Accueil » Découvrir les projets » Soutiens » Ceci n'est pas un jardin ordinaire

Ceci n'est pas un jardin ordinaire

  • Image du projet Ceci n'est pas un jardin ordinaire
  • Image du projet Ceci n'est pas un jardin ordinaire
  • Image du projet Ceci n'est pas un jardin ordinaire
  • Image du projet Ceci n'est pas un jardin ordinaire
  • Image du projet Ceci n'est pas un jardin ordinaire
  • Image du projet Ceci n'est pas un jardin ordinaire
  • Image du projet Ceci n'est pas un jardin ordinaire
  • Image du projet Ceci n'est pas un jardin ordinaire

Le projet est né autour d'une réflexion sur la notion de nature sauvage, nature domestiquée, incarnée par le jardin d'agrément, mais aussi de l'envie de créer une grande oeuvre collective qui représenterait un jardin imaginaire.

La rencontre avec Marion Richomme, artiste céramiste, nous a orientés vers une création en argile, éphémère, exposée dans la galerie d'art du collège. 

La réalisation en arts plastiques a été menée par les 28 élèves de la classe de 5ème5 pendant une semaine, entre la galerie d'art, la salle d'arts pla. et le CDI, où se poursuivaient les recherches sur le jardin  à travers différentes civilisations et la réalisation du film de présentation .

Nous avons modelé un jardin imaginaire à partir d'une tonne de terre et avons taché de saisir le moment où le caractère sauvage de la nature reprendrait ses droits. Ainsi, notre jardin fait écho aux oeuvres de Marion Richomme, exposées parallèlement sur les murs et le sol de la galerie.

La pièce s'est transformée en  un jardin extraordinaire et vivant !

La vie du projet

Notre projet en images

21 mai.

Merci

Merci à toutes celles et à tous ceux qui sont venus voir notre travail  et qui ont voté pour nous!

Nous avons passé un bon moment à fabriquer ce jardin... et en plus nous  avons reçu le prix du numérique !!!

Merci à toute l'équipe de "coup de coeur en un clic" pour la journée de la cérémonie.

Merci à Marion Richomme d'avoir accepté de nous accompagner.

Il est maintenant temps de débarrasser la galerie et ce n'est pas rien : une tonne de terre, c'est lourd ! Une tonne de plumes, ç'aurait été plus  facile  ! ;)

A l'année prochaine pour un nouveau projet !

04 avr.

Dans la galerie : jour 4- des racines pneumatophores et des champignons polypores

Marion Richomme avait installé quelques unes de ses oeuvres dans une partie de la galerie : des champignons qui poussent sur les arbres, des racines d'arbres pneumatophores ( elles sortent de terre à la verticale).On avait l'impression que des éléments naturels poussaient à travers les murs de la galerie, à travers le sol, comme  dans un jardin où la nature "reprendrait ses droits" . 

Nous avons voulu que notre jardin reprenne des créations du travail de Marion, pour lui rendre hommage, et nous avons reproduit des champignons polypores, des racines qui grimpent sur les murs.

04 avr.

Dans la galerie : jour 3

A partir du  3ème jour,  nous avons commencé à modeler l'arbre.
La terre était facile à travailler parce qu'elle était  molle et humide : il faisait froid dans la galerie. 

Pour faire monter le tronc de l'arbre nous avons fait des sortes de boudins de terre : méthode du colombin.

Corentin

 

Nous avons comparé les jardins anglais avec les jardins à la française

 

Dans le jardin anglais, les végétaux semblent pousser librement sans que le terrain ait été modifié. Le jardinier crée l'illusion que le jardin est sauvage, alors que tout est bien pensé : les types de végétaux, leur couleur, leur hauteur. Le sentier n'est jamais droit et permet au promeneur d'être surpris par ce qu'il découvre.

Jardin de l'Orangerie de Versailles

Au contraire du jardin à l'anglaise, le jardin à la française est construit sur une parfaite symétrie et joue sur les perspectives. C'est un moyen, pour le jardinier, d'exprimer sa toute puissance sur la nature. Comme dans le jardin persan, l'eau est un élément essentiel.

Maxime

04 avr.

Dans la galerie : jour 2

               Atelier modelage 

Outils : Nous avons utilisé des outils de potier pour faire des  textures comme sur l'image et d'autres plus communs comme un rouleau à pâtisserie... On a aussi utilisé une passoire pour faire de la mousse !

 

 

La végétation : Nous avons fait varier les végétaux  : champignons,  feuilles, fleurs,  plantes carnivores et... plein de plantes imaginaires ! On voulait montrer le moment où dans un jardin, la nature sauvage réapparaît, car la nature ne peut pas être contrôlée. Quand, dans un jardin , les mauvaises herbes ou les herbes folles ne repoussent pas, c'est que la nature est morte !!

Le matin la moitié de la classe était dans la galerie pour continuer le projet et l'autre moitié était dans le CDI pour chercher différentes sortes de plantes, végétaux.

On pouvait les chercher dans des livres que Marion nous avait ramené, les livres du CDI ou bien sur les ordinateurs.

 

Valentine et Emeline

 

 

 

 

Le jardin dans l'Antiquité romaine

On a poursuivi notre travail de recherche sur les différents jardins et comment ils étaient organisés.

Par exemple dans l'Antiquité romaine, les maîtres y recevaient leurs amis pour philosopher, se promenaient à l'ombre des galeries. Mais plus étrange encore, certains jardins servaient à faire des rites funéraires : on y faisait des offrandes, des sacrifices, on offrait des guirlandes de fleurs aux morts. Bacchus occupe une place importante dans le jardin : il fait surgir la vie dans la nature à partir des plantes en décomposition ! C'est le principe de notre compost ! La vie renaît de ce qui paraît mort !

Théophane

02 avr.

Jour 3 : Le tournage de la vidéo

Pour notre vidéo de présentation du projet, c'est M. Homont qui est venu nous filmer ce mercredi matin. Le film  montre tout ce qu'on fait dans ce projet ( mais pas encore la sortie dans les jardins du chateau de Versailles !)

 

Le tournage s'est déroulé dans le CDI, en salle d'arts plastiques et même dehors, dans la nature sauvage! Au CDI, nous avons mis en avant plusieurs aspects du projet : les recherches documentaires sur les différents jardins, la lecture de Vendredi ou la vie sauvage mais aussi le moment où nos profs nous ont expliqué le projet et nous ont dit qu'on allait mettre une tonne de terre dans la galerie.

 

Puis Corentin n'a pas hésité à braver les éléments pour partir à la découverte de la nature sauvage.

 

Enfin, nous avons terminé dans la salle d'arts plastiques : on voit de la terre puis quelque chose commence à pousser, comme une fleur, mais enfait il s'agit d'un doigt puis d'une main et d'un bras. Pour filmer cela, il a fallu réaliser une structure en grillage recouverte de 20 kg de d'argile puis posée sur des élèves.

C'était un peu long de rester sous toute cette terre et surtout, c'était difficile de sortir gracieusement les mains avec tout ce poids dessus!

Au final, on est super contents de la vidéo. Elle montre bien toutes les étapes du projet. Merci encore M. Homont d'être venu nous filmer!

25 mar.

Dans la galerie : jour 1

Le 1er jour, nous avons rencontré Marion Richomme avec qui nous allons travailler pendant toute la semaine. Elle nous a présenté ses créations puis nous a expliqué les bases du travail de l'argile, nous a donné les consignes et le thème de cette semaine : "la nature reprend ses droits).

Pour commencer, nous avons tracé au sol le tronc et les racines d'un arbre avant de commencer à y mettre de l'argile dessus. Marion nous a expliqué comment construire les racines.

 

L'après-midi, nous avons changé de groupe. Ceux qui étaient à la galerie le matin sont allés au CDI continuer leurs recherches sur les jardins. Dans la galerie, nous avons continué le travail commencé le matin : nous avons ajouté des racines plus petites et nous avons fait du sol. Marion nous a demandé de créer différentes textures pour les sols à l'aide de ses outils ou de nos doigts.

 

Baptiste et Pierre

 

Nous cherchons l'inspiration dans l'histoire des différents  jardins .

Le jardin persan est l'ancêtre de tous les jardins.

Le mot jardin est à l'origine du mot paradis ! Dans la perse antique, le jardin était entouré par un mur. Il était divisé en quatre parties par un bassin d'eau. Il est composé de 4 éléments : la terre, les végétaux, le ciel et surtout...l'eau. Les plates bandes de fleurs s'organisent autour du bassin en forme de croix.  Ce sont les éléments que l'on retrouve dans le cloître chrétien et le jardin paradisiaque évoqué dans le Coran.

Flavian 

Ils ont soutenu...