Accueil » Découvrir les projets » Campagnes » DICTIONNAIRE URDLA

DICTIONNAIRE URDLA

  • URDLA et moi
  • L'URDLA par Jacqueline Salmon©
  • vues de l'exposition Documents, sept 2015
  • presse lithographique
  • URDLA et moi
  • L'URDLA par Jacqueline Salmon©
  • vues de l'exposition Documents, sept 2015
  • presse lithographique

collectés sur un objectif
de 15 000

22%
icone mecenes 37 donateurs
icone réalisé Campagne terminée
Ville

Villeurbanne

IR 2020 / IS 2020 / IFI

Les dons donnent droit à une réduction fiscale

URDLA

Difficile à prononcer, le nom du lieu hybride fondé par Max Schoendorff (1934-2012) en 1978 résonne comme un cri de guerre. Un acte de résistance tridimensionnel reliant la sauvegarde d’un patrimoine, le soutien à la création contemporaine, puis la large diffusion de ses productions auprès de plusieurs publics (amateurs, collectionneurs, scolaires, professionnels...).

L’URDLA s’impose en Europe comme l’un des derniers centres à offrir la possibilité aux artistes contemporains d’exploiter l’ensemble des techniques dites traditionnelles de l’estampe. L’URDLA se distingue également par l’activité conjointe, dans un même lieu, d’un atelier performant, vivant, et d’un espace d’exposition modulable, assurant ainsi un pont durable entre création et médiation. 

La disparition du fondateur de l’URDLA, Max Schoendorff, nous a conduit à amorcer un travail sur la mémoire de l’URDLA, afin de mesurer l’importance et l’incidence des 35 premières années d’activités, d’en analyser les ancrages artistiques, intellectuels et politiques, puis d’en tirer des perspectives pour l’avenir. Un groupe de travail composé de membres du Conseil d’administration et de salariés a réuni documentation, archives personnelles, photographies ou témoignages en vue d’établir une histoire de l’URDLA : un dictionnaire, une plateforme numérique, une exposition. 

L'exposition a déja ouvert ses portes à la Bibliothèque municipale de Lyon le 9 février 2016 : « Peintres & vilains », commissariat Fanny Schulmann & Cyrille Noirjean, en discussion avec la BmL (Arts et Loisirs et Fonds ancien), que vous pouvez découvrir jusqu'au 30 avril 2016.

 

NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE SOUTIEN

pour 

 

la publication du dictionnaire URDLA afin d’éviter l’établissement d’une histoire linéaire et de ne pas tomber dans le piège hagiographique ou nostalgique, nous avons opté pour la forme du dictionnaire (300 entrées). L’écriture des notices a été confiée à une cinquantaine de contributeurs spécialisés, qui se sont appuyés sur la documentation. Les entrées sont à la fois d’ordre technique, géographique, poétique, littéraire, périphérique, mais elles regroupent également des artistes et des personnalités qui ont travaillé avec l’URDLA ou qui furent dans son champ d’attraction.

 

&

 

la plateforme numérique, en complément du livre, davantage attaché à la part scientifique, réflexive et intellectuelle du projet, nous créerons une plateforme nu¬mérique (un site) pour rassembler les photographies, les documents, les cartons d’invitations, affiches et les pièces importantes qui éclairent la trajectoire du lieu. Il s’agira d’exploiter le plus finement possible les propriétés et les capacités de l’outil numérique, en s’écartant au maximum d’une adaptation digitale du dictionnaire, et en privilégiant une promenade virtuelle. La plateforme sera régulièrement remise à jour, augmentée, animée.

 

Le budget 

​Les charges

  • dictionnaire (​graphisme & impression) 25 000 . – €
  • Plateforme numérique​ (réalisation de videos, réalisation du site) 10 000. – €
  • ​coût total 35 000. – €

 

​Les recettes

  • financements publics (prévisionnel) 15 000. – €
  • vos dons 15 000. – €
  • vente du dictionnaire (prévisionnel) 5 000. – €

Je choisis le montant de mon don...

  • 25
  • 50
  • 100
  • 250
  • 500

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Invitation à une visite de l'URDLA (pour une démonstration des techniques de l'estampe)
  • Recevez « URDLA et moi », multiple de Daniel Aulagnier
  • Recevez le « Dictionnaire URDLA » et devenez membre de l'URDLA (vous recevrez votre carte et bénéficierez des avantages)
  • Recevez l'édition spéciale d'une estampe de Jérémy Liron
  • Invitation à un cocktail à l'URDLA en septembre 2016, pour la sortie du dictionnaire, durant lequel vos contreparties vous seront remises
  • Vous devenez membre bienfaiteur de l'URDLA, nous étudierons ensemble la meilleure contrepartie à votre don
  • 250
  • 500
  • 1 000
  • 2 000

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Invitation à une visite de l'URDLA (pour une démonstration des techniques de l'estampe)
  • Recevez « URDLA et moi », multiple de Daniel Aulagnier
  • Recevez le « Dictionnaire URDLA » et devenez membre de l'URDLA (vous recevrez votre carte et bénéficierez des avantages)
  • Recevez l'édition spéciale d'une estampe de Jérémy Liron
  • Invitation à un cocktail à l'URDLA en septembre 2016, pour la sortie du dictionnaire, durant lequel vos contreparties vous seront remises
  • Vous devenez membre bienfaiteur de l'URDLA, nous étudierons ensemble la meilleure contrepartie à votre don
  • Nous étudierons ensemble la meilleure contrepartie à votre don (dictionnaires personnalisés, accueil en groupe, cadeaux d'entreprises…)

La vie du projet

URDLA Impressions

URDLA Impressions,

réalisé par Pascale Cuenot,

production Prelightfilms.

(à venir)

 

 

 

25 mai.

Chronologie

2 octobre 1978

Déclaration à la préfecture de l’« Union régionale pour le développement de la lithographie d’art », association loi 1901, qui sauve de la faillite le dernier atelier lithographique professionnel de la Région Rhône-Alpes.

L’association récupère les machines et les locaux, s’installe en lieu et place de l’imprimerie Badier : 161, boulevard Stalingrad, Lyon VI.

« Cette association a pour objet d’œuvrer pour le maintien et le développement de cette technique de création spécifique qu’est la lithographie, dans le domaine de l’estampe, par la sauvegarde, la promotion des acquis professionnels en créant un atelier collectif de recherche et de diffusion. »

Président élu : Max Schoendorff.

 

janvier 1983

Pour donner une impulsion à la lithographie de création,
l’URDLA devient éditeur et ouvre les portes de son atelier à des artistes de tous âges et de toutes nationalités. 

Les modalités d’édition sont ainsi définies pour tous : l’URDLA prend à sa charge l’ensemble des coûts de production ; à l’issue du tirage, les exemplaires numérotés sont partagés en deux parts égales, l’une est remise au peintre-graveur, l’autre est propriété de l’URDLA. Un exemplaire d’archives est conservé dans le fonds de l’URDLA, il est montré dans les foires, salons et expositions… Un exemplaire est déposé à la Bibliothèque nationale de France.

Dans le même temps, ouverture d’une galerie d’exposition dans le local attenant à l’imprimerie : pour la première exposition, l’URDLA invite l’Atelier Michel Cassé (Paris) à présenter une sélection de ses productions.

 

été 1983

Attribution par le CNAP de la grande presse Voirin (1,20 x 1,60 m ; machine de sept mètres de long, pesant quinze tonnes).

 

juin 1984

Première présence de l’atelier à ARTBasel.

 

19 février 1987

Pour accueillir et installer la grande presse Voirin, l’URDLA déménage au 207, rue Francis-de-Pressensé à Villeurbanne, dans une ancienne usine (1000 m2 sous verrière). Ainsi ateliers, galerie d’exposition, magasin et bureaux acquièrent l’ampleur attendue. 

 

L’installation dans les nouveaux locaux est possible grâce au soutien de la Ville de Villeurbanne, du Conseil régional Rhône-Alpes, des ministères de la Culture, du Commerce et de l’Artisanat, de la Fondation Léa et Napoléon Bullukian, d’Arrivetz décorateur, de Rank Xerox…

20 décembre 1991

L’Atelier de Saint-Prex (Suisse) qui a fait fabriquer à Yverdon une presse taille-douce de format 1,20 m de passage la dépose à l’URDLA pour une durée indéterminée.

 

 

10 novembre 1994

Adaptation des statuts et du nom pour faire correspondre l’association à l’évolution de son activité. L’URDLA devient Centre international de l’estampe et du livre : les ateliers maîtrisent l’ensemble des techniques de l’estampe traditionnelle : la gravure en relief ou taille d’épargne (bois gravé ou xyloglyphie, gravure sur bois ou xylographie, linogravure) ; la gravure en creux ou taille-douce (burin, pointe sèche, eau-forte, vernis mou, manière noire, aquatinte, héliogravure) ; la lithographie et ses variantes ; la typographie (plomb, bois, clichés polymères).

« Cette association a pour but : 

– d’œuvrer pour la sauvegarde et le développement de toutes les techniques relatives à la création, à la réalisation et à l’édition d’estampes originales, de multiples et de livres, ainsi que de veiller à leur diffusion ; 

– d’assurer le maintien, la conservation et la transmission des acquis professionnels spécifiques ainsi que la sauvegarde et l’utilisation des matériels et matériaux traditionnels et historiques ; 

– de développer la recherche dans le domaine de l’estampe et du multiple original (techniques, matériels, formation, etc.) ; 

– d’associer cette politique de conservation et d’exploitation d’un patrimoine technique et culturel aux évolutions de l’art ; 

– de veiller par une stricte vigilance à l’élaboration et au respect scrupuleux des règles qui doivent régir et limiter la définition

d’« estampe originale ».

 

20 septembre 1997

Ouverture de l’exposition Lithographie 1797-1997 qui commémore le centenaire de la mise au point de l’impression lithographique par le Bavarois Aloys Senefelder : plus de 200 pièces issues de collections publiques et privées et du fonds de l’URDLA, catalogue à ce jour épuisé (112 p., nombreuses reproductions en couleurs).

 

 

octobre 2001

Lancement de la collection de livres Fil à plomb qui vient s’ajouter aux collections des Livres de peintres, Bréviaires, et des catalogues d’exposition. Le livre, présent depuis 1985 à l’URDLA, prend toute son ampleur au sein de l’activité qui aujourd’hui se partage entre les deux pôles estampe et livre.

 

octobre 2007

La DRAC Rhône-Alpes prend en charge les travaux de remise en état de la grande presse Voirin.

 

octobre 2008

XXX Ailes.

La coïncidence des trente ans et de la rénovation de la presse Voirin par l’État permettra de produire toute une exposition de nouvelles estampes de grand format.

 

juillet 2009

Rénovation de la façade, de la galerie d’exposition et  création de l’espace librairie.

 

20 octobre 2012

Mort de Max Schoendorff , président et fondateur de l’URDLA. 

 

17 novembre 2012

Élection d’un exécutif intérimaire.

 

30 mars 2013

Adoption par l’Assemblée générale de « Points de fuite », projet associatif, élection du nouveau Conseil d’administration et du bureau.

 

mars-mai 2015

Signature d’une convention pluriannuelle d’objectifs et de financements entre la Ville de Villeurbanne, la Région Rhône-Alpes et l’URDLA.

 

 

06 mai.

Un peu d'histoire… qu'est-ce que l'URDLA ?

À Lyon, en 1978, quelques artistes s’associèrent pour sauver d’une destruction imminente une imprimerie lithographique désuète et en faillite. 
Ce patrimoine sauvegardé (presses historiques, pierres lithographiques centenaires), il fallut en définir l’usage.

Dans le même temps se dessinait un projet politique de décentralisation culturelle. Ainsi l’URDLA assuma sa part d’engagement pour une diffusion démocratique de l’art vivant tout en affirmant son indépendance à l’égard des modes et du marché. Car, avant d’être un établissement, l’URDLA est avant tout une volonté éthique portée par la connivence de ses concepteurs et de ses membres.

 

 

Depuis 1986, à Villeurbanne, une ancienne usine de 1000 m2 abrite le Centre international estampe & livre, disposant de la chaîne intégrale d’édition de l’image et du texte.

L’équipe de maîtres-techniciens anime : 

– un atelier de lithographie ;

– un atelier de taille-douce ;

– un atelier de typographie ;

– une galerie d’exposition et de rencontres ;

– une librairie.

 

Dans un premier temps, atelier collectif, l’URDLA offrit aux artistes de la région des équipements jusqu’alors tous groupés à Paris. Mais sa réputation ne tarda pas à s’épanouir, matérialisée par une participation régulière au SAGA et à la Foire de Bâle. C’est le nombre et le prestige des artistes accourus qui affermissent définitivement son rayonnement international.

 

Aujourd’hui, ce cumul d’expériences, d’échanges avec des centaines de peintres de toutes générations et nationalités, confère à l’URDLA une place prééminente parmi les éditeurs d’estampes. Quant aux graveurs invités, ils y trouvent les conditions de travail optimales et toutes les ressources techniques qu’ils puissent requérir.

 

Avec l’appui du Ministère de la Culture et de sa Direction régionale, de la Région Auvergne Rhône-Alpes et de la Ville de Villeurbanne, le domaine de compétence de l’URDLA s’est graduellement étendu.

26 avr.

URDLA DICTIONNAIRE

Décrouvrez quelques images du Dictionnaire URDLA,

réalisée par Yeep agnecy :

 

Ils ont donné...