Accueil » Découvrir les projets » Soutiens » PÉRIMÈTRE MARAÎCHER PÉDAGOGIQUE À FATOMA

PÉRIMÈTRE MARAÎCHER PÉDAGOGIQUE À FATOMA

  • Image du projet PÉRIMÈTRE MARAÎCHER PÉDAGOGIQUE À FATOMA
  • Image du projet PÉRIMÈTRE MARAÎCHER PÉDAGOGIQUE À FATOMA
  • Image du projet PÉRIMÈTRE MARAÎCHER PÉDAGOGIQUE À FATOMA
  • Image du projet PÉRIMÈTRE MARAÎCHER PÉDAGOGIQUE À FATOMA
  • Image du projet PÉRIMÈTRE MARAÎCHER PÉDAGOGIQUE À FATOMA
  • Image du projet PÉRIMÈTRE MARAÎCHER PÉDAGOGIQUE À FATOMA
  • Image du projet PÉRIMÈTRE MARAÎCHER PÉDAGOGIQUE À FATOMA
  • Image du projet PÉRIMÈTRE MARAÎCHER PÉDAGOGIQUE À FATOMA
Soutiens
Jours restants 22 Jours Restants
Seuls les soutiens effectués avec des adresses emails valides sont retenus.

Fondation MFR Monde

La Fondation a pour but de coopérer dans l'ensemble du mond...

Fondation MFR Monde

La Fondation a pour but de coopérer dans l'ensemble du mond...

Fondation MFR Monde
Fondation MFR Monde

Fondation MFR Monde

La Fondation a pour but de coopérer dans l'ensemble du mond...

Le projet

Depuis 1996, la Maison Familiale Rurale (MFR) accueille à Fatoma (région de Mopti) des jeunes et adultes en formation (alphabétisation, productions végétales, productions animales et artisanat). Vaste réseau, les MFR, proposent au Mali, en France et dans une vingtaine de pays, des formations en alternance basées sur une pédagogie alternative dans le cadre d’associations locales gérées par les familles. Elles constituent souvent dans les zones rurales la seule opportunité de formation, notamment pour les jeunes déscolarisé.e.s.
La MFR de Fatoma forme chaque année une centaine de jeunes mais ne dispose pas de périmètre d'expérimentation, ce qui limite la qualité de la formation dispensée. Par ailleurs, les conditions climatiques dans cette zone proche du désert se dégradent (sécheresses) et la population, parmi les plus pauvres du pays, doit faire face à des problématiques aigues de sécurité alimentaire.
Le projet propose d’aménager une parcelle collective (périmètre pédagogique) pour permettre aux jeunes en formation de s’initier à de nouvelles pratiques agricoles plus productives et plus adaptées au changement climatique. Des parcelles individuelles seront également proposées à leurs familles afin de les former également et de leur permettre de sécuriser un revenu. Les formations reposeront sur des techniques innovantes basées sur l'agroécologie (paillage, compostage, introduction de cultures alternées) afin de diversifier les productions, d’augmenter les rendements dans un contexte contraint (en intrants, en eau) et d’étaler les récoltes sur l’ensemble de l’année. Les parcelles seront équipées de systèmes d'irrigation par pompes solaires (arrosage limité) afin d'économiser l’eau tout en améliorant la productivité. Les techniques acquises pourront ensuite être reproduites par les jeunes sur l’exploitation familiale, tandis que tous les 2 ans, de nouveaux jeunes entreront en formation dans la MFR et de nouvelles familles bénéficieront de l’accès à ces parcelles et à un accompagnement.
35 jeunes seront ainsi formés dès 2019 avec un accès aux parcelles aménagées pour développer leurs cultures. A terme, sur 10 ans, grâce aux équipements financés (matériel pour aménagement de parcelles, panneaux et pompes solaires, semences), nous évaluons le nombre de bénéficiaires directs à 175 garçons et filles (16-25 ans). Environ 1.000 personnes bénéficieront indirectement de ces équipements (amélioration de la sécurité alimentaire et des revenus des familles).
 

A quelle problématique sociale répond-il ?

La Maison Familiale Rurale (MFR) de Fatoma a été créée suite à l’appel des paysans de la région de Mopti qui cherchaient à trouver une solution à la problématique de l’exode rural des jeunes dans leur localité (vers les villes et puis parfois à l’étranger et vers l’Europe).
Pour proposer à ces jeunes des opportunités économiques dans cette zone rurale, la MFR propose différentes formations (continues et initiales) dans le domaine agricole et de l'artisanat. Elle ne dispose cependant que de moyens limités et notamment de dispose pas d'un périmètre maraicher pédagogique que pour que les jeunes en formation puissent mettre en pratique les enseignements dispensés.
Or dans cette région, parmi les plus pauvres du Mali, les conditions climatiques requièrent l'acquisition de pratiques agricoles adaptées permettant une résilience face au changement climatique. En effet, la zone connaît une insécurité alimentaire conjoncturelle qui correspond aux difficultés alimentaires qui affectent les populations et dont l’intensité est variable (depuis les pénuries limitées dans le temps et dans l’espace jusqu’aux crises généralisées). Les facteurs occasionnant l’insécurité alimentaire dans le village sont : les risques climatiques (sécheresse et rareté des pluies 350 à 400 mm par an, très mal reparties) mais également Le manque d’aménagements hydro agricoles, de diversification des cultures, des semences adaptées aux conditions écologiques actuelles exposent davantage les populations à la faim et à la pauvreté.
Aussi les enjeux sont doubles :
- Équiper et former des jeunes à des pratiques agricoles performantes, qui leur permettront de dégager un revenu et donc de contribuer au développement local de leur région. Ce faisant, l'enjeu à plus long terme est de proposer des perspectives en zone rurale pour les jeunes de cette région et les encourager à y demeurer plutôt que de quitter les régions paysannes pour la ville ou l'étranger où leur futur ne sera pas plus garanti.
- Améliorer la sécurité alimentaire des familles de cette zone, et au-delà leur souveraineté alimentaire (puisque les jeunes formés et leurs familles seront eux-mêmes en capacité de répondre aux besoins alimentaires de leurs foyers)
 

Quelle est la solution apportée ?

Le projet propose d’aménager une parcelle collective (périmètre pédagogique) pour permettre aux jeunes en formation de s’initier à de nouvelles pratiques agricoles plus productives et plus adaptées au changement climatique. Des parcelles individuelles seront également mises à disposition pour leurs familles afin de les former également et de leur permettre de sécuriser un revenu. Des innovations culturales et des équipements adaptés aux contraintes climatiques (pompes solaires) sont prévus.

Ils ont soutenu...