand Théâtre et du Théâtre des Capucins répondant à la dénomination commune de Théâtres de la Ville de Luxembourg.

-          L’Ensemble Lucilin

Rassemblant interprètes, compositeurs et artistes de tous bords, l’horizon esthétique de la formation de chambre luxembourgeoise Lucilin couvre tout le champ de la création contemporaine.

-          L’Ircam

Fondé par Pierre Boulez en 1969, les 5 lettres de l’IRCAM signifient Institut de Recherche et Coordination Acoustique Musique. En somme, l’Ircam est une sorte de laboratoire réunissant artistes et scientifiques autour de la création musicale et de l’innovation technologique.

 

J'aime je mécène

14 Dec.

L'AMOC double la mise


L’association des Amis et Mécènes de l’Opéra Comique annonce son soutien au projet Kein Licht: pour chaque euro donné, elle versera 1€ au projet.

A l'issue de la campagne, l'AMOC distribuera les contreparties auxquelles elle pourrait prétendre grâce à ce don, aux bénéficiaires de ses actions sociales et pédagogiques.

Il vous reste tout juste 3 semaines pour participer !

11 Dec.

Un café avec Julien Leroy

Dernière ligne droite pour la collecte de Kein Licht. Prenez un café avec Julien Leroy, le chef d’orchestre de cette création et laissez-vous séduire par cette aventure pas comme les autres !

Vivez de l’intérieur la création d’un opéra: devenez, vous aussi, producteur !

 

01 Dec.

Réécoutez l’émission France Musique autour de Kein Licht

Réécoutez l’émission « Commander un opéra » autour de Kein Licht sur France Musique du dimanche 29 novembre à 9h. Présentée par Karine Le Bail avec Philippe Manoury

En savoir plus sur l'émission >

 

< Cliquez sur l'image pour écouter le podcast de l'émission directement

 

28 Nov.

Experience the creation of an opera from the inside: become a producer!

All the different elements of the project are ready to come together to make the production Kein Licht a shared adventure

 

The first step is to create a contemporary opera about a present-day topic. Then there is the coming together of three European artists for different parts of the projects: the Austrian Nobel Prize winner Elfriede Jelinek for the lyrics, Frenchman Philippe Manoury for the music, and Nicolas Stemann from Germany for the staging. None of the lyrics, music or staging have yet been finalized – there is simply the desire to work together. We are at the genesis of the creation process. The adventure will take place over two years, and it will take shape in France, with the help of our co-producers in Germany, Croatia and Luxembourg, before being launched on the stage of the Salle Favart in October 2017. 

We are inviting you to become a real part of the project from the outset, to see its step by step creation from the inside and to sit with us in the producer’s chair and to be at the heart of each one of the production stages – from the first notes of the musical score to the research into production design; from workshops with actors, singers and the orchestra to the stage rehearsals; from the production prototypes for the set and costumes to the technical meetings and dress-rehearsals. You will be present at every important stage of the project including all kinds of meetings and information sessions. A thread will be woven between you, the artists and the theatre’s production teams.

 

How much does a commissioned opera cost? Out of a total sum of €700,000, the Opéra Comique, as executive producer, bears responsibility for more than half of the budget.

 

How does one become a sponsor/producer? Your contribution will finance 15% (€50,000) of the Opera Comique’s share of the budget. It will allow us to develop the highly innovative video and audio-acoustic devices which are central to a work of this scale.

 

Support the project and realize your potential as a producer

You will also enjoy a 66% tax deduction alongside a whole host of nonfinancial compensations.

 

You have three months to join the adventure, October, November and December!

 

More about the project

Kein Licht is an artistic project that will give birth to a totally new form of comic opera. It is a creation with a strong European dimension, as it takes inspiration from traditional comic opera and its Germanic counterpart, the ‘Singspiel’, popular on both sides of the Rhine. The ‘Singspiel’ is literally a ‘sung play’ which is characterized by the alternation of spoken and sung dialogues. Inspired by the works of Mozart, Die Entführung aus dem Serail and The Magic Flute are its founding masterpieces.

Simultaneously accessible, innovative and daring, this operatic form will be reborn in a contemporary way so as to sing and speak to a modern audience, about our faults and our achievements. It will be a production supported by the Opéra Comique, as Executive Producer, and its associated producers, including: the Ruhrtriennale Festival, the Berliner Festspiele, the City of Luxembourg Theaters, the Zagreb National Theater, Strasbourg Musica, the IRCAM and the Ensemble Lucilin.

 

Benefits

 

  € 10

  • You will receive exclusive monthly news of the project’s development by e-mail
  • You will be entered into a draw to receive two tickets to the dress rehearsals (October 2017 at the Opéra Comique)
  • Your name will listed as sponsor/producer on the Kein Licht page of the Opéra Comique Website

 

  € 50

  • You can converse with the creation’s production team during a live-chat (in April 2016)
  • Your name will be listed as a sponsor/producer on the brochure to Kein licht
  • You will receive an exclusive MP3 file of the first parts of the score composed by Philippe Manoury
  • You will receive an exclusive video of the background preparation at the IRCAM (December 2016)

 

  € 150

All of the above benefits, plus:

  • Meet with Philippe Manoury who will present the development of his work (in September 2016)
  • You will be able to interview the production teams about how their work is progressing for Kein Licht (March 2017 at the Opéra Comique)
  • Attend a rehearsal session in a studio of the Opéra Comique (Summer 2017)
  • You will receive one ticket for the dress rehearsal (October 2017 at the Opéra Comique)

 

  € 600

The benefits as above for €10 and €50, plus:

  • Attend one of the production team’s work session at the IRCAM (April 2016, reserved for 20 people)
  • Attend one of the artist’s work sessions in a studio of the Opéra Comique (February-March 2017, reserved for 20 people)
  • Meet with Nicolas Stemann who will present the stage design and the scenery of Kein Licht (September 2016 at the Opéra Comique’s temporary offices, reserved for 20 people)
  • Meet with Philippe Manoury who will give you his autographed score (June 2017 at the Opéra Comique, reserved for 20 people)
  • Invitation for two people for the dress rehearsal (October 2017 at the Opéra Comique)
  • A privileged reception in an exclusive part of the opera, a brochure to Kein Licht and two drinks during the interval at a performance of Kein Licht at the Opéra Comique*

 

  € 2,500

All the above benefits, plus:

  • Be a part of the first meeting between the production team and the Opéra Comique (July 2017)
  • Invitation for two people to the artists' dinner party following the first performance at the Ruhrtriennale*
  • A personalized reception for the dress rehearsal to Kein Licht at the Opéra Comique*. You will be invited to greet the artists onstage following the performance and to the post-performance cocktail party (for 2 people)
  • Share a breakfast with the conductor; with one quest (reserved for 4 sponsors/producers, date to be jointly decided)
  • Invitation for two people to the pre-dress rehearsal (October 2017 at the Opéra Comique)

 

*(excluding the price of a ticket)

 

27 Nov.

Connaissez-vous Nicolas Stemann ?

1) Le metteur en scène est aussi musicien : dès l’âge de 11 ans, il compose des chansons et se produit, pendant ses études, comme chanteur et guitariste dans des piano-bars.

  1. 2) Chacune de ses mises en scène est l'occasion d'inventer une façon nouvelle pour les comédiens de faire entendre le texte au public.
  2.  
  3. 3) Il collabore régulièrement avec Elfriede Jelinek depuis 2004.
  4.  
  5. 4) Sa mise en scène de Faust a fait « trembler » le Festival d’Avignon en 2013 : 8h30 de marathon scénique, resté dans les mémoires.

5) Au cœur de sa démarche artistique : la volonté de faire dialoguer la musique et la langue parlée.
 

6) Il apprécie particulièrement la langue musicale qu’Elfriede Jelinek emploie dans ses textes. Avec Kein Licht, il souhaite court-circuiter le théâtre de texte et le théâtre musical.

27 Nov.

6 choses à savoir sur Philippe Manoury

1) La musique fut « une planche de sauvetage » pour Philippe Manoury dont la « vie scolaire était une catastrophe totale ». 

2) Il intègre l’IRCAM en qualité de chercheur en 1981, et commence une collaboration avec l’institut qui n’a depuis jamais cessée.

3) En 1987, il crée Jupiter avec le mathématicien américain Miller Puckett. C’est la première pièce interactive dans laquelle un instrument acoustique pilote en temps réel une musique de synthèse.

4) 60ème parallèle est son 1er opéra, créé en 1997 au Théâtre du Châtelet. 

5) En 2012, les Victoires de la musique le nomment compositeur de l'année pour l’opéra La Nuit de Gutenberg, créé au Festival Musica l’année précédente.

6) Avec Kein Licht, il veut expérimenter une nouvelle façon de composer sa musique

27 Nov.

Qui est Elfriede Jelinek ?

1) Avant de se passionner pour l’écriture, c’est la musique qui était au centre de sa vie : elle a étudié le piano, la flûte et même obtenu un diplôme d’organiste au Conservatoire de Vienne.

2) Elle est l’auteur du roman La Pianiste (paru en 1983), porté à l’écran par Michael Haneke en 2001.

3) Critiquer la société avec une langue élaborée : voilà la tradition littéraire dans laquelle elle s’inscrit.

4) « Sexorciste », « Nestbeschmutzerin » (salisseuse du nid autrichien) : Elfriede Jelinek est une auteure controversée, ce qui lui a valu de qualifiants  orduriers dans la presse autrichienne réactionnaire.

5) Elle a été récompensée du prix Nobel de Littérature en 2004. 

6) Son texte Kein Licht, inspiré par la catastrophe nucléaire survenue en 2011 à Fukushima, a déjà été adapté au Théâtre (en Allemagne et au Japon) avant d’être un opéra contemporain en devenir.

18 Nov.

Elfriede Jelinek, prix Nobel à la plume engagée

Impopulaire dans son propre pays, l’Autriche, anticonformiste assumée dans une société où la fantaisie est mal portée, Elfriede Jelinek est ce que l’on peut appeler une auteure controversée. Caractéristique qui n’a plus l’heur de trop la déranger.
« Sexorciste », « Nestbeschmutzerin » (salisseuse du nid autrichien), la presse s’est déchainée contre elle. Les bien-pensants aussi. Qu’importe. La rebelle fut récompensée en 2004 par un prix Nobel de Littérature et prit soin de ne pas se présenter à la cérémonie d’attribution pour ne pas ternir une réputation qui n’aspirait qu’à s’exporter au-delà du Tyrol. Ni snobisme, ni provocation, la justification ne tenait, selon elle, qu’à une sévère agoraphobie : « j’aurais volontiers fait le déplacement jusqu’à Stockholm mais sincèrement, ça n’était pas possible physiquement…» 
Aujourd’hui, Elfriede Jelinek a 69 ans. Kein Licht ne sera pas son premier opéra. Elle a par ailleurs beaucoup travaillé avec Nicolas Stemann. Le prolongement que ce dernier et Philippe Manoury s’apprêtent à donner au texte, s’annonce aussi singulier que la plume acide et engagée de l’auteure.
Le prix Nobel est une touche-à-tout qui ne craint rien que l’immobilisme et la mièvrerie. C’est qu’avant de se passionner pour l’écriture, elle s’est longuement plongée dans les partitions: celles pour piano, pour orgue et pour flûte.  Musique et composition furent en effet ses premières amours. Façon de parler… Car toujours à l’en croire, d’amour il n'y eut guère, moins en tout cas que la tyrannie d’une mère obsédée par le devenir de sa fille. Celle-là même qu’elle dépeint dans son roman La Pianiste, paru en 1983, et adapté au cinéma par Michael Haneke en 2001 (et récompensé par une Palme d’Or à Cannes). Cette mère d’origine roumaine, issue de la grande bourgeoise catholique, et ce père tchèque, juif et socialiste « usaient, selon l’auteure, d'une langue pleine d'esprit ».
Atavisme ou non, Elfriede Jelinek partage ce vif intérêt pour la langue qu’elle commence à manier sous forme de poèmes alors qu’elle étudie l’Histoire de l’Art et le Théâtre. Et si elle obtient son diplôme d’organiste au Conservatoire de Vienne, c’est sur sa machine à écrire qu’elle décidera définitivement de pianoter. Elle transforme peu à peu ses vers en prose (on retrouve cette forme dans Kein Licht qui peut se lire comme un vaste fresque,  d’une seule traite) et donne à ses écrits une orientation critique. C’est le début des années 70, elle s’élève contre la pop-culture et ses représentations mensongères, le culte du divertissement, le patriarcat et la domination sexuelle masculine.
Critiquer la société oui, mais avec une langue élaborée : voilà la tradition littéraire dans laquelle Jelinek s’inscrit, marchant dans les pas d’un Karl Kraus ou d’un Thomas Bernhard, auteurs dont elle se sent proche : « je me sens vraiment ancrée dans cette tradition de la réflexion critique sur le langage. [...]  C'est pour cette raison que je me laisse volontiers aller aux calembours [...], que j'assume une part de trivialité, tout en pouvant me risquer, en même temps, au pathos. ». Celle qui déclare avoir vécu toute son enfance « sous le joug de l'ironie » affirme qu'il s'agit d'un héritage de ses parents : « je crois que l'ironie est un véritable organe. Certaines personnes l'ont, d'autres pas. » (in L’Express, interview par Baptiste Liger, 2012).
De la satire sociale et du roman, Elfriede Jelinek s’est peu à peu orientée vers l’écriture dramatique, mêlant dans ses textes des séquences théâtrales et cinématographiques, en privilégiant aux dialogue des monologues à plusieurs voix, miroirs de la complexité de la psyché.

Pour aller plus loin :
Son site personnel (en allemand)

Qui a peur d'Elfriede Jelinek ? Magali Jourdan, Mathilde Sobottke, Editions Danger Public, Collection Vies rebelles, 2006.
Son Prix Nobel a fait scandale. On l'accuse d'être subversive, élitiste, violente...
Pour la première fois, Elfriede Jelinek […] accepte de se confier directement à des biographes. Elle parle de son quotidien, de son père, devenu fou, de sa mère, omniprésente, de son couple, à distance, et de ses phobies, qui l'ont poussée à se retirer du monde, et à écrire.

06 Nov.

« J'exprime le monde au moyen des sons »

C’était au mois de mai dernier, dans le Foyer du public de l’Opéra Comique.
Profitant de la venue de Philippe Manoury dans le théâtre pour évoquer Kein Licht, nous lui avons volé un peu de temps.
L’entretien qui s’annonçait bref a finalement duré 1h30 !
Voici résumée en 5 minutes la rencontre passionnante avec cet homme qui « exprime le monde au moyen des sons ».

 

L’Opéra Comique vous invite à devenir, vous aussi, producteur de cet opéra contemporain avant le 31 décembre 2015. 

 

04 Nov.

1 minute 30 en compagnie de Philippe Manoury

Kein Licht. Si ce titre circule sur la toile depuis quelques temps, quelle création se cache véritablement derrière ces deux mots allemands ?
Un opéra en devenir commandé par l’Opéra Comique. Un modèle économique qui implique des coproducteurs européens et se construira avec vous grâce à une opération de financement participatif. Mais aussi et surtout la volonté de réunir musique et théâtre contemporains, avec le compositeur Philippe Manoury et le metteur en scène Nicolas Stemann.

Pour aiguiser votre curiosité, nous vous proposons 1 minute 30 en compagnie de Philippe Manoury. A écouter où que vous soyez et à partager autant que vous le voudrez !

Le podcast est ici

16 Oct.

Retour sur le lancement de l'opération "Produisez Kein Licht"

Nous étions réunis jeudi soir à l’Ircam, pour lancer officiellement la campagne de financement participatif qui accompagne la création de Kein Licht, l'opéra qui se prépare de part et d’autre du Rhin. Toutes ses fées ou presque étaient là ce jeudi 15 octobre. Le commanditaire, l’Opéra Comique, les coproducteurs parmi lesquels l’Ircam, l’opéra de Zagreb, les théâtres de la ville de Luxembourg, les artistes, Philippe Manoury sur la scène, Julien Leroy, le chef d'orchestre, à ses côtés, la représentante de l’Ensemble Lucilin au premier rang et même Nicolas Stemann, en direct de Berlin grâce à Skype et aux moyens audiovisuels de l’établissement du quartier Beaubourg.

Tous sur la même longueur d’onde, à encourager l’arrivée du spectateur-mécène transformé en producteur grâce aux dons. Mais tous déjà happés par  leur démon créatif à expliquer ce que sera Kein Licht, la musique et la nécessité d’une musique écrite pour l’orchestre, le texte sur une pièce de la Prix Noble Elfriede Jelinek, qu’elle continue de peaufiner (N. Stemann), le rapport de la musique et du texte dans cette pièce contemporaine où tout va se transformer au fur et à mesure de la production, la manière dont les acteurs et chanteurs vont répéter en faisant ressortir «la musique des mots» (P. Manoury)… On a même fini par apprendre (O. Mantei) que des chiens viendraient s’inviter sur le plateau de la salle Favart au moment des représentations! Une sorte de ferveur régnait à la tribune et dans la salle. Comme si cette aventure qui voyagera dans les pays des coproducteurs avant de finir une première course salle Favart en octobre 2017, avait déjà trouvé sa marque de fabrique : l’innovation, le risque, le goût des choses mouvantes et des formes nouvelles. 

Les journalistes et quelques parrains de l'Opéra Comique étaient là pour l'opération de financement participatif qui débutait officiellement ce soir-là et qui se déroulera  jusqu’à la fin de l’année 2015.  50 000 euros sont recherchés. Presque trois mois donc à compter du 15 octobre.  La plateforme Culture Time assurant la collecte de la somme, c’est évidemment vers ces deux représentantes que l'on s’est tourné pour mieux comprendre les détails de l’opération. Les contreparties servies en échange du don, l’intégration dans le travail artistique, …tout ça autour d’un verre pour clôturer une soirée réussie.

01 Oct.

Vivez la création d'un opéra de l'Intérieur: devenez, vous aussi, producteur !

Pour en savoir plus en moins de 2 minutes, c'est par ici!

 

 

Les entreprises mécènes...

Avatar

Ils ont donné...