FILME !

  • Image du projet FILME !
  • Image du projet FILME !
  • Image du projet FILME !
  • Image du projet FILME !
  • Image du projet FILME !
  • Image du projet FILME !
  • Image du projet FILME !
  • Image du projet FILME !

Le projet

Contexte et raison d'être du projet :


La France compte plus de 15 000 mineur-e-s isolé-e-s étranger-e-s, qui manquent fortement d’accompagnement, voire se retrouvent à la rue. Les jeunes immigré-e-s isolé-e-s accueilli-e-s par les ASTI, associations membres de la FASTI présentes sur tout le territoire français, ont tou-te-s noté qu’ils/elles rencontrent de nombreuses difficultés pour prendre leur place dans la société française : ils/elles font face à des préjugés et des actes de discrimination, mais aussi des difficultés d’accès aux services et aux droits qui limitent leur inclusion sociale et freinent la mixité.

Le cadre du projet :


La FASTI, à travers sa Commission Jeunesse Fédérale, offre un cadre sécurisant et responsabilisant à des jeunes immigré-e-s  isolé-e-s venu-e-s des quatre coins de la France pour partager leurs expériences, se former et développer leur engagement citoyen. Ce sont directement 80 jeunes, âgé-e-s de 16 à 25 ans, délégué-e-s de leur Commission jeunesse locale, qui participent aux actions du projet. 

Pour 2018 et 2019 les jeunes ont développé leur nouveau projet : la production d’un court-métrage sur leurs parcours migratoires et sa diffusion lors de rencontres avec d’autres jeunes et moins jeunes français. D’après leurs propres mots, ce film, « écrit et réalisé par les personnes concernées », permettra « que les gens puissent bien comprendre, qu’ils voient bien la vraie réalité ». Il vise en effet à déconstruire les préjugés à l’encontre des « migrant-e-s », favorisant ainsi leur inclusion dans la société française.

Les salarié-e-s et bénévoles de la FASTI accompagnent les jeunes tout au long de la mise en œuvre de leur projet, en leur apportant des formations complémentaires afin de renforcer leurs compétences personnelles : la prise de parole en public, l'animation d'une projection-débat, reconnaitre les discriminations et y faire face.

La mise en œuvre de ce projet par les jeunes eux-mêmes contribue ainsi fortement à leur épanouissement, le renforcement de leur confiance en soi et à l’acquisition de compétences personnelles essentielles renforçant leur pouvoir d’agir et contribuant à leur inclusion sociale en France.

Les résultats visés du projet :
Les jeunes immigré-e-s renforcent leurs compétences sociales et leur confiance en soi
Les jeunes immigré-e-s se responsabilisent à travers la participation à la production et la diffusion du film
Le grand public est sensibilisé aux problématiques vécues par les jeunes immigré-e-s isolé-e-s

 

A quelle problématique sociale répond-il ?

Depuis l’apparition du phénomène au milieu des années 1990, le nombre de mineur-e-s isolé-e-s étranger-e-s en France a fortement augmenté. En 2013, 2 555 personnes ont été déclarées MIE alors qu’en 2017, ce chiffre avoisine les 15 000 d’après la Mission Mineurs Non Accompagnés du Ministère de la Justice, soit cinq fois plus. Cette mission, dans son dernier rapport d’activité, pointe les réelles difficultés des départements pour répondre au besoin de mise à l’abri des jeunes, pour la mise en œuvre des évaluations ou encore pour leur prise en charge. Nombre de ces jeunes se retrouvent ainsi à la rue, sans aucun accompagnement, et se tournent vers les associations locales, parmi lesquelles les ASTI, les associations membres de la FASTI, présentes sur l'ensemble du territoire français.
 
C'est ainsi que 15 ASTI, situées dans les territoires où ces jeunes isolé-e-s étranger-e-s sont particulièrement implanté-e-s (Seine Maritime, Loire Atlantique, Gironde, Ile de France) ou dans les territoires touchés par les évolutions des parcours de migration (Auvergne – Rhône Alpes à la frontière alpine), accueillent des jeunes immigré-e-s pour les accompagner dans l’accès aux droits et leur inclusion sociale. 

Lors des rencontres de la Commission jeunesse Fédérale, les jeunes et les accompagnateur-trice-s des ASTI ont réalisé un état des lieux des besoins des jeunes immigré-e-s mobilisé-e-s au sein du Mouvement. Leur constat est partagé par tou-te-s : les jeunes isolé-e-s étranger-e-s rencontrent de nombreuses difficultés pour prendre leur place à part entière dans la société française.
En effet, bien qu’ils y suivent leur scolarité et leurs études, qu’ils y travaillent, qu’ils y exercent leur citoyenneté (notamment à travers l’engagement bénévole), ces jeunes font face à des préjugés et des actes de discrimination, mais aussi des difficultés d’accès aux services et aux droits (logement, orientation scolaire et études supérieures, démarches administratives etc.) qui limitent leur pouvoir d’agir et freinent la mixité et le vivre-ensemble.  Plus de 25% des mineurs isolé-e-s étrangers sont implantés dans ces 4 territoires d’après le rapport annuel d’activité 2017 de la Mission Mineurs Non Accompagnés