Accueil » Découvrir les projets » Campagnes » Il faut sauver le dieu Osiris !

Il faut sauver le dieu Osiris !

Au cœur du sanctuaire de Karnak, les archéologues français œuvrent à la restauration des temples pour saisir l'ampleur du culte d'Osiris.

collectés sur un objectif
de 8 000

52%
icone mecenes 30 donateurs
icone réalisé Campagne terminée
Ville

Karnak, Louxor

IR 2020 / IS 2020

Les dons donnent droit à une réduction fiscale

140 ans d'archéologie française en Egypte...

Si le mot « Carnac » évoque le site aux 3000 menhirs, il s’agit d’un homonyme breton du plus grand complexe religieux de toute l’Antiquité. Situé à proximité de Louxor en Haute-Egypte, Karnak, joyau des pharaons, s’est construit sur plus de 2000 ans… Le site fait l’objet de fouilles conduites par les archéologues français depuis le XIXème siècle jusqu’à aujourd’hui.

 

Le culte d'Osiris :

Au cours du Ier millénaire av. J.-C., Karnak s’enrichit de dizaines de petits monuments qui se substituent aux grands temples égyptiens des époques précédentes. La chapelle d’Osiris « Ounnefer » (« celui qui existe en perfection ») est l’une de ces constructions qui voit le jour au VIème s. av. J.-C., au moment où le culte du dieu des morts connaît un développement inédit dans les sanctuaires de toute l’Égypte. Souverain mythique et divinité renaissante, la figure d’Osiris est un modèle à suivre pour les mortels dans le chemin menant vers l’au-delà mais aussi un recours pour surmonter les difficultés de la vie ici-bas. Un dieu dont la personnalité est si forte que les religions des grandes civilisations méditerranéennes en seront influencées…

 

Un défi :

Entre les niveaux pharaoniques et les niveaux romains et coptes, il existe une puissance stratigraphique de plus 3 mètres ! En remontant le temps, les archéologues s’interrogent : quels sont les indices archéologiques de l’avènement progressif d’Osiris ? Comment le culte osirien évolue-t-il dans le temps ?

Démonter, fouiller, restaurer le sanctuaire d'Osiris

Image du projet Il faut sauver le dieu Osiris !

La mission Sanctuaires osiriens de Karnak, alliant l’archéologie et l’épigraphie, s’attache à étudier et à préserver cette chapelle d’Osiris pour comprendre la vitalité de ce culte il y a plus de 3000 ans.

Les travaux engagés :

  1. Opérations d’archéologie : fouilles, numérisation 3D, études d’artefacts…
  2. Etude épigraphique : relevés des reliefs et inscriptions de l’édifice
  3. Restauration : valorisation touristique du site au cœur du complexe de Karnak

Votre impact :

  • Avec 1200 € : intervention d'un spécialiste de restauration
  • Avec 3000€ : Achat de matériaux pour la conservation du monument
  • Avec 4500€ : Recrutement local d'ouvriers spécialisés pour 3 mois
  • Avec 8000€ : Réalisation du démontage/remontage de la chapelle d'Osiris

Votre participation est essentielle pour permettre l'achèvement de la restauration du site et sauver le sanctuaire d'Osiris ! D'avance, un GRAND MERCI !

Rejoignez l'Aventure!

Vous soutenez l’ensemble des opérations d’études préalables à sa reconstruction pour permettre à de nombreux spécialistes de poursuivre leur mission : archéologues, céramologues, égyptologues, épigraphistes, restaurateurs et tailleurs de pierre… Le chantier de fouille et de restauration a mobilisé début 2020 une équipe de 60 personnes et offre l’opportunité d’une field school pour les restaurateurs égyptiens associés au projet.

Soutenir Arpamed,

  • C’est encourager l’avancée de notre compréhension de la religion égyptienne, une des plus ancienne au monde.
  • C’est surtout permettre la valorisation d’un site touristique exceptionnel, cité au patrimoine mondial de l’UNESCO et menacé par les dégradations du temps.
  • C’est aussi encourager une économie touristique locale et la présence de chercheurs français en Egypte pour le rayonnement de la recherche archéologique à l’international.

Ce projet est mené par l'Institut français d'archéologie orientale (IFAO) et l'INRAP, en partenariat avec ARPAMED.

Je choisis le montant de mon don...

  • 10
  • 50
  • 125
  • 250
  • 500

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand merci !
  • Recevez à domicile le numéro d'octobre de la revue ARCHEOLOGIA consacrée aux fouilles de Karnak!
  • Abonnement à la lettre des Amis d’Arpamed (version papier et numérique)
  • Participez aux prochains événements culturels organisés par Arpamed
  • Vous êtes notre hôte pour visiter un de nos chantiers archéologiques partenaires en Méditerranée!
  • 500
  • 1 000
  • 2 000

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand merci !
  • Abonnement à la lettre des Amis d’Arpamed (version papier et numérique)
  • Participez aux prochains événements culturels organisés par Arpamed
  • Vous êtes notre hôte pour visiter un de nos chantiers archéologiques partenaires en Méditerranée!
  • Parution de votre logo sur notre site et supports de communication numérique et papier
  • Séminaire d'archéologie dans votre entreprise avec un spécialiste

La vie du projet

26 oct.

30 jours pour sauver Osiris: on l'a fait!

Chers Amis,

Notre campagne de collecte en faveur de la restauration de la chapelle d'Osiris à Karnak est désormais close; merci pour votre générosité nous permettant de recruter l'équipe nécessaire à la sauvegarde du monument!

Nous avons récolté un total de 4 400 euros de dons pour ce chantier (dont 250 euros via notre site arpamed.fr) et vous avez été plus de 660 à visiter notre page de collecte, bravo pour tous vos partages!


Les fonds seront reversés intégralement à l'Institut d'Archéologie Orientale - IFAO (Le Caire, Égypte) permettant ainsi l'étude du site en vue de sa valorisation touristique.

Collaboration franco-égyptienne sur le site des chapelles Osiriennes de Karnak (c) C. GIORGI

 

Au nom de la communauté des archéologues, de l'équipe Arpamed pour l'archéologie française en Méditerranée, un immense merci pour votre précieux soutien !

Dans l'attente de la communication des prochains résultats de fouilles, rendez-vous sur le site d'Arpamed pour de nouvelles aventures!

21 oct.

Plus que 2 jours pour sauver Osiris!

Chers amis,

Notre campagne de collecte se termine dans moins de 2 jours.

Merci de votre contribution généreuse: il reste environ 500 euros pour atteindre les 4000 euros permettant de recruter les ouvriers locaux nécessaires à la poursuite du chantier de fouille de la chapelle d'Osiris!

 

Dans l'actualité de notre collecte, ne manquez pas l'extraordinaire exposition au Musée Granet d'Aix en Provence - PHARAON, OSIRIS ET LA MOMIE (jusqu'au 14 f'évrier 2021) - complétée des chefs d'oeuvre du musée du Louvre!

 

 

 

J-2 pour sauver Osiris,

C'est parti!

 

16 oct.

Hercule Poirot, détective égyptologue

Au cours d'une luxueuse croisière sur le Nil à bord du steam ship "Karnak", ce qui devait être une lune de miel idyllique se conclut par un crime brutal et le début d'une investigation haletante pour le détective Hercule Poirot ...

Affiche du film "Mort sur le Nil" (2020) de Kenneth Branagh, d'après le roman d'Agatha Christie (1937).

Gageons qu'à l'instar de l'enquête policière d'Agatha Christie, la fouille archéologique de la chapelle d'Osiris Ounnefer revèlera de nouveaux secrets sur l'histoire de son culte...

La dernière adaptation cinématographique du roman sort fin 2020, la campagne d'étude à Karnak, début 2021!

Dernier enregistrement épigraphique de la chapelle Osiris Ounnefer (c) C. GIORGI

Plus que quelques jours pour sauver le dieu Osiris!

Merci de votre soutien au service de 140 ans d’égyptologie française, 3000 ans d'histoire sous les sables...

Rejoignez l'Aventure !

14 oct.

4 questions à Mathilde Prévost, étudiante en Egyptologie

Agrégée titulaire en histoire, Mathilde est doctorante en Egyptologie à Sorbonne Université. Elle est membre de l’association ArkhéoPSL rassemblant des étudiants et passionnés pour donner de la visibilité aux jeunes chercheurs et encourager la médiation de l’archéologie.
Voir la biographie complète

« Le canard égyptien est un animal dangereux : un coup de bec, il vous inocule le venin et vous êtes égyptologue pour la vie » - François Mariette, égyptologue (1821-1881).

-  Pourquoi avoir choisi de te spécialiser en Egyptologie ?


"A l’instar de Mariette, j’ai été moi aussi « mordu par le petit canard ». Vers 8-9 ans, je dévorais tous les livres en lien avec l’Egypte que ma famille possédait. Au collège, j’ai choisi toutes les options me permettant de m’orienter ensuite vers l’Egyptologie (Allemand LV2, Latin & Grec). Il faut reconnaître que j’ai eu la chance d’être poussée par des parents qui ne m’ont jamais demandé de m’orienter vers des études plus « sûres »."

 

- Peux-tu nous résumer brièvement le sujet de ta thèse?


"Je travaille sur les ânes en Egypte ancienne… Les âmes, me diriez-vous ? Non, les ânes ! Ce qui m’intéresse est la vie quotidienne des Egyptiens et l’âne était leur animal de bât par excellence. Pour rappel, l’époque pharaonique commença vers 3000 av. J.-C. Les chevaux furent introduits tardivement, autour du XVIIème siècle av. J.-C., avec un emploi exclusivement militaire et les dromadaires, au Ier millénaire av. J.-C. Pour traverser les déserts, les Egyptiens d’alors faisaient route avec des caravanes d’ânes : j’étudie donc les usages de ces animaux, leurs représentations et leurs modes d’élevages avant l’arrivée du dromadaire."

- En quoi une association comme ArkhéoPSL dont tu es membre, est utile pour transmettre l'archéologie ?


"Les « mini archéo-confs » sont un bon entraînement pour communiquer nos résultats en-dehors du cadre scolaire avec un public qui n’est pas du métier. J’ai beaucoup apprécié pouvoir partager mon expérience sur les fouilles de Ouadi El Jarf et de Ayn Soukhna  en mer Rouge. C’est sur ce premier site, que les égyptologues français ont trouvé les plus anciens papyrus connus à ce jour, qui datent de l’époque du pharaon Khéops (vers 2500 av. J.-C.) ! D’autres actions permettent cette transmission, comme « Horizons antiques » de l’association Journées Découvrir l’Antiquité, où les étudiants sont invités à parler d’archéologie en classes de collège afin de défendre le parcours de lettres classiques."

 

- Si tu devais solliciter Arpamed pour une fouille, quel serait ce projet ?


"J’aimerais bâtir un dossier pour obtenir un financement d’Arpamed pour une prospection de routes caravanières, semblables à celle d’Abou Ballas dans le désert occidental, étudiée par le projet ACACIA de l’université de Cologne. On y a retrouvé des stations d’approvisionnements tous les trois jours de marches, avec des abreuvoirs pour les animaux, et d’immenses dépôts de jarres, qui contenaient de quoi alimenter les caravanes des IIIème et IIème millénaires av. J.-C…"

 

Image: Mehou - Âne en cours de chargement dans la tombe de Mehou (© M. PREVOST)

06 oct.

Découverte exceptionnelle de 59 sarcophages à Saqqara!

L'archéologie est une science surprenante...

59 sarcophages et leurs momies ont été exhumés ces derniers jours à proximité de la célèbre pyramide à degrés de Djéser dans la nécropole de Saqqara. Ils dateraient probablement de la XXVIe dynastie, autour des VIe et VIIe siècles avant J.-C., à la même période de l'édification des chapelles d'Osiris à Karnak. Il s'agit de la première grande découverte depuis que la pandémie a atteint l'Egypte, entraînant la fermeture des musées, des sites archéologiques et des campagnes de fouilles sur plus de trois mois.

Le ministre du tourisme et le secrétaire général du conseil suprême des antiquités, à l’ouverture d’un sarcophage, le 3 octobre à Gizeh. KHALED DESOUKI / AFP

Une découverte encourageante pour l'Egyptologie

Le tourisme a été mis à mal par l'instabilité politique et les attentats qui ont suivi la révolution de 2011 et plus récemment le coronavirus. Gageons que cette découverte soit de bonne augure pour l'inauguration du Grand Egyptian Museum (GEM) qui a été reportée à l’année suivante, coïncidant ainsi avec la fin du chantier de restauration de la chapelle d'Osiris par les équipes franco-égyptiennes, le tout grâce à vos dons!

 "Il faut sauver le dieu Osiris!"

Nous vous invitons à partagez cette aventure : ensemble, contribuons à restaurer son sanctuaire à Karnak !

01 oct.

3000 ans sous les sables...

Déjà quasi 2000 euros de récoltés...

Merci à nos donateurs pour votre soutien à la recherche archéologique française!

Votre don permet de conserver une histoire de 3000 ans sous les sables.

Découvrez la vidéo "Il faut sauver le dieu Osiris!"

Nous vous invitons à partagez cette aventure : ensemble, contribuons à restaurer son sanctuaire à Karnak !

 

Karnak - Fouille d'un linteau comportant des hiéroglyphes sur le site de la chapelle Osiris Ounnefer (c) C. GIORGI


 

22 sep.

Quatre questions à E. Pradère, mécène de terrain

Mécène d’Arpamed depuis mai 2020, Emmanuel Pradère est président d’Experienced Capital, Fonds d’investissement opérationnel dédié aux marques premium. Passionné d’archéologie méditerranéenne, il a été deux ans auditeur de l’Ecole du Louvre.
Voir la biographie complète

-  A quand remonte votre première rencontre avec l’archéologie ?


« Je pense que c’était une visite du Louvre, à l’âge de 8 ans. J’avais été très impressionné par le département égyptien, notamment les sarcophages. L’archéologie a toujours été présente dans mon univers : mon père était un passionné de civilisations antiques et notamment de Mésopotamie, dont il était devenu un grand connaisseur. Sa bibliothèque débordait d’ouvrages sur cette période. Il m’a emmené très tôt dans des musées archéologiques, où nous allions généralement dans des salles dites « secondaires », où il me montrait telle ou telle pièce et m’en expliquait l’usage et le contexte historique. Il avait sur son bureau une tablette cunéiforme mésopotamienne dont les signes me fascinaient lorsque j’étais enfant. »

 

- Que vous évoque le site de Karnak ?


« Tout d’abord de nombreux souvenirs personnels. J’ai découvert Karnak avec mes frères il y a environ 25 ans lorsque j’effectuais un stage à l’Ambassade de France au Caire. A l’époque, nous avions très peu de moyens, et visitions tous les sites en vélo, en plein mois d’août ! J’y suis retourné en décembre dernier, avec mon épouse et mes trois enfants, qui ont adorés. Karnak est donc un site que j’ai pu découvrir et redécouvrir avec les personnes dont je suis le plus proche : mes frères, puis mon épouse, puis mes enfants. Au-delà de ces souvenirs personnels, Karnak dégage une grande sérénité. Le lieu que je préfère sur ce site est l’ensemble des petits bâtiments que l’on trouve autour de la chapelle rouge d’Hatchepsout. C’est à l’écart de la foule, il y a quelques arbres et l’ambiance est très apaisante. »

 

-       Pourquoi est-ce essentiel pour vous de soutenir la recherche archéologique française ?


« La France a une très longue tradition de recherche archéologique, tout particulièrement dans les pays du pourtour méditerranéen, dans lesquels se trouvent les vestiges de civilisations qui sont nos racines. Les missions archéologiques françaises sont ainsi des liens très importants avec nos origines, mais également avec des pays et des peuples avec lesquels nous avons ce passé en commun. Par ailleurs, ces missions sont très utiles car, grâce aux progrès technologiques de ces dernières années, les enseignements sont très riches, et nous permettent de mieux comprendre et ainsi rendre ce passé encore plus vivant. Enfin, il me semble que ces missions participent utilement au rayonnement de la France dans les pays concernés, mais également auprès des touristes qui se rendent sur les sites. Pour l’ensemble de ces raisons, je suis très heureux d’avoir découvert l’existence d’Arpamed. »

- Y a-t-il une civilisation passée qui vous inspire particulièrement ?


« La Grèce antique ! Les Grecs ont pratiquement tout inventé, à commencer par la démocratie. Leurs avancées en matière de philosophie, d’astronomie, de mathématiques et en matière artistique sont à la base de notre pensée occidentale. Deux de nos trois enfants portent des prénoms grecs : Iphigénie et Hector. Nous sommes retournés récemment en famille en Grèce et les moments forts de ce voyage ont été nombreux, en particulier la découverte du magnifique temple d’Appolon à Bassae ou la visite des mines de marbre de Paros d’où sont sortis certaines des plus belles sculptures de cette époque, mais aussi une fin d’après-midi que nous avons passée à Athènes sur la Pnyx, à l’écart des foules, jouissant d’une vue incroyable sur l’Acropole, ou encore les extraordinaires musées archéologiques de Delphes. Mais la liste serait trop longue ! Lorsque nous avons visité le musée archéologique national à Athènes, nous avions tout à coup perdu notre fille la plus jeune, qui avait huit ans environ. En revenant sur nos pas dans les premières salles, nous l’avons retrouvée regardant les vitrines de bijoux provenant de Mycènes. Elle regardait tout, passant de longs instants devant chaque objet. Quand elle nous a vu arriver, elle nous a vivement reproché de passer beaucoup trop vite devant des œuvres aussi extraordinaires. Je me suis dit ce jour-là que nous avions au moins partiellement transmis notre passion ! »

Image: l’autel des Muses fouillé par P. Jamot 1888-1890 (archives EFA).

 

11 sep.

Karnak sur les ondes!

Laurent Coulon, directeur de l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO) et de la mission des sanctuaires osiriens de Karnak, sera l’invité de Vincent Charpentier dans le magazine radio Carbone 14 de France Culture:

Actualité de la recherche française en Égypte

 

Samedi 12 septembre à 19h30

28 aoû.

Tout savoir sur le projet Karnak soutenu par Arpamed

Découvir le projet Karnak sur le site d’Arpamed

Visionnez le diaporama des fouilles  en cliquant sur “Sanctuaires osiriens de Karnak

En savoir plus sur la fouille sur le site de l’IFAO

Pour un aperçu du chantier de restauration du site de Karnak

 

25 mar.

Les sanctuaires osiriens de Karnak

Présentation:

Karnak est un vaste site archéologique égyptien situé au Nord de Louxor. Il regroupe notamment toute une série de chapelles dédiées à Osiris dont le culte fut l’un des plus importants en Egypte antique. De fait, l’avènement de la personnalité d’Osiris au rang de dieu majeur au sein de tous les temples égyptiens est un des phénomènes les plus marquants de l’histoire de la religion égyptienne au Ier millénaire av. J.-C. et a des répercussions ensuite sur les religions des civilisations méditerranéennes. Le site de Karnak, par la multiplicité des témoignages disponibles et la possibilité de leur analyse diachronique, offre un cadre de référence fondamental pour l’étude de ce développement.

 

Le projet d'étude archéologique en cours:

L'avènement de la personnalité d'Osiris au rang de dieu majeur au sein de tous les temples égyptiens est un des phénomènes les plus marquants de l'histoire de la religion égyptienne au Ier millénaire av. notre ère. Les fouilles précédentes ont déjà mis au jour un mobilier exceptionnel avec des figurines en bronze représentant notamment Osiris, un atelier monétaire, des amulettes à fonction prophylactique, des pendentifs, perles, colliers, et de nombreux objets en terre cuite parfois intacts.

Depuis 2020, le programme « Sanctuaires osiriens de Karnak » se consacre à la chapelle dite « Osiris maître de l’éternité », impliquant la restauration de l’édifice et la fouille de ses fondations. La restauration (démontage / remontage) de la porte de la chapelle d’Osiris Ounnefer offre l’opportunité unique de fouiller sous les fondations de l’édifice et de comprendre dans quel environnement elle a été construite.

Vue du temple de Karnak et localisation des chapelles osiriennes © Ifao

 

 


Plan des chapelles d'Osiris Ounnefer, Neb-Djefaou et d’Osiris Neb ânkh © Ifao

 

Photogramétrie de la porte de la chapelle Ounnefer © L. COULON

 

Les budget global pour 2021:

1. Budget d'ensemble de la campagne: 78 700 €


2. Subventions obtenues:
IFAO: 12 500 €
INRAP: 6000 €
EPHE: 2500 €
CNRS: 1500 €


3. Fonds engagés par Arpamed depuis 2017: 24 000 €

 

Partenaire :

Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO)
Avec Laurent Coulon, directeur de l'Institut Français d’Archéologie Orientale et Cyril Giorgi, archéologue à l' INRAP


Critères de sélection d’Arpamed :

Projet d’étude permettant de grandes avancées scientifiques sur le culte d’Osiris ainsi qu’une mise en valeur de ce patrimoine à travers la restauration du sanctuaire.

Les entreprises mécènes...

Avatar

Ils ont donné...