Accueil » Découvrir les projets » Cagnottes solidaires » Covid-19 : soutenez Action contre la Faim !

Covid-19 : soutenez Action contre la Faim !

Image de la cagnotte
Cagnotte solidaire

Cagnotte solidaire

icone réalisé Cagnotte terminée
Ville

Paris

IR 2020 / IS 2020

Les dons donnent droit à une réduction fiscale

Cagnotte officielle

Cagnotte officielle
Les dons sont versés directement à Action contre la Faim

Sensibiliser des millions de personnes au lavage de main et aux pratiques d’hygiène de base est le quotidien d'Action contre la Faim depuis 40 ans. ACF a déjà contribué à la gestion de nombreuses épidémies, notamment Ebola en Afrique de l’Ouest et le choléra en Haïti et au Yémen.

ACF mène en France des actions de sensibilisation, distribue des kits d’hygiène aux plus précaires et appuie d’autres associations dans la distribution alimentaire.

Dans nos 50 pays d'intervention, l'épidémie de COVID-19 s'ajoute aux difficultés que rencontrent déjà les personnes vulnérables. L’ONU et l’OMC ont tiré la sonnette d’alarme début avril : cette pandémie risque d’engendrer une crise alimentaire mondiale

Vos dons sont essentiels pour :

  • Soutenir nos programmes en eau, assainissement, hygiène, santé, sécurité alimentaire, soutien psychosocial
  • Contribuer au matériel de protection : masques, lunettes 
  • Appuyer nos transports et capacités de stockage 

Nous gagnerons cette bataille ensemble. Merci !

> Aidez notre cagnotte en partageant la page !

Je choisis le montant de mon don...

La vie du projet

07 mai.

Interview de Dieynaba N’Diaye, épidémiologiste, référente recherche chez Action contre la Faim

Le COVID-19 est-il comparable à des épidémies comme Ébola ou le choléra ?
Une épidémie décrit la propagation d’une maladie mais dans une zone limitée. Une pandémie est une épidémie qui s’est propagée au niveau global, mondial, et est caractérisée par le fait qu’elle touche plusieurs pays. Les pandémies sont beaucoup plus rares que les épidémies, et plus difficiles à combattre, car les efforts ne sont pas concentrés dans une zone touchée. Or, le coronavirus est bien une pandémie.
Les crises sanitaires dues à Ébola ou au choléra sont des épidémies, elles sont limitées à certaines régions du monde. Dans le cas d’Ébola, cela est dû notamment au fait que les personnes atteintes de la maladie sont touchées par des symptômes très durs, très handicapants, et ne sont plus en capacité de vivre leur vie normalement : leurs déplacements sont réduits, elles sont obligées d’être hospitalisées ou de rester alitées. De facto les cas sont plus facilement identifiés et isolés et cela stoppe la propagation de la maladie.
Le coronavirus est différent car il ne provoque peu ou pas de symptômes chez la plupart des personnes : ces personnes ne s’isolent pas, ne vont pas à l’hôpital, et continuent alors à vivre leur vie, et multiplient les contacts sociaux. Les personnes ne se méfient pas et propagent donc le virus beaucoup plus massivement.

Action contre la Faim a-t-elle déjà fait face à ce type d’épidémie ?
Chaque maladie est différente, et la réponse à une épidémie de choléra peut être très différente de la réponse à une pandémie coronavirus. Cependant, nous avons par le passé déjà contribué à la gestion de nombreuses épidémies, notamment Ébola en Afrique de l’Ouest et le choléra en Haïti et au Yémen.
Nous disposons donc d’une grande expertise et expérience dans l’accès à l’eau et à l’assainissement, la promotion et la sensibilisation à l’hygiène dans les camps de réfugiés ou dans les centres de santé de nos pays d’intervention, qui peut permettre de lutter contre la propagation du virus.
Par ailleurs, nous avons des compétences transversales dans la sensibilisation communautaire sur le changement de comportement. Étant une ONG d’urgence, nous possédons également une forte expertise en gestion de crises, avec des capacités logistiques et de coordination, une présence et une crédibilité forte à l’international, plutôt qu’une expertise en épidémies en tant que telle.

Faut-il redouter une forte propagation dans les pays en développement ? Quels sont leurs principaux défis face au coronavirus ?
Il y a effectivement un risque de forte propagation par exemple en Afrique, à cause des liens commerciaux qui existent entre l’Afrique et la Chine, et également des liens qui existent entre l’Europe et l’Afrique. Il y a donc un risque de « cas importés », mais le virus commence à se transmettre également au niveau local. D’après l’OMS, les pays les plus touchés en Afrique aujourd’hui sont : l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Sénégal et le Burkina Faso avec pour l’instant peu de morts. Attention, ces chiffres peuvent être biaisés par la capacité des pays à tester les malades et à déterminer les raisons des décès en post-mortem.
Nous ne savons pas encore comment le virus se propagera en Afrique car de nombreux facteurs peuvent affecter l’évolution : facteurs génétiques, climatiques, sociologiques, démographiques (la population en Afrique est globalement très jeune). Ce que l’on sait, c’est que certains pays ont des capacités de réponse limitées (systèmes de santé moins résilients, manque de matériel médical et accès à l’eau…), et que d’autres facteurs peuvent perturber la réponse à la crise (instabilité politique par exemple). Action contre la Faim, sur la base de la littérature scientifique et d’après différents indicateurs officiels, a déterminé trois pays en Afrique parmi ses missions comme plus à risque d’importation et dans leur capacité à répondre à la crise : Burkina Faso, Nigeria et Sénégal ; et en Asie, le Pakistan.
Certains enjeux des pays africains rejoignent ceux des pays occidentaux : capacité à tester les malades, système de santé publique, état des hôpitaux, sensibilisation des populations au virus et aux gestes barrières, protection des agents de santé, etc. Mais certains enjeux leur sont spécifiques comme par exemple :

   - le faible accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement dans certains pays/régions et donc la difficulté à mettre en place des gestes barrières comme le lavage des mains avec du savon,
    - la difficulté à mettre des personnes en quarantaine, à isoler des personnes touchées ou à risque, dans des contextes parfois de très forte densité urbaine, et de foyers intergénérationnels où les grands-parents vivent avec le reste de la famille (similitudes avec Italie et Espagne sur ce point-là),
    - des personnes présentant des symptômes similaires au COVID-19 par exemple dans le cas du paludisme, de pneumonies… maladies plus prévalantes en Afrique, ce qui compliquera la phase de diagnostic,
    - la forte présence d’autres maladies aggravantes au sein des populations, susceptible de compliquer la prise en charge.

Les personnes souffrant de sous-nutrition sont-elles plus à risque face au coronavirus ?
Il est aujourd’hui trop tôt pour dire si les personnes sous-nutries sont plus touchées par le coronavirus, notamment car nous manquons de données sur la physiopathologie de cette nouvelle maladie. Cependant, nous pouvons dire que les personnes sous-nutries sont potentiellement plus à risque car leur système immunitaire est plus défaillant et qu’elles sont globalement plus sensibles aux maladies infectieuses.
Les personnes souffrant de la faim sont également celles vivant dans des conditions socio-économiques plus difficiles, ayant moins accès aux soins, et pouvant être plus durement touchées par les mesures type confinement.

Quelles sont les mesures d’Action contre la Faim face au virus ?
Nous avons mis au point une cellule de crise au sein de l’organisation, et une coordination s’est mise en place tant aux niveaux directionnels que techniques. Une veille scientifique et épidémiologique est faite régulièrement et une veille sur le nombre de cas détectés dans nos pays d’intervention. Nous faisons également remonter les besoins des missions, et leur faisons des recommandations opérationnelles par secteur d’activité.
Les interventions proposées visent notamment à réduire l’incidence au sein des professionnels de santé et plus globalement de la population en général, à réduire la peur et la désinformation et à continuer à assurer les autres services essentiels en santé. Par exemple, nous sensibilisons les agents et personnels dans nos centres de santé à empêcher la propagation du virus au sein des centres grâce à : de la sensibilisation des personnes (flyers, posters), la présence de matériel nécessaire (masques, gel, mouchoirs), la mise en place de circuits spécifiques et de gestion des flux adaptés (entrées/sorties, salles d’attente différentes pour les personnes malades), une gestion adaptée de la collecte des déchets, etc.
Nous avons également fait une demande de fonds supplémentaires auprès d’un bailleur pour financer une réponse COVID-19, en Afrique. Une collecte de fonds privés a également été lancée auprès du public, afin de soutenir nos activités.

30 avr.

Interview d’Hélène Queau, Responsable mission France

La réponse d’Action contre la Faim face au Covid-19 en France

23 avr.

Action contre la Faim se mobilise à Paris face au COVID-19 en union avec les acteurs de solidarité déjà actifs

Au regard de l’urgence, Action contre la Faim rejoint l’effort collectif dans la lutte contre la maladie à travers sa mission récemment ouverte en France.
Le risque pour les personnes les plus vulnérables est aujourd’hui particulièrement important, notamment, parce qu’elles n’ont pas un accès direct à l’eau, à l’hygiène et à des sanitaires. Ces personnes, à la rue, en hébergements précaires ainsi que ceux qui leur viennent en aide chaque jour, doivent être protégés.
En cette période critique, l’alimentation et la santé sont devenues un défi de chaque jour pour ces populations avec le confinement et la fermeture de nombreux services. Ainsi, dans le cadre de l’un des projets auquel nous sommes associés avec la Fondation Armée du Salut et de nombreux autres partenaires, plus de 1300 personnes reçoivent un colis repas quotidien.
Pour intervenir auprès des personnes qui n’ont pas les moyens d’appliquer les gestes barrières, Action contre la Faim, avec le soutien d’UNICEF France, met en place des séances de sensibilisation aux gestes barrières en Ile-de-France auprès des populations les plus vulnérables. 1 350 kits d’hygiène seront également distribués pour répondre aux besoins des familles ou des personnes seules et des points de lavage des mains sont déjà installés lors des distributions alimentaires réalisées avec nos partenaires.
« Nous allons distribuer du savon, du gel hydro-alcoolique pour que les personnes les plus fragiles puissent appliquer les gestes barrières. Mais nous allons également apporter des produits d’hygiène de première nécessité comme du dentifrice, des biberons et des couches pour améliorer plus généralement les conditions sanitaires des personnes que nous allons aider » explique Hélène Quéau, Coordinatrice des projets d’Action contre la Faim en France.
« Personne ne doit être oublié, il est nécessaire de continuer les efforts afin de trouver une solution pour tous. Nous agissons ensemble, chacun à un rôle à jouer, derrière son ordinateur comme sur le terrain ». – Hélène Quéau