Accueil » Découvrir les projets » Campagnes » Frida Kahlo à Avignon !

Frida Kahlo à Avignon !

  • Image du projet Frida Kahlo à Avignon !
  • Image du projet Frida Kahlo à Avignon !
  • Image du projet Frida Kahlo à Avignon !
  • Image du projet Frida Kahlo à Avignon !
  • Image du projet Frida Kahlo à Avignon !
  • Image du projet Frida Kahlo à Avignon !
  • Image du projet Frida Kahlo à Avignon !
  • Image du projet Frida Kahlo à Avignon !

sur un objectif
de 4 100

icone réaliséCampagne terminée
icone mecenes48 mécènes
Compagnie Novecento
icone map

Lyon

icone deduction
IR 2018 IS 2018

Compagnie Novecento

Après des parcours professionnels différents et complémentaires, deux comédiens, Franck Adrien et Nadia Larbiouene, se sont retrouvés autour d'une mê...

Compagnie Novecento

Après des parcours professionnels différents et complémentaires, deux comédiens, Franck Adrien et Nadia Larbiouene, se sont retrouvés autour d'une mê...

Compagnie Novecento
icone map

Lyon

icone deduction
IR 2018 IS 2018
Compagnie Novecento
icone map

Lyon

icone deduction
IR 2018 IS 2018

Compagnie Novecento

Après des parcours professionnels différents et complémentaires, deux comédiens, Franck Adrien et Nadia Larbiouene, se sont retrouvés autour d'une mê...

Grâce à vous, nous avons atteint notre premier palier ! Merci infiniment ! Ne nous arrêtons pas en si bon chemin ! Notre nouvel objectif : 16 000 €, grÂce À cette somme, nous pourrons couvrir la plupart des frais induits par le Festival

 

Portons Frida Kahlo, Esquisse de ma vie à Avignon Off 2018 ! 


L'association Novecento (loi 1901) est une compagnie de théâtre émergente et engagée basée dans le Vieux Lyon, qui a a coeur de proposer des spectacles forts sur des thématiques qui lui sont chères : multiculturalisme, vivre-ensemble, handicap, égalité homme-femme, etc.

Co-dirigée depuis sa création par Franck Adrien et Nadia Larbiouene, deux comédiens engagés, La Compagnie a dernièrement repris son spectacle Frida Kahlo, Esquisse de ma vie avec une toute nouvelle mise en scène signée Francois Bourcier qui met plus d'emphase sur le handicap de Frida, qui - on ne le sait pas assez - a passé une grande partie de sa vie alitée ou en fauteuil roulant. Cette pièce sera présentée au Festival D'Avignon Off 2018, pour le premier Festival de la Compagnie. Un grand challenge pour une petite structure !

Pourquoi une pièce sur Frida Kahlo ?

Frida Kahlo fait partie de ces artistes qui ont marqué l'Histoire tout autant que l'histoire de l'art. Femme forte, rebelle et engagée, sa vie et ses œuvres passionnent encore aujourd'hui les plus jeunes générations. Il y a mille raisons pour cette fascination : de ses peintures puissantes et colorées à son militantisme politique, de sa beauté intemporelle à son histoire d'amour tumultueuse avec Diego Rivera, chacun des aspects de sa vie est remarquable, intéressant, fascinant... Mais si la popularité de Frida Kahlo ne décroît jamais, c'est peut-être avant tout parce qu'elle est une icône.

Frida est une icône de la perseverance et du courage. Déjà malade depuis son plus jeune âge, son corps a été son pire ennemi durant toute sa vie malchanceuse. Mais Frida, pourtant souvent clouée au lit, ne s'est jamais laissé emprisonnée dans ce corps douloureux, tout comme elle ne l'a jamais caché. Ses douleurs et ses souffrances ne lui ont jamais fait honte, au contraire, elles nous les dévoilent dans ses tableaux, elle les a sublimées, magnifiées, et, en ce faisant, elle les a, en quelque sorte, exorcisées. Frida n'avait pas honte de son corps mutilé, elle en puisait une rage de vivre extraordinaire.
Et c'est pour cela que Frida nous fascine autant. Comme le dìa de los muertos, fête des morts colorée où paradent des squelettes ornés de motifs vifs et fleuris, Frida nous montre sa souffrance, mais sans morbidité, elle nous montre son handicap mais sans misérabilisme, elle nous montre son courage, sa force et sa détermination, et c'est pour cela qu'elle nous inspire tous.

C'est à cette Frida icônique que nous voulons rendre hommage dans cette pièce.

Nous avons besoin de vous !

Ce spectacle nous tient très particulèrement à coeur car il définit bien les engagements de la Compagnie.
Pour commencer, et c'est presque malheureux d'avoir à le souligner, c'est une pièce sur une femme, écrite par une femme, jouée par une femme, et nous pensons qu'il en faudrait tellement plus.
C'est également une pièce qui parle de handicap, de ce que ca fait d'être enfermé.e dans un corps qui cause souffrance et qui empêche de bouger. Encore une fois, nous pensons que les artistes devraient pouvoir s'exprimer plus sur ce sujet, sans misérabilisme et sans pathos
C'est pourquoi nous voulons emmener ce spectacle aussi loin que possible et le montrer à un public large (la Compagnie intervient d'ailleurs souvent en milieu scolaire, pour toucher un jeune public qui, d'une part, est souvent peu connaisseur du théâtre, et, d'autre part, pour le sensibiliser à ces problèmatiques particulières). Nous croyons qu'Avignon nous donnera la visibilité nécessaire pour faire connaître cette pièce ainsi que les autres travaux de la compagnie, et pour faire tout cela... Nous avons besoin de vous ! 
S'engager avec nous et nous soutenir, c'est aussi soutenir la future production théâtrale, en espérant que plus de pièce comme la nôtre puisse voir le jour. Plus de pièces sur les femmes ! Plus de pièces sur les sujets difficiles ! 

Qu'allons nous faire des fonds collectés ?

Partir dans la grande aventure du Off, cela implique beaucoup des frais non négligeables pour une petite structure comme la nôtre. Pour mener à bien notre projet, nous avons besoin de fonds. 
Aujourd'hui, nous demandons 4 100€, ce qui nous permettra de régler les frais de co-réalisation avec le Théâtre des Barriques, qui nous accueillera (3 800€) et de payer une partie de l'affichage (300€), indispensable pour attirer le public. 
Tout ceci n'est que le premier palier que nous souhaiterions atteindre. Au total, les frais induits pour participer au Off d'Avignon s'élèvent à 24 164 euros ! Car on oublie souvent qu'un spectacle, ce ne sont pas simplement des acteurs qui montent sur scène, mais c'est toute une équipe qui travaille et s'investie pour rendre la magie possible ! C'est pourquoi nous sollicitons votre générosité aujourd'hui.

Avec 4 100€ : Nous finançons, comme vous l'avez vu précedemment, la co-réalisation et l'affichage.
+ 11 625€ : C'est ce qu'il faut pour rémunérer correctement tous les membres de l'équipe + les charges
+ 1 400€ : Cela représente les frais de défraiements pour l'équipe et les décors ! 
+ 3 300€ : C'est le logement et la nourriture pour toute notre équipe pendant toute la durée du Festival
+ 3 712€ : Ce sont tous les frais annexes de communication et de diffusion (Impression d'affiches, tractage, frais relatifs au Journal du Off et à AF&C, Publicité) ainsi que d'autres frais annexes (matériels, frais divers)

Nous vous dévoilerons tous les détails au fur et à mesure de la campagne. Nous resterons quoi qu'il arrive parfaitement transparent quant à l'utilisation de vos dons.

Rejoignez nous !

En nous soutenant aujourd'hui, vous participerez avec nous à la grande aventure du Off en suivant le développement d'une pièce de théâtre prometteuse ! Vous aiderez, de plus, la création artistique de demain en ayant prouvé qu'il est bien possible de financer une oeuvre sur une grande femme, handicapée de surcroît ! 
Nous vous proposons également des contreparties attractives pour que vous plongiez au coeur de notre projet (dédicaces, places de spectacles, rencontres...), aussi car nous souhaitons véritablement impliquer notre communauté :

Ensemble nous serons plus fort ! 

Je choisis le montant de mon don...

  • 10
  • 50
  • 125
  • 250
  • 500
  • 1 000

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand merci !
  • Flyers dédicacés. Un jour, ils seront collector !
  • 1 invitation pour voir le spectacle. C'est vraiment chouette !
  • 2 invitations. C'est deux fois plus chouette !
  • Pass-saison pour voir deux pièces de la Cie au choix !
  • Rencontre décontractée avec l'équipe artistique et technique
  • 500
  • 1 000
  • 2 000
  • 3 000
  • 5 000

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand merci !
  • Pass-saison pour voir deux pièces de la Cie au choix !
  • Rencontre décontractée avec l'équipe artistique et technique
  • Votre logo sur nos supports de communication
  • 5 invitations pour le spectacle de votre choix à distribuer à vos collaborateurs
  • Une représentation privée. Frida Kahlo en toute intimité pour vous et vos employé.es seulement !

La vie du projet

29 juin.

Le Grand Départ !

Demain la campagne s’achève, l’occasion pour moi de faire un bilan et, pour une fois, de m’exprimer en nom propre ;)

47 mécènes
309%
12 675€

Les chiffres parlent d’eux-même, vous avez été très nombreux.ses à nous suivre dans cette aventure, votre mobilisation fait chaud au coeur!
Ce fut notre première campagne de mécénat participatif, le défi était grand et vous l’avez relevé avec nous !

À vous tous, mécènes, spectateurs.rices, ceux et celles qui nous suivent sur les réseaux sociaux et toutes celles et ceux qui nous soutiennent : MERCI !

Un grand MERCI également à nos partenaires : L’école d’hôtellerie Vatel, pour son IMMENSE générosité, et sans oublier La Compagnie Théorème de Planck, le Théâtre des Barriques, le Théâtre des Asphodèles, La Maison d’Amérique Latine et des Caraïbes en Auvergne-Rhône-Alpes, La Maison des Passages et la Ville de Lyon !


----

Bénévole à Novecento en communication et diffusion depuis Octobre 2017, ce fut un honneur et un plaisir de côtoyer des artistes si talentueux.ses, de les suivre dans la préparation du plus grand festival de théâtre au monde et de pouvoir les aider à mener à bien ce projet.

J’ai adoré rédiger chaque semaine ces petits billets, vous présenter l’équipe et surtout vous parler de ce magnifique spectacle qu’est Frida Kahlo, Esquisse de ma vie, que j’ai tant aimé voir et revoir et revoir.

J’en ai sûrement importuné quelques uns/unes avec mes mails répétés, mes tote-bags ou encore mes posts sur les réseaux sociaux et je remercie mes ami.es et ma famille de leur patience car il est vrai que ce spectacle a été mon principal sujet de conversation ces derniers mois ! Sachez néanmoins que ce ne fut jamais forcé, c’est simplement infiniment agréable de défendre un projet que l’on aime tant !

Ce fut un privilège d’assister à la création d’une telle pièce auprès de personnes si engagées et si investies et c’est en toute sincérité que je vous recommande de foncer les voir dès que possible !

J’ai énormément appris à leurs côtés, et je me fais déjà une joie de les retrouver pour la saison prochaine !

Au moment où je publie ceci, l’équipe est déjà sur les routes du Vaucluse en direction de la Cité des Papes, et je sais que vous vous joindrez à moi pour leur souhaiter le plus beau des succès ! Je vous invite d'ailleurs à les suivre sur Facebook et Twitter ainsi que via la Newsletter pour ne rien rater de leurs aventures en Avignon ! 

Je vais laisser ma place pendant ces intenses semaines de Festival à Maud Rannou, qui, je le sais déjà, fera un excellent travail !

Je tiens également à saluer Marine Meziani pour son aide, sa motivation et sa bonne humeur ainsi que toute l’équipe de Commeon, en particulier Juliette, pour ses conseils et son accompagnement tout au long de la campagne !

Enfin, je voudrais adresser des remerciements très spéciaux à Nadia Larbiouene et Franck Adrien qui m’ont formé, aidé, fait confiance et donné ma chance. On dit souvent que le Théâtre est une grande famille...C’est absolument vrai !

Quant à moi, je vous retrouve la saison prochaine pour de nouvelles aventures et, un peu émue, je vais conclure ce dernier billet en vous souhaitant à tous un sincère et généreux : MERDE !

- Anaïs

22 juin.

Les Lumières - Antoine Fouqueau

Au théâtre, les lumières servent principalement à recréer l’illusion d’un environnement pour plonger les spectateurs.rices dans l’univers de la pièce, mais leurs rôles ne se limitent pas à cette simple imitation. Les lumières sont aussi souvent là pour marquer le rythme : un fondu au noir exprime un changement d’Acte, par exemple, et sont également porteuses de sens, en cela, au même titre que les décors, la musique ou le jeu, elles participent activement à la mise en scène.

La nouvelle mise en scène de François Bourcier a introduit des images projetées et mappées sur le drap du lit dans lequel Frida vit son supplice. Ces images esquissent la vie de l’artiste : sa jeunesse, son accident, ses amours, son art.
De fait, la lumière, conçue par Antoine Fouqueau, sans être secondaire, s’est mise au service de l’histoire racontée par le dialogue entre la comédienne et ce jeu d’images qui semblent sortir d’elle-même.



 

“Pour Frida Kahlo, il fallait créer des sensations par des nappes de couleur et des axes de lumière précis afin de laisser la priorité à la vidéo qui illustre l’histoire. L’éclairage du lit est suggéré par des lampes de chevet et les ambiances autour suivent l’histoire” - Antoine Fouqueau

Dans Frida Kahlo, Esquisse de ma vie, la Lumière est tantôt réaliste : elle recrée l’illusion d’une chambre éclairée par les lampes de chevet, par exemple, tantôt surnaturelle, quand elle sort du réel : elle peut suivre la Mort, lui offrir des douches de lumière, ou la laisser dans l’ombre, parfois elle se projette sur Frida chaude et vive, parfois froide et pâle, parfois légère et fuyante et parfois presque palpable, en cela, la lumière est également un vecteur d’émotions, elle contribue à la dramatique du spectacle, et y fait sens.




 

La vie de Frida Kahlo est presque un oxymore : malade dès le plus jeune âge et pourtant si forte, clouée à son lit après son accident et pourtant si libre, souffrante mais lumineuse, la mort n’a cessé de rôder autour d’elle alors qu’elle criait la vie. La lumière se devait d’illustrer ces contrastes : des tons chauds et chaleureux aux tons glaçants et mortifères, la lumière suit les hauts et les bas de la vie de l’artiste et entraîne le spectateurs dans une atmosphère intime.


Antoine Fouqueau

Antoine Fouqueau fait parti de ces intermittents aux multiples casquettes : Comédien, assistant à la mise en scène, concepteur de décors et d’accessoires, il est également régisseur et créateur de lumières pour le théâtre, la danse et la musique, régisseur général de tournées, de festivals et de lieux de spectacles… C’est justement cette diversité, ce kaléidoscope qui résume 30 années au service du spectacle vivant avec un égal bonheur.

15 juin.

Un immense merci !

12 450€

303%

42 mécènes 


Voici les chiffres incroyables de notre campagne 15 jours avant sa fin !

Un immense immense merci à toutes et à tous pour votre soutien ! 
Un remerciement tout particulier à Vatel pour son immense générosité ! 

Grâce à vous, nous allons pouvoir financer :
- La co-réalisation
- Les frais relatifs à AF&C et la SACD
- Les frais de Communication (Affiches, tracts, merchandising...)
- Le logement pour l'équipe
- La plupart des dépenses courantes 
- Quelques accessoires supplémentaires pour le spectacle 

Il nous reste encore à trouver les fonds pour :
-Rémunérer l'équipe CORRECTEMENT, ce qui évidemment constitue la plus grosse dépense
- Les Charges
- Pourcentage de mise en scène 


Prochain objectif : 16 000 €
C'est notre estimation la plus basse pour financer tous les frais induits par le Festival 
 

Sans vous, rien ne serait possible !
Alors n'hésitez pas à partager ce lien avec autant de monde que possible ! 
www.commeon.com/fr/projet/frida-avignon
Plus nous serons nombreux.ses, plus nous aurons de chance de succès !
à bientôt pour la suite de cette fabuleuse aventure !
 

08 juin.

La Résistance Culturelle : L'engagement de Novecento

Cette semaine, nous allons moins parler des pièces que de ce qu’elles représentent. En effet, Novecento ne l’a jamais caché : c’est une compagnie engagée.

En résonance avec ce billet, retrouvez l’intégralité du reportage d’Antoine Marette pour France Culture : Le Vieux Lyon face à l’ultra droite, dans lequel vous retrouverez les témoignages de Franck Adrien et Philippe Carry.

https://www.franceculture.fr/emissions/le-magazine-de-la-redaction/le-magazine-de-la-redaction-du-vendredi-01-juin-2018

C’est essentiellement pour aborder les thèmes qui leur tiennent à coeur que Nadia Larbiouene et Franck Adrien se sont lancés dans cette aventure. Apprendre, sensibiliser, dénoncer… À contre courant du simple divertissement, le Théâtre sert de vecteur, il véhicule des messages, il devient militant.
 

“Il nous paraît plus que jamais nécessaire de proposer un théâtre qui pose questionnement sur des thèmes de société importants et qui s'installe en régularité avec le public.”
 

Handicap, égalité homme-femme, devoir de mémoire...font parties des problématiques privilégiées de la Compagnie.
Pour prendre un exemple, on peut citer Où on va Papa? qui met en lumière un texte de Jean-Louis Fournier, drôle et émouvant sur le quotidien d’un père qui élève deux enfants sévèrement handicapés. Les remarques parfois cinglantes de ce papa désespéré qui trouve refuge dans l’humour noir ne font pas toujours l’unanimité, certain.es spectateurs.trices sont choqué.es, mais c’est justement le but : faire réagir le public, le confronter à des sujets parfois inconfortables mais nécessaires.

La Compagnie est également fortement impliquée dans les problématiques du devoir de mémoire avec de nombreuses pièces portant ou ayant pour toile de fond la Seconde Guerre Mondiale: Inconnu à cette Adresse, Une Journée Particulière, Je m’appelle Etty, Matin Brun, Sophie Scholl, Résistance d’une jeunesse


Franck Adrien et Nadia Larbiouene dans Inconnu à cette Adresse

“Notre arme, c’est le Théâtre”  - Nadia Larbiouene

 

C’est cet engagement qui va pousser la Compagnie à proposer une véritable Résistance Culturelle, notamment face à la montée des extrêmes.

“On voulait proposer une alternative à toutes ces associations d’extrême droite qui pullulent dans le Vieux Lyon” - Franck Adrien


Retour sur un contexte difficile:

Depuis quelques années, différents mouvements d’ultra-droite se sont implantés dans le quartier du Vieux-Lyon. Ils investissent différents lieux de ce quartier à la fois populaire,  touristique et commerçant : bars associatifs, locaux, salles de sport etc.

Ce quartier a été marqué par différentes vagues d’immigration et ses habitant.es ont toujours défendu cette mixité sociale et culturelle. Mais les groupes d’ultra-droite remettent aujourd’hui en question ce modèle de “vivre ensemble”. Le Vème arrondissement reste ancré dans un tradition chrétienne et ces mouvements utilisent les symboles historiques du Vieux-Lyon pour revendiquer une identité exclusive et excluante.

 


Tracts et Affiches de Génération Identitaire. Source: France Culture

 

Parmi ces groupes, on retrouve Génération Identitaire qui a ouvert La Traboule, bar associatif ayant pour vocation “la promotion de la culture lyonnaise, française et européenne”. Pour ces jeunes, il s’agit de résister à la culture globale qui détruit les identités nationales. Récemment, des patrouilles ont mené des actions dans les Alpes pour stopper le parcours des migrants à la frontière franco-italienne. Il y a aussi Bastion Social ( anciennement le GUD) dont les adhérents se revendiquent du “nationalisme-révolutionnaire”

Ces mouvements s’en prennent aussi à ceux qui résistent à leurs actions dans le quartier et la ville. C’est le cas de Philippe Carry, horloger du Vieux Lyon dont la vitrine a été vandalisée, et tout récemment le local CGT, recouvert de croix celtiques et d’inscriptions telles que “FAF” (la France Aux Français).

En partenariat avec la LICRA, le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation, le Café des Psaumes, le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, ou encore l’Espace Hillel, la Compagnie travaille souvent avec des associations pour la culture Juive et la dénonciation des horreurs de la Shoah, ce qui lui attire les foudres de ces mouvements identitaires…
 

“Vous feriez mieux de vous occuper de vos affaires plutôt que de ces histoires de juif”
Disait un courageux coup de fil anonyme adressé à Franck Adrien

“Putes communistes”  ;  “Sales Youpins”
Ont été adressé aux spectateurs.trices venu.es voir les spectacles, et la Maison des Passages a également déjà été vandalisée en février et avril 2017.


Vitrine brisée de la Maison des Passages. Février 2017. Source: Rue89Lyon

La compagnie poursuit néanmoins ses engagements, en intervenant un maximum dans les écoles, collèges et lycées afin d’interagir avec les jeunes citoyen.nes sur ces questions cruciales. En représentation scolaire, les comédien.nes proposent systématiquement un bord de scène pour répondre aux questionnements des élèves et les interroger sur les  problématiques soulevées par la pièce, afin qu’ils puissent les mettre en parallèle avec leurs cours, d’une part, et avec l’actualité, d’autre part. Pour les “Tout public”, l’équipe de Novecento prend également toujours le temps de rencontrer, discuter et débattre avec les spectateurs.trices à la fin des représentations.

Soutenir la compagnie et le spectacle, c’est aussi soutenir sa démarche engagée et militante, ainsi que sa vision du Théâtre, un Théâtre qui interpelle et qui s’affirme comme vecteur de la Résistance Culturelle.
NO PASARÁN !

01 juin.

Prochaines dates pour Frida Kahlo, Esquisse de ma vie !

 

Aujourd'hui nous vous annonçons les prochaines dates de Frida Kahlo , Esquisse de ma vie ! 

Nous attendons avec plaisir notre public Rhônalpin pour les dernières représentations à Lyon de la saison !

Samedi 2 Juin à 15H et 19H
Mardi 5 Juin à 20H
Mercredi 6 Juin à 20H 
La Maison des Passages - 44 rue Saint Georges 69005 


Réservations: 06 95 49 00 98 - www.compagnienovecento.fr



Avant de vous ruer vers votre téléphone pour réserver vos places, nous tenions à adresser un immense remerciement à nos formidables mécènes !
Grâce à vous nous avons récolté jusqu'à ce jour 2180 €, soit 52% de notre premier objectif !
Sans vous, rien ne serait possible ! Merci !
Nous avons fait la moitié du chemin, ne nous arrêtons pas en si bonne route ! Il nous reste un mois pour y parvenir, ensemble nous y arriverons !



 

25 mai.

Frida Kahlo : Féminisme et Héritage

Frida est célèbre à bien des niveau, reconnue à la fois par les institutions muséales et le grand public, elle s'est à la fois imposée comme artiste incontournable et icône de la pop culture.

Cependant, Frida Kahlo n'a pas toujours fait (et ne fait toujours pas) l'unanimité, de par ses engagements politiques et sa personnalité haute en couleur.
En effet, Frida, souvent citée pour ses combats communistes, était également une précurseure du féminisme.
Se prédestinant au départ à une carrière médicale, elle a été l'une des rares filles admises à l'école de médecine, seulement 35 sur 2000 étudiants, un constat qui l'alarme profondément.
Contrainte d'abandonnée ses études après son accident, Frida se consacre désormais à la peinture, en partie car peindre sa souffrance l'aide à surmonter son traumatisme, mais aussi parce qu'elle souhaite travailler et gagner sa vie de manière indépendante.
Frida rejette systématiquement le rôle traditionnel de la femme, notamment dans un Mexique catholique et conservateur.

"Je ne veux pas suivre le même parcours que toutes les autres femmes Mexicaines, soumises, silencieuses. Non, moi je veux voyager, étudier, je veux la liberté et le plaisir. Tous les plaisirs."

Elle et Diego habitent dans des maisons séparées reliées par une passerelle, et malgré l'amour profond qu'ils se portent, ils ne s'empêchent pas de vivre une relation libre.
Frida aborde aussi souvent des sujets tabous dans ses tableaux, qui parlent sans détour, d'une manière crue et poétique, de sexualité, de fausse-couche... des thèmes sensibles et intimes, qui font partie de la vie quotidienne des femmes mais qui sont pourtant, encore aujourd'hui, cachés comme de honteux secrets.

Les oeuvres sur Frida Kahlo

Quand on pense aux représentations de Frida Kahlo, on a souvent en tête le film de 2003 de Julie Taymor qui met en scène Salma Hayek dans le rôle de l'artiste Mexicaine. Si aujourd'hui le film est applaudi unanimement par la critique et le public, sa réalisation a pourtant été un véritable parcours du combattant.
Salma Hayek a avoué il y a quelques mois que Harvey Weinstein avait voulu saboter le film car qu'elle a refusé de céder à ses avances. Après avoir harcelé l'actrice pendant le tournage, allant jusqu'à tambouriner à la porte de sa chambre d'hôtel toutes les nuits, Weinstein a finalement quitté le projet en essayant à tout prix de le saborder.
C'était heureusement sans compter la détermination de Salma Hayek qui a bataillé pendant 7 ans et a investi personnellement dans la production pour réaliser enfin le film dont elle avait envie.


(Julie Taymor dirigeant Salma Hayek, Frida, 2003)

À sa sortie, le film n'a pourtant pas tout de suite gagner l'adhésion de toutes les critiques, comme le prouve ce commentaire dédaigneux de Première en 2003 :

"Qui a envie d'aller voir une histoire d'amour entre une infirme poilue et un peintre bedonnant qui sue ? "

Aujourd'hui, Frida Kahlo est finalement devenue l'icône que l'on connait, son monosourcil et ses fleurs dans les cheveux sont devenus des marques, des points de répères, certes caricaturaux mais définitivement ancrés dans l'imaginaire collectif, à l'instar de la langue pendue d'Albert Einstein.

 


(Frida Kahlo dans Coco de Disney)

L'originalité de la pièce

C'est en reconnaissant cet imaginaire collectif mais en le détournant que la pièce, Frida Kahlo, Esquisse de ma vie, fait preuve d'originalité. Elle nous fait d'entrer dans l'intimité de l'artiste, et propose une vision personnelle en remettant la Femme, et non le Personnage, au coeur de l'Histoire. Cela tient à la mise en scène de François Bourcier et l'interprétation de Nadia Larbiouene qui recentrent le récit sur l'invalidité de Frida et non sur ses grande frasques.
Clouée au lit, Elle nous livre une esquisse de sa vie, honnête et sans tabou, à l'image de la grande féministe qu'elle était, qui n'a jamais eu honte de son corps. Son corps handicapé. Son corps de Femme.

 


(Nadia Larbiouene dans Frida Kahlo, Esquisse de ma vie)

Si beaucoup de personnes, et notamment des femmes, se battent pour rendre hommage à Frida Kahlo, c'est peut-être finalement pour défendre son héritage. Frida a lègué son courage, sa force et sa détermination à toutes une générations de femmes, et même aux générations à venir. 

18 mai.

Derrière le rideau 5 : Franck Adrien

Derrière le rideau : Franck Adrien

 

Un spectacle, c'est avant tout une équipe. On pense souvent aux  comédien.nes,  au metteur en scène et aux techniciens, mais une pièce de théâtre implique bien plus de monde.
En effet, quand on assiste à une représentation, on oublie souvent tout le travail qui se déroule en coulisse, ainsi qu'en dehors des salles de spectacles : promotion et publicité, répétitions, réflexions techniques et artistiques, coordinations des équipes, rencontres avec les partenaires... Un travail de longue haleine et absolument nécessaire.
C'est pourquoi aujourd'hui, nous allons vous présenter un autre acteur du projet : Franck Adrien.

Franck Adrien, co-directeur de la Compagnie Novecento, suit le projet depuis le tout début.  Chargé de communication, assistant metteur en scène, régisseur ou encore conseiller, Franck Adrien a participé à beaucoup des aspects de la création de Frida Kahlo, Esquisse de ma vie.

Comédien et metteur en scène, Franck Adrien a participé à de nombreux projets dans des domaines très variés.
Avec plus d'une vingtaine de films à son actif, comme par exemple Le Facteur Cheval de Nils Tavernier, Malabar Princess de Gilles Legrand ou encore Lucie Aubrac de Claude Berri, on le retrouve également dans de nombreux téléfilms ou séries télévisées, comme récemment dans Speakerine de Laurent Tuel, mais aussi dans Joséphine Ange Gardien, Les Revenants, Profilage ou encore Plus Belle La Vie.
Franck Adrien est également très présent dans le domaine du doublage et du documentaire, il pose notamment sa voix pour Les Chevaux de Sai pour Arte, primé dans de nombreux Festivals, et a des rôles récurrents dans plusieurs Anime.

Polyvalent et touche-à-tout, c'est tout de même dans le Théâtre qu'on le retrouve le plus, Franck a joué dans une soixantaine de pièces et  est depuis 2013 co-directeur de la Compagnie Théâtrale Novecento avec  Nadia Larbiouene. Ensemble, ils ont signé plusieurs mises en scène et ont joué dans de nombreuses pièces : Inconnu à cette Adresse, Une Journée Particulière, La Déposition etc. Franck Adrien a également mis en scène des textes qui lui tiennent à coeur , entre autre : Matin Brun de Franck Pavlov où il propose un jeu original et inédit mêlant narration et marionnettes, et Où on va Papa? de Jean-Louis Fournier, une lecture théâtralisée d'un texte fort et drôle sur le handicap des enfants, accompagée d'une violonniste.

04 mai.

La Face cachée du Off

Cette semaine, nous vous proposons un billet de blog un peu spécial. Nous souhaitons expliquer plus clairement les raisons pour lesquelles  nous avons lancé cette campagne de financement participatif en vous parlant d'un sujet sensible et plutôt polémique.

Il est, en effet, légitime que vous puissez vous demander pourquoi nous faisons appel au mécénat alors que notre spectacle est déjà crée... Cette semaine, on ne va donc pas vous emmener derrière le rideau, mais dans l'envers du décor du Festival d'Avignon, en vous présentant:

 

La Face cachée du Off.


 

Le Festival d'Avignon  est un lieu magique de création et d'émulation artistique. C'est un des plus grand festivals de théâtre au monde et chaque année des milliers et des milliers de spectateurs et spectatrices se rassemblent autour d'une passion commune: le spectacle vivant !

Les chiffres parlent d'eux-même: en 2017,  le Festival a affiché 150 000 entrées et 62 000 cartes d'abonnements vendues!

Le Festival Off a été crée pour dépoussiérer  les institutions, créer une émulation et un foisennement artistique et intellectuel.

Mais la réalité du Off cache un aspect plus sombre... Aujourd'hui, de nombreuses compagnies s'offusquent de certaines pratiques entourant le Festival, une pétition a même été lancée pour sensibiliser les acteurs et actrices du spectacle vivant, ainsi que le grand public.
 

"imperceptiblement le foisonnement a fait place à l’efficacité, l’insolite a fait place au « produit culturel », l’insouciante légèreté créatrice, à la recherche cynique d’une création prête à se vendre. Et la liberté des débuts a inévitablement plié sous la pression d’une course effrénée à la rentabilité." extrait de la lettre ouverte à l'initiative des Sentinelles - Fédération de compagnies professionnelles du spectacle vivant.
 

En effet, en 2017, c'est 1480  spectacles qui se sont joués dans 128 lieux différents, soit une moyenne de plus de 11 spectacles par salle! Si Avignon a toujours été un marché du théâtre, il semble que ce système arrive à saturation.

L'explosion de l'offre rend la visibilité difficile, notamment pour les petites compagnies moins connues, et les intermédiaires ont tendance à profiter de ce système dangereux, en augmentant leurs prix parfois scandaleusement. Aujourd'hui, la somme moyenne à dépenser pour une compagnie qui participe au Off est de 20 000 euros.

Hélas Avignon est un point stratégique essentiel, qui permet une reconnaissance du public et des professionnels à grande échelle, et ne pas y participer est un luxe que peu de compagnies peuvent se permettre. 

Dans les faits, le Festival fait de moins en moins de place aux petites structures, aux prises de risque et aux créations innovantes. La majorité des spectacles sont des Seul en Scène car ils sont moins chers à produire, ce malgré les efforts de l'AF&C pour encourager  les compagnies à créer des spectacles plus ambitieux.

Le risque est de se retrouver avec une uniformisation des spectacles, qui seront de plus en plus callibrés pour répondre aux attentes spécifiques du Festival : Rentabilité et Efficacité deviennent les mots d'ordre au détriment de la Passion et de la Création. Dans certains théâtres, les spectacles s'enchaînent à un rythme si soutenu que les spectateurs et spectatrices ont parfois à peine le temps d'applaudir: ce n'est plus un marché, c'est une usine.

Les compagnies de théâtre n'ont plus les moyens de présenter des spectacles de qualité ou se ruinent pour y arriver: chaque année c'est presque 400 compagnies qui font faillite suite au Festival. À l'heure où les subventions pour la culture se raréfient, beaucoup n'ont d'autre choix que de chercher des sponsors privés et donc de "lisser" leurs créations pour les rendre attractives pour des marques, ce qui engendre un système d'auto-censure malsain.

C'est pourquoi nous faison appel à vous et votre générosité aujourd'hui, nous voulons proposer une production artistique INDÉPENDANTE et de QUALITÉ en vous permettant d'être au coeur de cette réalisation. Nous ne sommes hélas pas non plus à l'abri de la faillite.

Nous voulons aussi rémunérer CORRECTEMENT les intervevants de ce spectacle, ce qui est loin d'être aussi évident que cela devrait l'être : Chaque don est un geste contre la précarisation des artistes et des intermittent.es du spectacle.

Nous soutenir dans cette démarche, c'est aussi et surtout défendre des valeurs de liberté artistique, en récompensant la prise de risque, en refusant d'entrer dans des logiques d'efficacité, d'uniformisation et de rendement qui n'ont rien à faire dans la création.

Ensemble, nous pouvons y arriver!

Merci aux mécènes qui permettent de rendre cela possible!
Merci à toutes celles et ceux qui aiment et partagent notre campagne et notre travail!
Merci aux spectatrices et spectateurs qui viennent nous voir et qui nous soutiennent!
 

À l'heure où cet article est posté, nous avons atteint 39% de notre premier palier et il nous reste 28 jours pour atteindre les 100%! Cela ne sera possible que grâce à vous, ensemble, mobilisons-nous pour le spectacle vivant!

27 avr.

Découvrez le teaser de Frida Kahlo, Esquisse de ma vie!

Cette semaine on vous propose un avant-goût exceptionnel de la pièce! 

Pour la première fois, venez découvrir un teaser de Frida Kahlo, Esquisse de ma vie! 

 



Sans trop vous en dévoiler, on vous laisse apprécier l'émouvante interprétation de La Llorona par Camilo Vallejos !

N'hésitez pas à partager la vidéo un maximum autour de vous, cela nous aide énormément! 

 

20 avr.

Derrière le rideau 4: Les décors

Parfois très réaliste, parfois minimaliste, les décors de théâtre servent à la fois à plonger les spectateurs.rices dans l'univers de la pièce, à créer l'illusion d'un environnement, mais aussi à être porteurs de sens et de symboliques.

Dans Frida Kahlo, Esquisse de ma vie, le metteur en scène Francois Bourcier avait imaginé un système de lit à la vertical dans lequel Nadia Larbiouene (Frida) serait "allongée" et pourrait communiquer avec le public comme à travers un miroir : le miroir que Frida Kahlo avait effectivement fait poser au dessus de son lit pour pouvoir se peindre.

Le but est d'appréhender l'artiste dans son intimité. Le spectateur se fait à la fois voyeur, il entre dans la chambre de Frida, sans atours, mais dans une perspective étrange, impossible, sur-réelle...Comme dans les tableaux de Frida, on épie cette peintre qui ne cache rien: ni sa soufferance, ni ses peurs, ni sa fausse-couche... Dans un univers suréaliste, un peu naïf et même parfois dérangeant.

Les décors ont été réalisé par Jean-Baptiste Cleyet. Jean-Baptiste multiplie les casquettes: décorateur,accessoiriste, graphiste, affichiste, monteur, réalisateur... C'est également lui qui a concu la belle affiche bleu, simple mais puissante. Jean-Baptiste Cleyet a d'abord réalisé un travail préparatoire en concertation avec toute l'équipe. 


Une fois ce travail validé, il a pu passé des croquis à la construction du décor pour aboutir à ce fameux lit à la vertical. Il a également élaboré une partie du système vidéo, qui font que des images, tableaux et photos sont mappées sur les draps blancs à mesure que Frida nous conte son histoire.



 

Jean-Baptiste Cleyet: Le concepteur décors et vidéo

Après trois ans de classes préparatoires à l'ENSET (Ecole Normale Supérieure de l'Enseignement Technique) et un Deug expérimental arts plastiques, il travaille, entre autre, à la réalisation d'affiches, de logos, de plaquettes et de créations de personnages à l'AGLCR (Bourg-en-Bresse) où il découvre le monde et les techniques de l'imprimerie offset et y concoit leur premier décor de théâtre "coquillage" pour la Compagnie Traverses.

Il travaille également pour la Compagnie Avant-Quart, animée par Jean-Paul Cathala, pour laquelle il réalise de nombreux décors, accessoires et affiches. En parallèle, il se forme à Lyon pendant deux ans aux métiers du dessin animé traditionnel et en particulier au storyboard de séries télévisées.

Par la suite, il collabore à de nombreux projets dans des domaines variés: théâtre, cinéma, télévision, danse... pour des affiches, des décors, des accessoires mais élagement, assez souvent, du montage, de la réalisation et de la conception.

13 avr.

Derrière le Rideau 3: La Musique

DERRIÈRE LE RIDEAU: LA MUSIQUE


Au théâtre, la musique est souvent extradiégétique, c'est-à-dire qu'elle est en dehors de l'histoire, elle n'appartient pas au monde des personnages. Elle intervient surtout pour ponctuer le spectacle, faciliter les enchaînements des scènes ou faire office de transition. Mais dans Frida Kahlo, Esquisse de ma vie, la musique n'est pas seulement utilisée pour donner du rythme au récit, elle en fait partie, elle fait corps avec la narration.




Camilo Vallejos n'est pas qu'un musicien, il incarne un personnage, celui de La Mort.  Il sort de l'ombre comme un monstre sort de sous un lit et rôde constamment autour de Frida, dans un rapport ambigu: parfois il se rie d'elle, il se fait menacant, parfois il chante avec elle des hymnes révolutionnaires.
En ce sens, Camilo est à la fois intra et extradiégétique, dans et en dehors de la narration. Tantôt il interagit avec Frida, tantôt il joue une musique solitaire qui pose une atmosphère. C'est un peu comme s'il sortait tout droit de l'imagination onirique de la peintre, elle s'adresse à lui, mais est-il réel? Peut-être est-il surréel...

Guitare, flûtes, saxophones... Les instruments sont nombreux et variés et nous plongent directement dans le Mexique des années 30, entre chants révolutionnaires  zapatistes et chansons traditionnelles.

On vous promet qu'au sortir de la pièce, vous aurez dans la tête un petit air d'Amérique Latine...



Camilo Vallejos: Le Musicien



Professeur de hautbois et passionné d'instruments traditionnels à vent, Camilo Vallejos a d'abord fait des études de violon qui l'ont amené très jeune à être violoniste à l'orchestre symphonique Batuta à Pato en Colombie. C'est par la suite qu'il s'est consacré au hautbois.

Il a étudie cet instrument en France et en Colombie sous la direction de professeurs tels que Juan Jairo Benavides, Andreas Sheider,César Ognibene, Guy Laroche et Sébastien Gibler. Il est diplomé d'études musicales et de perfectionnement au Conservatoire à Rayonnement Régional de Lyon ainsi qu'au conservatoire Massenet de Saint Etienne.

Il a également assisté à des masterclass et stages avec de grands hautboïstes tels que: Heinz Holliguer, Maurice Bourg et Stephan Part, entre autres...

Actuellement au conservatoire de Lyon et à l'université Lyon 2, Camilo est hautboïste dans différents ensembles et orchestres de la région. Il oeuvre aussi pour différents projets pédagogiques et échanges culturels.

06 avr.

Derrière le rideau 2 : L'Auteure/L'Actrice

Le texte est la substantifique moelle d'une pièce de théâtre, son corps, le point de départ de la réalisation. C'est encore plus vrai pour Frida Kahlo, Esquisse de ma vie, car l'auteure, Nadia Larbiouene, est également l'interprète de l'artiste Mexicaine.
Texte et jeu ont donc été conçus ensemble, comme un tout indisociable. Touchée par l'histoire de Frida, c'est en se plongeant dans les journaux intimes et les correspondances de la peintre que Nadia Larbiouene a saisi ses morceaux de vie pour les mettre en lumière.

Nadia Larbiouene n'a pas souhaité se "grimer" pour jouer Frida Kahlo. Pas de faux monosourcil outrancier, pas de robe colorée ou de fleurs dans les cheveux,  mais une interprétation sobre, digne, sans fard ni artifice. Tout d'abord, parce qu'il serait aisé de tomber dans la caricature, or, il ne s'agit pas de singer mais bien d'interpréter: même si la Frida de Coco est drôle, elle n'en est pas moins une parodie! 


De plus, ce n'est pas vraiment l'artiste et la personnalité publique que les spectateurs peuvent contempler, mais une femme dans son intimité, une femme qui d'ailleurs est malade et alitée, que l'on surprend dans ses moments les plus personnels, les plus intimes, sans maquillage et sans atours.


Aujourd'hui, nous vous en dévoilons plus sur l'auteure/l'actrice et sur ses intentions. 


NOTE DE L'AUTEURE

«  Il est des personnages qui nous fascine par leur forte personnalité par leur intemporalité et Frida Kahlo en fait partie. Cette résistance à un monde, à un destin que l’on n’a pas choisi mais qui va nous servir, avec lequel on va faire corps pour mieux le maitriser. C'est un éternel combat mais qui s’avère salutaire si l’on veut être acteur et non spectateur de sa vie. Frida Kahlo , ou la rage de vivre malgré la maladie et l'accident qui la rendu handicapée à vie.
Elle est impressionnante de vivacité, de vitalité. C'est une femme qui se donne éperdument dans la vie. Une battante qui a su imposer sa liberté de femme, d'artiste et de militante. Féministe , elle s'est battue pour l'égalité des sexes : Elle a oeuvré, entre autre, pour que les petites filles aillent à l'école.
Frida un véritable personnage de théâtre par ses coups d'éclat , par sa sensibilité à fleur de peau : femme multiple, sans fard,  au destin qu'elle n'a pas choisi mais qui s'est dessiné à elle .
Pour la femme et la comédienne que je suis, travailler ce personnage est très intéressant, stimulant et attachant à la fois. je ne m'en fait pas une identification personnelle mais plutôt un miroir de ce qu'elle nous renvoie : les multiples femmes qui sont en elle.
Pour tout cela, pour cette complexité á la fois enivrante et déstabilisante, j' ai eu envie, à ma manière , de lui rendre hommage à travers cette pièce. Ce qui m’interpelle c’est la dualité d’une femme, celle victime d’un terrible accident et celle éprise de liberté et d’une rage de vivre ¡ E Viva La Vida !  »
- Nadia Larbiouene


Nadia Larbiouene

 

 

Après une licence d'Art du Spectacle, Nadia poursuit sa formation auprès de diverses compagnies lyonnaises et parisiennes en théâtre, danse, clown et chant. Comédienne et metteuse en scène, elle travaille depuis 2001 sur de nombreuses créations  : Dernièrement, Ca va  : Cabaret des Enchantés  ; Frida Kahlo, Esquisse de ma vie  ; Autour de Copi  ; Hamlet Machine  ; Ovide Métamorphosé  ; Sophie Scholl, Résistante d'une jeunesse  ; Une Journée particulière etc.
Elle participe à quelques projets audiovisuels (téléfilms et courts métrages), elle pose également sa voix sur des documentaires France 3. Elle est aussi intervenante théâtre dans plusieurs structures notamment auprès d'enfants en situation d'exclusion, de cette aventure, elle participera à l'écriture du livre «  L'Art à la rencontre de l'autre  ». En 2009, Nadia se forme au théâtre de l'Opprimé et pratique depuis le «  Théâtre Forum  ». 
Depuis 2013, elle est co-directrice de la compagnie de théâtre engagé Novecento.

 

Un parcours professionnel récompensé :
Le Ministère de la Culture, représenté par Mme Françoise Nyssen, lui décerne, au titre de la promotion de l’été 2017, le grade de « Chevalier des Arts et des Lettres » pour sa contribution et son engagement au service de la culture de notre pays. Comédienne et co-directrice de la compagnie Novecento, Nadia avait déjà été invitée à l’Elysée en 2015. À l’occasion du 8 mars, un événement national a été organisé à l’initiative du ministère en charge des droits des femmes sous l’intitulé « Elles font la France ». Ces femmes ont été choisies pour l’originalité de leur parcours. Nadia à été l’une des 100 Femmes invitées à l’Elysée pour échanger avec le président Hollande et les ministres chargées des droits des femmes sur le sujet de l’égalité entre les femmes et les hommes.

30 mar.

Derrière le rideau: La Mise en Scène

La mise en scène est un des éléments les plus importants d'un spectacle vivant, elle met en pratique le texte pour le sublimer, elle met les acteurs en valeur, elle transmet des émotions, elle participe d'un parti pris.

Sans trop vous en dévoiler - car il faut bien garder une part de surprise ! - nous allons vous révéler quelques informations exclusives sur la mise en scène de Frida Kahlo, Esquisse de ma vie!


Francois Bourcier: Le metteur en scène et scénographe



Metteur en scène engagé, il a signé plus d'une quarantaine de mises en scène. Libre dans ses choix, il a su mettre aussi bien en scène Jean Claude Dreyfus dans Le Malade Imaginaire au théâtre Sylvia Montfort à Paris que Sylvie Joly pendant dix ans ou L'Avare au Centre Dramatique National de St Denis, et plus récemment Le Secret du Temps Plié de et avec Gauthier Fourcade, Ivre d'Equilibre, et Le Mur de l'équilibre avec l'équilibriste Pascal Rousseau.
   Toutefois, c'est par son engagement qu'il se fait remarquer. Que ce soit avec Lettres de Délation d'André Halimi ou Résister c'est exister d'Alain Guyard (qui additionnent à eux deux plus de 1300 représentations), Sacco et Vanzetti également d'Alain Guyard avec Dau et Catella et Femmes passées sous silence crée au théâtre du Chêne Noir au Festival d'Avignon, mais également Race(s) ; La Maréchale et le Libertin ou La Fleur au Fusil et plus récemment Les Champignons de Paris, un spectacle crée en Polynésie sur les essais nucléaires français.
   Récompensé à plusieurs reprises, il a obtenu le Prix Théâtre des Rencontres Internationales Georges Brassens en 1989, une nomination aux Molières pour meilleur spectacle comique en 1994 et 1996 pour le spectacle de Sylvie Joly, et il obtient le Molière des Etudiants 2006 pour son interprétation de Lettres de Délation.
 

Secrets de conception:  Notes de mise en scène

« Je ne suis pas malade. Je suis brisée. Mais je me sens heureuse de continuer à vivre tant
qu'il me sera possible de peindre » Frida Kahlo.

« Quand j’ai vu le spectacle de Nadia sur Frida Kahlo, je lui ai tout de suite proposé de pousser plus loin le travail dramaturgique et scénographique que réclame la très belle performance de cette actrice hors pairSeule en scène, accompagnée d’un musicien, elle réalise un très bel exploit, celui de nous faire participer à la vie de cette artiste engagée, au franc-parler et qui sut peindre sa souffrance comme personne ne l’avait fait auparavant.

    La nouvelle scénographie que je propose est simple: un lit à la verticale vertical qui place le spectateur à la place de son miroir comme si celui-ci se trouvait tout en haut du lit de Frida à regarder comme un voyeur, ce corps allongé dans ses draps et son supplice. Les quelques éléments (lampes, tabouret) sont positionnés dans le même axe. Tout le jeu de la comédienne est immobile. Aucun déplacement de sa part. Mais Nadia n’en a nul besoin pour faire passer les émotions et les révoltes de Frida. Cette posture nous permet de mieux comprendre le calvaire qu’a vécu Frida. Le musicien, lui, est mobile. Il sort de l’ombre pour jouer les morceaux « live », ponctuant ainsi les différentes parties de la vie de Frida. Il représente le mouvement du monde, qui lui, est loin d’être immobile. Une musique additionnelle viendra compléter ce décor musical.
    L’évocation des images que perçoit Frida, aussi bien celles de Diégo que de celles de ses peintures sont projetées et mappées sur son drap comme si ces images sortaient d’elle- même. Identique à sa peinture dans laquelle elle ouvre son corps aux yeux de tous afin d’y lire ce que peut être toute la douleur du monde. Frida ou la « Mater dolorosa rouge ». Que d’hommage rendu grâce à ce spectacle : l’Art comme porte-parole de la libération et relais de la révolution, parole directe et crue d’une femme libre et émancipée, sublimation de la souffrance afin d’en faire l’un des plus beaux éloges à la Vie, sûrement le plus colorée de l’histoire de l’Art. »  - François Bourcier

 

23 mar.

Frida Kahlo, Un destin hors du commun

Pour ce premier billet de blog, nous vous en dévoilons un peu plus sur ce que raconte la pièce: la vie de Frida Kahlo. En effet, si le nom de Frida nous évoque tous quelque chose, nous ne connaissons pas forcément bien son histoire, une Histoire (aujourd'hui avec un grand H!) à son image: mouvementée et haute en couleur! 

L'HISTOIRE:
Née en 1907, Frida Kahlo entre en école préparatoire en 1922 et souhaite étudier la médecine, mais, en 1925, un accident de bus la laisse gravement blessée, notamment aux jambes et à la colonne vertébrale. Elle doit rester de longs mois alitée et porter des corsets. Pour pallier ce manque d'activité, Frida commence à peindre et sa mère lui installe un miroir au-dessus de son lit. C'est ainsi qu'elle commence à réaliser ses célèbres autoportraits.

(Autoportait aux cheveux défaits, 1947, huile sur toile, 61cmX45cm. Des Moines Art Center, Etats-Unis)

 En 1928, ayant recouvré presque toute sa mobilité, Frida Kahlo s'inscrit au Parti communiste. Cette même année, elle rencontre le peintre muraliste très connu Diego Rivera et lui montre quelques-uns de ses tableaux. C'est le début d'une histoire d'amour tumultueuse.En 1929, ils se marient et s'installent l'année suivante à San Francisco, où Frida rencontre de nombreux artistes. Mais elle subit deux fausses couches en 1930 et 1932. En 1938, Frida Kahlo rencontre André Breton à Mexico. Grâce à lui, cette même année, elle peut exposer ses oeuvres dans la galerie de Julien Levy, à New York. Elle vend de nombreux tableaux.En 1953, une première exposition de son oeuvre est organisée à Mexico. Mais durant l'été, on doit lui amputer la jambe droite. Elle meurt en 1954 à 47 ans et laisse des oeuvres importantes comme La Colonne brisée (1944). 


(La Colonne brisée, 1944, huile sur bois, 40cmX30,50cm. Musée Dolores Olmedo, Mexico, Mexique.)

D'une beauté défiante, tenace et véridique, Frida Kahlo était et reste l'une des femmes les plus révolutionnaires et les plus influentes de la culture moderne. L'artiste mexicaine, connue pour ses autoportraits surréalistes, emblématiques de sa culture indigène mexicaine, son grand amour pour son mari et son handicap tragique, est toujours célébréé dans des expositions et des rétrospectives à travers le monde.

LE SYNOPSIS:
Nadia Larbiouene incarne Frida Kahlo, la célèbre peintre communiste des années 30, au travers des extraits de sa vie inspirés de sa correspondance et de son journal intime.Accompagnée d'un musicien sur scène qui ponctue le spectacle par des chants et des musiques en Espagnol, ainsi que d'un montage vidéo tiré de ses peintures et de ses photos personnelles. Clouée dans son lit par ordre des médecins, elle s'adresse aux spectateurs comme au travers du miroir qu'elle a fait posé au dessus de son lit.Sa rage de vivre, malgré la maladie et l'accident qui l'a rendu handicapée à vie, lui donne la force de peindre sa propre souffrance comme pour relayer celles des peuples qui, partout sur la planète, souffrent de l'oppression de systèmes qui les broient.La pièce s'efforce de rappeler tous ces moments de vie. Une femme rebelle, libre, qui se distinguera aussi bien par ses peintures que par son militantisme.
C'est cette force de vivre qu'elle va tenter de nous transmettre à notre tour.

Les entreprises mécènes...

Avatar Avatar

Ils ont donné...