Accueil » Découvrir les projets » Programmes » Créons des cohabitations interculturelles !

Créons des cohabitations interculturelles !

Connectons les personnes réfugiées à la recherche d’un toit avec des particuliers prêts à les accueillir.
Image du projet Créons des cohabitations interculturelles !
Programme annuel

Programme annuel

BNP Paribas

Ce projet est soutenu par BNP Paribas.

SINGA France
icone map

Paris

icone deduction
IR 2018 IS 2018

SINGA France

SINGA est un mouvement citoyen international visant à créer du lien entre les nouveaux arrivants et les personnes de la société d’accueil, en conceva...

SINGA France

SINGA est un mouvement citoyen international visant à créer du lien entre les nouveaux arrivants et les personnes de la société d’accueil, en conceva...

SINGA France
icone map

Paris

icone deduction
IR 2018 IS 2018
SINGA France
icone map

Paris

icone deduction
IR 2018 IS 2018

SINGA France

SINGA est un mouvement citoyen international visant à créer du lien entre les nouveaux arrivants et les personnes de la société d’accueil, en conceva...

Qu'est-ce que le programme CALM (Comme à la Maison) ?

Née d'un mouvement citoyen, SINGA crée des opportunités d'engagement et de collaboration entre les personnes réfugiées et leur société d'accueil.

Parmi elles, CALM, dont l’objectif est de mettre en relation et d'accompagner des personnes réfugiées à la recherche d’un accueil temporaire (de 3 à 12 mois) et des particuliers disposant d’une chambre pour les accueillir. Cette mise en relation se fait sur la base de passions communes et projets professionnels communs.

CALM, c’est avant tout une rencontre interculturelle et un enrichissement mutuel à travers la cohabitation. D'une grande richesse interculturelle, elle se construit sur la base de l’expérience des accueillants et accueillis, permettant aux personnes réfugiées de développer leur projet en se libérant de la problématique du logement.

Depuis son lancement il y a deux ans, 546 cohabitations ont pu être mises en place. Ces accueils ont permis : 

  • À 2 personnes réfugiés sur 3 de trouver un logement autonome, 
  • À plus de 70% des accueillis de trouver un emploi ou de suivre une formation lors de la cohabitation,
  • Aux personnes accueillies de maîtriser le français en quelques mois !

Ces résultats sont très positifs et SINGA souhaite démultiplier son impact et enrichir son réseau d’accueil en proposant de nouveaux types de cohabitation.

Parmi elles, les « Vacances » mettent en lien des nouveaux arrivants disposant déjà d’un logement, avec des personnes locales souhaitant les accueillir le temps de week-ends ou de vacances.

Soutenez les " Vacances " !

Image du projet Créons des cohabitations interculturelles !

Grâce à ce programme novateur débutant cet été, les accueillants vivant en zone rurale ouvriront leur porte aux personnes réfugiées. Ces dernières auront ainsi l'opportunité de s'approprier le territoire français et d'en découvrir toute sa richesse !

Et les premières expérimentations réalisées en début d'année 2018 ont été très engageantes ! 

"Audrey, Emma et moi-même avons accueilli Khamiss les week-ends en février. Le premier week-end fut l’occasion pour nous quatre de partager des moments conviviaux. Bien que très discret, le courant est très vite passé. Le dimanche matin, je l’ai emmené rejoindre des amis pour un trail de 12. Cette activité a déclenché son ouverture sur les autres… et il a fini bien moins fatigué que moi ! Sur le chemin retour, c’est lui qui prenait pour la 1ère fois une photo de nous. Car jusqu’à présent j’étais le seul à en prendre. J’ai vu un homme heureux. On était deux. Au-delà de ces moments passés ensemble, je retiens une très – très – belle rencontre."

Permettez au plus grand nombre d'accéder aux cohabitations !

Afin de créer plus de rencontres et d’accompagner au mieux chaque expérience interculturelle, nous avons besoin de votre soutien !

En devenant l'un de nos ambassadeurs, vous contribuez : 

  • Au financement de nouvelles mises en relation entre un accueilli et un accueillant
  • Au financement de formation(s) à la cohabitation interculturelle
  • Au financement de nouvelles mises en relation et au suivi pour des séjours "vacances"

Vous démultipliez ainsi les mises en relation et favorisez l'enrichissement mutuel des accueillants et des accueillis !

Je choisis le montant de mon don...

  • 20
  • 100
  • 500
  • 1 000

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand merci pour votre soutien ! Nous pouvons mieux accueillir, grâce à vous !
  • Vous financez une mise en relation entre un futur accueilli et un futur accueillant
  • Vous financez une formation à la cohabitation interculturelle pour 10 participants
  • Vous financez une cohabitation de 12 mois (la mise en relation et le suivi)
  • Vous financez la mise en relation et le suivi de 10 séjours "vacances"
  • 500
  • 1 000
  • 3 000

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Vous financez une cohabitation de 12 mois (la mise en relation et le suivi)
  • Vous financez la mise en relation et le suivi de 10 séjours "vacances"
  • Vous financez la mise en relation et le suivi de 20 séjours "vacances"
Coût de votre don après déduction fiscale: 0

C'est simple : vous recevrez par email votre reçu fiscal à intégrer à votre déclaration d'impôts.

La vie du projet

01 aoû.

EN TOUTE AUTONOMIE

« Ici, on fait tout ! On accueille, mais on fait aussi cours de français. Par contre, pas de cours de cuisine, hein Bridget ? »

Bridget n’aime pas trop cuisiner, mais adore sortir et regarder des séries. Xavier et Christophe lui ont ouvert leur porte il y a maintenant 2 mois. Le mois prochain, si tout va bien, Bridget s’installera pour la première fois dans un petit appartement rien qu’à elle. On sent chez elle une pointe d’appréhension, mais une immense envie de pouvoir avancer. En attendant, elle a son studio dans l’appartement de Xavier et Christophe, en toute autonomie.

 

© Kenia S.

 

« Avec Bridget, on ne s’ennuie pas ! » Effectivement, avec ces 3 là, on ne s’ennuie pas. On parle de relations familiales, de religions, de projets de vie..

Christophe et Xavier sont tous les deux très occupés par leur travail et leurs nombreuses activités, ils s’inquiétaient de ne pas pouvoir offrir assez de temps à la personne qu’ils accueilleraient. Mais c’était sans compter sur l’indépendance de Bridget. Actuellement en Service Civique chez Singa, elle est – elle aussi – bien occupée. Au point que Xavier n’ose pas toujours la déranger lorsqu’il souhaite lui rappeler qu’elle a quelque chose de prévu. « Je vais lui envoyer un message par Messenger. » « Tu peux aussi aller frapper à sa porte ! » lui répond Christophe.

 

© Kenia S.

 

C’est parti pour une petite séance photo ! Bridget fait sa timide mais on m’avait avertie qu’elle aimait les photos. Très vite, elle se lâche, elle pose, regard caméra : c’est sa minute star ! D’ailleurs, elle se prépare pour assister à la nuit du cinéma de science-fiction du Festival Lumière. Coquette, elle cherche une solution pour rester belle même si elle vient à s’endormir. Xavier et Christophe ne manquent pas de la taquiner : « Faut pas croire que tout le monde te regarde !» « Non, mais quand même ! », réplique Bridget, qui n’a pas l’intention de se laisser faire.

Bridget ne va rester que 2 mois chez Xavier et Christophe. Mais il va de soi pour eux qu’une fois que Bridget aura déménagé, ils ouvriront leur porte à quelqu’un d’autre.

 

Récit de cohabitation, par Kenia S.

04 juil.

UNE COLOCATION LYONNAISE QUI ROULE

Birgit, Dje, Emeline, Charlotte, Tim, Pauline et Xhuljano sont colocataires. Tous étudiants ou jeunes adultes, ils ont décidé de mettre une chambre de leur maison à disposition d’un nouvel arrivant dans le cadre de CALM.

A notre arrivée, il nous attendent sur leur terrasse, à l’exception de Pauline qui est en vacances.

Quand on arrive dans cette grande colocation à Bron (commune de la métropole de Lyon), on se sent comme à la maison. Xhuljano a rejoint la maison depuis 3 semaines. Quand on parle avec lui, on a l’impression que ça fait des mois.

Les conversations commencent sur le ton de la rigolade, en parlant d’une activité « wake board » qu’ils ont effectuée quelques jours auparavant.

Indéniablement, un lien fort s’est tissé entre eux. Il partagent et rigolent beaucoup au quotidien. Xhuljano est investi dans la colocation et a déjà pris ses marques. Il nous fait visiter et nous montre sa chambre, encore décorée pour son arrivée.

Lorsque nous lui demandons « Comment te sens-tu dans la colocation ? », il nous répond – en lançant un regard complice aux autres – « Ca se voit, non ? », avant d’éclater de rire.

 

Dans cette belle maison, Xhuljano n’a pas trouvé qu’une chambre, il a trouvé des amis. La maison est un lieu d’échange, une plongée dans la culture française, au sein de laquelle il trouve l’aide et la motivation pour ses futurs projets.

Récit de cohabitation et photographie, par Julie L. et Kenia S.

28 mai.

Deux week-ends sportifs

Audrey, Emma et moi-même avons accueilli Khamiss les week-ends du 10-11 et 17-18 février 2018. Avant notre rencontre, je ne disposais que de peu d’informations sur Khamiss. Je savais qu’il était sportif et qu’il souhaitait améliorer son français.

 

Week-end 1

Khamiss a pris le train pour descendre nous voir et nous avons passé notre premier week-end ensemble à Savasse et les villages aux alentours – dans la Drôme.

Ce week-end fut l’occasion pour nous quatre de partager des moments conviviaux autour de visites et de repas. Bien que très discret – presque timide, le courant est très vite passé entre Khamiss et Emma, notre fille de 6 ans. Plus tard, nous apprendrons qu’il est plus facile pour lui de comprendre Emma car elle parle moins vite, et avec un vocabulaire moins riche.

Le dimanche matin, je l’ai emmené rejoindre des amis pour un petit trail de 12 km dans les bois. Cette activité a déclenché son ouverture sur les autres… et, pour l’anecdote, il a fini bien moins fatigué que moi.

Dans la voiture, sur le chemin retour, c’est lui qui prenait pour la 1ère fois une photo de nous. Car jusqu’à présent j’étais le seul à en prendre. J’ai vu un homme heureux. On était deux.

De retour à la maison, nous avons raconté nos exploits à Audrey et Emma, et Khamiss a joué aux cartes avec elles. Cela lui a permis de se familiariser avec le français.

Puis, en fin d’après-midi, nous l’avons raccompagné chez lui. En bas de l’immeuble, il nous a proposé de monter visiter son appartement. Cela nous a énormément touchés. Nous nous sommes quittés dans l’espoir de remettre ça le week-end suivant.

 

Week-end 2

La semaine qui a suivi, nous avons échangé quelques messages. Le vendredi, je suis allé le chercher avec Emma, qui était aussi impatiente que moi à l’idée de le retrouver. Direction Marseille, chez mes parents, où nous avons passé le week-end.

La ville accueillait ce week-end là une compétition internationale qui rendait impossible toute circulation ou visite de la ville. Nous lui avons fait découvrir les « pâtes au poulpe » de Maman.

Le lendemain, nous sommes allés courir dans les calanques marseillaises. Cette fois-ci, c’est moi qui ai eu raison de lui, après 22 km de montées et de descentes dans les pierres. La vue était magnifique et nous avons fait de nombreuses photos.

Au-delà de ces moments passés ensemble, je retiens surtout une très – très – belle rencontre. Je remercie SINGA d’avoir mis Khamiss sur notre route.

 

Récit de Vacances, par Lionel