Accueil » Découvrir les projets » Campagnes » ESPERANZA AU THÉÂTRE DES HALLES AVIGNON 2017

ESPERANZA AU THÉÂTRE DES HALLES AVIGNON 2017

  • Esperanza le spectacle - crédits Gaëlle Simon
  • Représentation à l'Eglise de San Antonio - Vintimille
  • Répétition publique au Théâtre National de Nice
  • Rencontre de l'équipe avec des migrants - Eglise de San Antonio - Vintimille
  • Esperanza le spectacle - crédits Gaëlle Simon
  • Représentation à l'Eglise de San Antonio - Vintimille
  • Répétition publique au Théâtre National de Nice
  • Rencontre de l'équipe avec des migrants - Eglise de San Antonio - Vintimille

sur un objectif
de 6 000

icone jours restants37 Jours Restants
icone mecenes28 mécènes
Collectif Mains d'Oeuvre
icone map

Avignon

Collectif Mains d'Oeuvre

Depuis sa création en 2009 le Collectif Mains d'Oeuvre s’est attaché à diversifier ses propositions selon une ligne artistique singulière qui repose ...

Collectif Mains d'Oeuvre

Depuis sa création en 2009 le Collectif Mains d'Oeuvre s’est attaché à diversifier ses propositions selon une ligne artistique singulière qui repose ...

Collectif Mains d'Oeuvre
icone map

Avignon

Collectif Mains d'Oeuvre
icone map

Avignon

Collectif Mains d'Oeuvre

Depuis sa création en 2009 le Collectif Mains d'Oeuvre s’est attaché à diversifier ses propositions selon une ligne artistique singulière qui repose ...

​SOUTENEz la création artistique

et contribuez À financer les projets de sos mÉditerranée 

 

« Un groupe de migrants s’embarque pour Lampedusa sur un modeste bateau, fuyant leur pays pour une terre nouvelle. À bord de l’Esperanza, ils tentent leur chance au gré de la Méditerranée, du passeur et des garde-côtes. En pleine mer, le groupe reste soudé, en dépit des tensions. Chacun révèle ses attentes, ses peurs, ses espoirs fous... Sous les voiles, on parle une langue brute, jeune, poétique, on traque l’humour au cœur d’un drame collectif. La musique et la chorégraphie prennent part à cette narration viscérale. Huit comédiens donnent vie à des êtres attachants qui rêvent d’un voyage sans retour et nous rappellent l’essence de notre humanité. »

 

​ESPERANZA, la pièce 

 

La genèse 

C’est en 2004 qu’Hovnatan Avedikian, metteur en scène, découvre l’oeuvre d’Aziz Chouaki. C’est tout de suite une révélation pour le jeune comédien qui se rêve alors secrètement metteur en scène. Un jour, il ose dire à l’auteur « Donne moi Esperanza » avec l’intuition profonde que l‘écriture de Chouaki doit être montée et jouée par de jeunes acteurs. L’opportunité s’offre en 2014 lorsque Irina Brook, directrice du Théâtre National de Nice propose à Hovnatan d’en devenir artiste associé.

L’aventure commence donc en 2015 lorsque obstinément et sans représentation à la clef, il décide de démarrer le travail en allant répéter auprès d’un public hors du commun, dans des milieux aussi précaires que les prisons, un camp de réfugiés ou Emmaus. Le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation des Alpes Maritimes accueille le projet à bras ouverts en posant certaines conditions : aucun décor, aucun accessoire, tout doit être joué à la force du corps, de la voix et du texte bien sûr. Une voix chorale portée par le groupe et par l’auteur. A ce moment là du processus, Hovnatan décide d’une distribution devant être capable de relever ce défi et ayant la volonté de vivre une telle aventure très loin du cocon des théâtres. Il constitue ainsi une équipe de 8 individualités hétéroclites, de 24 à 60 ans, qui, comme lui, sont devenus amoureux du texte d’Aziz Chouaki et ont décidé de s’embarquer sur « ce rafiot tout destroy » : l’Esperanza.

 

Le travail de création 

Parrainée par Irina Brook, une résidence d’un mois au Théâtre National de Nice a permis à l’équipe de mettre en place une méthode de travail singulière. Chaque semaine, les répétitions étaient partagées avec le public carcéral de la Maison d’Arrêt de Nice, avec des spectateurs voulant suivre les étapes de création, et des compagnons d’Emmaus. Nourris par tous ces échanges, les acteurs se sont musclés ensemble donnant naissance à une forme théâtrale qualifiée par l’auteur de « performance ». La scénographie de Marion Gervais et la lumière d’Alexandre Toscani ont permis de conserver ce travail brut, tout en construisant un monde visuel effrayant et émouvant. La présence du chorégraphe Aurélien Desclozeaux aux côtés d’Hovnatan a permis d’exprimer dans la mise en scène ce désarroi, cette colère par la danse, la bagarre, l’acrobatie. 
Plus qu’une pièce, c’est un projet de vie qui s’inscrit dans une démarche d’ouverture qui sort des sentiers battus. Créer un spectacle avec un auteur vivant avec des acteurs sauvages sur un sujet brûlant, sortir des théâtres : voilà le projet que nous souhaitons continuer à mener au-delà de la simple pièce de théâtre.

 

La présence en Avignon 

Le Collectif Mains d’Oeuvre est présent en Avignon depuis plusieurs années (King Lear Fragments au Théâtre des Halles ; Macbeth Expérience au Théâtre du Petit Chien). Cette année, le Théâtre des Halles renouvelle son engagement à ses côtés en l’accueillant de nouveau en coréalisation pour l’édition 2017 du festival. De son côté, le Théâtre National de Nice conforte sa confiance en lui déléguant la production d’Esperanza.


​pourquoi nous soutenir ? 

 

Budget et financements 

Pour faire face à nos dépenses, notre principale source de financement est la billetterie du théâtre. Nous faisons également appel à des financements de la part de la Région PACA, du Département des Alpes Maritimes et de la Ville de Nice. Ces différentes ressources ne nous permettent malheureusement pas de couvrir l’ensemble de nos dépenses, et c’est pourquoi nous faisons appel à votre générosité. 

 

La création artistique 

Le festival d’Avignon représente un portail national incontournable pour espérer toucher de nouveaux réseaux de diffusion, mais y participer relève d’un véritable défi pour les compagnies. La création artistique a un coût dont le spectre des dépenses s’étend des achats de décors, costumes, aux rémunérations du personnel (comédiens, metteur en scène, chargé de diffusion), en passant par l’hébergement, la restauration et le transport de l’équipe, la publicité et la communication autour du spectacle.

 

Le partenariat avec SOS Méditerranée 

SOS Méditerranée est une association européenne de sauvetage en mer, créée en 2015 lauréate du Prix du Citoyen européen 2016 décerné par le Parlement européen. Son action est de mettre en oeuvre une solution de secours pour les réfugiés perdus en mer. L’idée d’un tel partenariat découle directement des échanges et des rencontres avec des personnes touchées de près par ces dangereuses traversées de la Méditerranée, et qui ont nourrit le travail artistique tout au long de la création. Parce que monter Esperanza dans ce contexte de crise politique des migrants est un engagement, il nous est apparu évident d’aller plus loin en reversant 15% des dons à l’association SOS Méditerranée.

 

« Tout le Moyen-Orient est à feu et à sang et nous continuons de vivre en fermant les yeux. L’Occident est impliqué dans la destruction de ces civilisations et s’il ne se sent pas impliqué, des bateaux viennent à nos portes pour nous expliquer qu’on est concerné »

Hovnatan Avedikian.

Je choisis le montant de mon don...

  • 5
  • 20
  • 60
  • 125
  • 250
  • 500

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand merci de la part de toute l'équipe, qui apparaîtra sur le site internet et la page Facebook du Collectif
  • Une affiche dédicacée de l'équipe format A2 du spectacle
  • Une invitation à venir assister à une représentation d'Esperanza au Théâtre des Halles (Avignon du 06 au 29 juillet 2017, hors 10, 17 et 24 juillet).
  • Un exemplaire de la pièce éditée
  • Une rencontre privilégiée avec l'équipe artistique après le spectacle
  • Organisation d'une lecture privée de la pièce par des membres de l'équipe (dans les limites de mobilité géographique)
  • 300
  • 1 000
  • 2 000
  • 3 000

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Le nom de votre entreprise citée sur les supports de communication (web, Facebook, visuels) en tant que mécène
  • 15 invitations pour venir assister au spectacle au Théâtre des Halles (du 06 au 09 juillet)
  • 30 invitations pour venir assister au spectacle au Théâtre des Halles (du 06 au 09 juillet) + 30 affiches format A2 du spectacle
  • 45 invitations pour venir assister au spectacle au Théâtre des Halles (du 06 au 09 juillet) + une rencontre avec l'équipe OU une représentation privée dans les locaux de votre entreprise (hors frais de déplacements de l'équipe)
Coût de votre don après déduction fiscale: 0

C'est simple : vous recevrez par email votre reçu fiscal à intégrer à votre déclaration d'impôts.

La vie du projet

26 juin.

Moins d'une semaine avant le départ à Avignon

Lundi 26 juin 2017, J-6 avant le départ sur Avignon. 

 

Cette après-midi, l'équipe du Collectif s'est réunie à l'Entrepont pour faire le point. 

Alors, où en sommes-nous ? 

Le camion est réservé, le décor et les costumes seront chargés demain et partiront ce mercredi. 

Les plaquettes d'Esperanza sont en cours d'impression, les dossiers de presse en phase de finition. 

On organise la logistique : on imprime les billets de train, on prépare la feuille de route, on prévoit le co-voiturage. 

Et surtout... On encolle... 450 affiches à encoller sur 450 cartons qui doivent partir mercredi également. 

Aujourd'hui c'est Jérôme Kocaoglu et Caroline Fay qui s'y collent, dans la chaleur étouffante de cette fin de juin ! 

On ne lâche rien ! 

 

 

 

 

 

 

21 juin.

Conférence de presse Esperanza

J-15 avant le lancement du Festival ! 

Un avant-goût en image avec la Conférence de presse d'Esperanza au Théâtre des Halles avec l'interview d'Hovnatan Avedikian.  

 

12 juin.

Hovnatan Avedikian, metteur en scène, vous parle des étapes de travail d'Esperanza

Le projet Esperanza s'est construit par étapes. En résidence au Théâtre National de Nice (février 2015), à la Maison d'Arrêt de Nice et à Emmaüs de Saint-André de la Roche. 
 

La prison

" Grâce à une responsable du GÉNÉPI, j'ai rencontré la directrice du SPIP (Service Probation et Insertion Pénitencier) qui généreusement accueille le projet, précisant que ça faisait longtemps qu'elle attendait un signe de la part du TNN.
 La prison se situe environ à 1 km du théâtre, et sont l'une et l'autre, des structures publiques. La Maison d'Arrêt de Nice compte 670 détenus hommes (pour une capacité d’accueil de 300 places) et 74 détenues femmes (Pour une capacité d’accueil de 39 places).
Pour la première fois, une équipe artistique de 12 personnes (8 comédiens + 4 personnes) va se rendre à la prison 2 fois par semaine pendant 1 mois, pour répéter, échanger et s'interroger avec les détenus (femmes et hommes) autour de la construction d'un spectacle.

Quartier femme.

Vendredi matin, de 7h30 à 13h, nous présentons le travail. Jamais nous n'aurions pu imaginer une telle attention de la part de spectateurs (spectatrices en l'occurrence). Elles devaient être une dizaine, pas plus. Je tiens à préciser que dans notre équipe, il n'y a qu'une femme parmi les 8 comédiens. Une fois la présentation terminée, une discussion extrêmement précise, détaillée et animée, s'enclenche. Elles ont pris des notes, pour nous faire des remarques, et parfois cela se termine en dansant, tellement la communication circule entre nous !
Les détenues ont une clairvoyance, une compréhension totale de l'écriture, elles adhèrent à la vision du monde de l'auteur, sont en lien avec lui et parfois en avance sur le jeu de l'équipe, ce qui nous déroute un peu... C'est à travers cette expérience avec les femmes, que j'ai compris à̀ quel point Aziz Chouaki est un écrivain populaire, sensible et profond.


Quartier homme.

Vendredi après-midi, de 14h à 18h. La prison date de 1887. Un autre monde nous attend. Nous sommes conduits, porte après porte, serrure après serrure, au sein d'un amphithéâtre. Les surveillants nous laissent seuls avec une quarantaine de détenus et referment la porte à clef derrière nous, à double tour. Nous devons rester 3h minimum, c'est la condition ! Lorsque, le premier jour, au clic clac de la serrure, je vois sur le visage des acteurs quelque chose se construire à travers cette expérience... Je les vois se rapprocher les uns des autres pour pouvoir livrer le travail devant ce public à vif. Les détenus parlent, fument, rient et suivent le spectacle en même temps... C'est du Music-Hall.
Face aux situations jouées, ils interviennent, chantent avec l'équipe durant les chansons, et finissent par connaître les répliques par cœur. À l’issue des représentations, un échange se met en place et nous nous retrouvons allongeś ou assis avec eux pour parler de choses et d'autres. Chaque moment vécu ici nous ramène au spectacle, nous sommes déjà sur L'Esperanza. Évidemment, presque tous les détenus de la prison de Nice connaissent, de près ou de loin, des passeurs et des migrants, s'ils ne le sont pas eux-mem̂es... Au moment de nous séparer, ils nous souhaitent tous "bonne chance" pour la représentation du lendemain... 

Nous sortons bouleversés, émus, reconnaissants vis-à-vis de cette bienveillance qui entoure le projet et l'équipe. Chaque vendredi de ce mois de février 2015 devient pour nous un vendredi saint. Je sens que le théâtre vers lequel j'aspire le plus, est là : palpable. Ces parenthèses hors du temps, sont des moments de théâtre intense, de partage, et finalement de lien entre ceux qui sont enfermés et ceux... en liberté.
Au théâtre. Le lendemain, le samedi, nous répétons la journée, empreints des expériences de la veille et nous présentons le soir, le fruit de ces avancés au public du TNN.

 

Emmaüs de Saint-André de la Roche (deuxième lieu acquis par l'Abbé Pierre)


Lieu que j'apprécie particulièrement et où nous avons toujours été accueillis à bras ouverts, depuis qu'Irina Brook dirige le Théâtre de Nice et nous a conduit dans ce beau lieu. La plupart des Compagnons qui étaient présents ce jour là, avaient vécu la traversée de la Méditerranée et une étrange émotion s'est répandue lors de cette ultime étape de travail...


Le processus. Durant ces quinzaines de présentation de travail, les acteurs devaient s'adapter, tous ensemble : aux lieux, aux publics si différents. Ce qui devait être crié dans l'amphithéâtre quartier homme, devait être chuchoté dans la minuscule salle quartier femme et le lendemain projeté encore différemment au théâtre... Les volumes sonores et les espaces de jeu, toujours inattendus, demandent un savoir-faire aux artisans comédiens. Ce théâtre-là me passionne.


Le spectacle final 

Une forme singulière est née de cette méthode, un jeu d’acteur que je n’aurais pas pu obtenir en restant avec l’équipe dans la salle de répétition. Avec la scénographie de Marion Gervais et les lumières d’Alexandre Toscani je conserve la pureté de ce travail brut, tout en construisant un monde visuel effrayant et mouvant. La présence à mes côtés du chorégraphe Aurélien Descloseaux me permet d’exprimer ce désarroi, cette colère, par la danse, la bagarre et l’acrobatie. Je conçois ce spectacle comme une performance, les acteurs ne quittent jamais le plateau , ils s'accrochent les uns aux autres et brûlent en scène devant le public pendant un peu plus d'une heure. 


Hovnatan Avédikian

 

 

 

Ils ont donné...