Accueil » Découvrir les projets » Soutiens » Case Des Tout-Petits

Case Des Tout-Petits

  • Image du projet Case Des Tout-Petits
  • Image du projet Case Des Tout-Petits
  • Image du projet Case Des Tout-Petits
  • Image du projet Case Des Tout-Petits
  • Image du projet Case Des Tout-Petits
  • Image du projet Case Des Tout-Petits
  • Image du projet Case Des Tout-Petits
  • Image du projet Case Des Tout-Petits
Soutiens
Soutiens terminés Projet réalisé !
icone map

Lorient

Voiles Sans Frontières

Les missions de VSF définies dans ses statuts sont les suiv...

Voiles Sans Frontières

Les missions de VSF définies dans ses statuts sont les suiv...

Voiles Sans Frontières

Lorient

Voiles Sans Frontières

Lorient

Voiles Sans Frontières

Les missions de VSF définies dans ses statuts sont les suiv...

Le projet

Voiles Sans Frontières, qui agit dans le Delta du Sine Saloum depuis vingt ans, a à cœur d'aider sa population dont le niveau de vie est le plus bas du Sénégal, sur les plans éducatif et économique. L'implantation de Cases Des Tout Petits (l'équivalents de nos maternelles françaises) répond totalement à cet objectif. Dans cette région sénégalaise enclavée, les hommes pratiquent la pêche ; certains en pirogue s'absentant ainsi 5 jours ; d'autres sur des chalutiers, laissant leurs femme et enfants pendant plusieurs mois. Les femmes gèrent donc de front leur rôle familial et leur Activité Génératrice de Revenus de cueillettes de produits halieutiques (coques, huîtres et murex) dans les vasières du delta, indispensable à la survie de la famille. Construire une Case Des Tout Petits c'est permettre aux mères de pratiquer leur métier en toute quiétude sans se préoccuper de la sécurité de leurs enfants âgés de 3 à 5 ans qu'elles n'ont plus à emmener sur des pirogues peu sécurisées ou qu'elles n'ont plus à laisser seuls au village sans surveillance. De plus, grâce à ces structures, les enfants qui parlent leur langue maternelle "le sérère", vont bénéficier d'une immersion progressive dans l'univers scolaire ce qui leur permettra de se familiariser à la langue française utilisée à l'école. Cet accueil préscolaire améliore la qualité des apprentissages, minimise le risque de décrochage scolaire si fréquent et donc lutte contre le travail des enfants.

Deux villages bénéficient de ce projet :
Bassar pour la réhabilitation du foyer des jeunes en CDTP pour un montant global de 10.000 €.  Les 8.825 € de dons acquis nous ont permis de lancer la construction cet été.100 enfants sont déjà accueillis par trois monitrices. Il reste à financer l'agrandissement du bloc sanitaire et la réfection du mur d'enceinte. Cette réhabilitation est pilotée par Nathalie Régis. Falia pour la construction d'un bâtiment neuf. Le coût global est estimé à 22.250€ pour la construction de 3 salles de classe (une par section), d'un bloc sanitaire et pour la formation d'une monitrice native du village. 90 enfants seront accueillis dans cette structure. Aucun financement n'est encore acquis. Nous espérons pouvoir mettre en route la construction en 2019. Daniel Monges, navigateur membre actif, pilote ce dossier.
Ce projet initié par les villageois a fait l'objet d'accord avec les autorités de chaque village, les directeurs d'École primaire et l'Inspection de l'Éducation et de la Formation sénégalaise.

 

A quelle problématique sociale répond-il ?

Ce projet répond à deux problématiques:
permettre aux femmes de développer leur Activité Génératrice de Revenus indispensable pour subvenir aux besoins de leurs familles et de lutter contre la précarité qui amène souvent l'enfant à travailler jeune et donc à abandonner l'école (cette région a le niveau de vie le plus bas du pays),lutter contre l'échec scolaire et l'abandon en scolarisant précocement leurs enfants dans une structure adaptée à leur âge qui favorisera leur éveil et leur apportera les aptitudes nécessaires à une bonne rentrée en école primaire.
Les femmes du Sine Saloum ont une vie difficile du fait de l'enclavement de leur lieu de vie et de l'absence souvent prolongée de leurs maris obligés d'aller travailler ailleurs. Elles assument au quotidien de nombreuses responsabilités qui vont des tâches habituelles mais dures d'une famille souvent nombreuse à l'obligation de travailler à la cueillette et à la préparation des coquillages pour subvenir aux besoins alimentaires et scolaires des enfants.
Emmener les enfants de 3 à 5 ans lors de la pêche à pied en pirogue jusqu'aux vasières du delta ou bien les laisser seuls livrés à eux-mêmes sont deux solutions dangereuses qui impactent négativement leur travail.

De leur naissance à l'entrée en primaire vers 6 à 7 ans, les enfants parlent le sérère. A l'école primaire, la langue officielle est le français et le cursus est quasi identique à celui suivi dans les écoles françaises. Ces enfants rencontrent souvent de grandes difficultés. C'est un véritable challenge pour eux. Leur préscolarisation en Case Des Tout Petits leur permet d'arriver en cours primaire en possédant tous les prérequis nécessaires à leur réussite scolaire. Cela leur évite soit un décrochage scolaire, soit, au pire, l'abandon de l'école qui reste encore très fréquent passé la classe du CM2 dans les îles du Saloum. Cette préscolarisation est préconisée par tout le corps enseignant du delta du Sine Saloum. Bien qu'un Programme de Développement de l'Éducation et de la Formation ait été mis en œuvre par le gouvernement sénégalais, peu de villages du Sine Saloum bénéficient actuellement d’une structure d'accueil pour les enfants de 3 à 5 ans. C'est un défi difficile pour ce pays dont 17% de la population a moins de 5 ans et 28% entre 5 et 14 ans.
Voiles Sans frontières, qui a depuis 20 ans tissé des liens de confiance et de respect mutuels, a reçu des demandes de soutien des villageois pour la construction de Cases des Tout Petits.

 

Quelle est la solution apportée ?

Il va libérer du temps aux femmes pour qu'elles accèdent efficacement à une source de revenus indispensable au fonctionnement du foyer grâce à un travail régulier de ramassage des coquillages et à la possibilité de vendre leurs produits sur les marchés régionaux à plusieurs heures de pirogue de leur village. Il va permettre aux 180 enfants de Bassar et de Falia d'être accueillis dans une structure adaptée à leur âge et sécurisée, encadrée par une équipe qualifiée pour un meilleur avenir scolaire.

Ils ont soutenu...