Accueil » Découvrir les projets » Soutiens » Un laboratoire de biologie médicale au Tchad

Un laboratoire de biologie médicale au Tchad

  • Image du projet Un laboratoire de biologie médicale au Tchad
  • Image du projet Un laboratoire de biologie médicale au Tchad
  • Image du projet Un laboratoire de biologie médicale au Tchad
  • Image du projet Un laboratoire de biologie médicale au Tchad
  • Image du projet Un laboratoire de biologie médicale au Tchad
  • Image du projet Un laboratoire de biologie médicale au Tchad
  • Image du projet Un laboratoire de biologie médicale au Tchad
  • Image du projet Un laboratoire de biologie médicale au Tchad
Soutiens
Soutiens terminés Vote terminé !

Biologie Sans Frontières

Créer, aider et développer à long terme des structures de b...

Biologie Sans Frontières

Créer, aider et développer à long terme des structures de b...

Biologie Sans Frontières
Biologie Sans Frontières

Biologie Sans Frontières

Créer, aider et développer à long terme des structures de b...

Le projet

Nous voulons contribuer à la création d’un laboratoire de biologie médicale de proximité au sein du Centre de Santé (CS) Saint-Luc à Ku Jéricho au Tchad, avec comme objectif prioritaire la mise en place du diagnostic médical permettant d’améliorer l’accès aux Soins de Santé Primaire (SSP), en lien avec les programmes locaux, nationaux et internationaux.

La Communauté du Chemin Neuf (CCN) qui est le porteur du projet a achevé la construction du laboratoire en 2017. Après avoir été sollicitée par la CCN, une de nos équipes a commencé à apporter du matériel de base et à former un technicien déjà présent pour permettre le lancement des premières activités du laboratoire. Pour que ce dernier soit entièrement fonctionnel et autonome, il est nécessaire que BSF poursuive l’aménagement et les formations du personnel aux techniques d’analyse médicale, dont l’effectif doit augmenter avec le développement de l’activité.

Notre soutien permettra de renforcer les actions de dépistage, de traitement et de suivi thérapeutique de nombreuses maladies qui représentent encore un fléau pour les jeunes de moins de 30 ans. En particulier, le diagnostic précoce du paludisme et autres maladies parasitaires permettra de réduire la mortalité infantile. Les jeunes seront particulièrement ciblés par notre action car ils pourront bénéficier d’un diagnostic du VIH et de la tuberculose à moindre coût. L’Infection Respiratoire Aigüe (IRA), les infections urinaires ou les diarrhées, comptant parmi les premières causes de décès des jeunes de plus de 15 ans, pourront être correctement dépistées puis traitées. Enfin la réduction des maladies non infectieuses comme le diabète, les anémies ou la malnutrition ainsi que l’amélioration de la santé maternelle et le suivi des grossesses font aussi partie des résultats attendus. L'ensemble de ces activités seront complémentaires à celles proposées par le CS Saint-Luc et représenteront un atout considérable pour son développement puisque les besoins en matière de diagnostic médical sont très élevés dans cette région.

Les fonds accordés permettront à plus de 8800 bénéficiaires directs de Ku Jéricho et 35000 bénéficiaires indirects de la zone péri-urbaine de Moundou d’accéder à des diagnostics médicaux fiables et réguliers. Le laboratoire participera à la décentralisation du Programme National de lutte contre la Tuberculose (PNT) ce qui lui permettra d’entrer en cohérence avec les stratégies nationales et de bénéficier de réactifs locaux et à bas coût. 
 

A quelle problématique sociale répond-il ?

Ku Jéricho se situe dans la région du Logone Occidental (LOC) au Tchad, à environ 15 km de Moundou. Sa population peine à accéder au diagnostic médical, du fait de sa situation en brousse qui, en saison humide, rend les pistes jusqu’à Moundou impraticables. Lorsque certains ont les moyens financiers de se rendre jusqu’au centre-ville, ils sont généralement découragés par une gestion des stocks du laboratoire de l’Hôpital Régional de Moundou (HRM) défaillante, entraînant une rupture du rendu des analyses. A ceci s’ajoutent des coûts d’analyses élevés, finissant par faire renoncer les 8800 habitants de Ku Jéricho au diagnostic. Les acteurs de santé actuellement présents ne parviennent pas à répondre aux besoins croissants de la population, qui augmente d’environ 4% l’an et empêche l’HRM et les quelques laboratoires privés de répondre à la demande de la zone péri-urbaine de la ville.
 
La Communauté du Chemin Neuf (CCN) estime un taux de prévalence du VIH/Sida de plus de 10% dans la zone de Moundou, touchant en deuxième position les jeunes de 25-29 ans. Or, le total approximatif des malades dépistés et pris en charge par les 3 centres VIH du district sanitaire de Moundou est d'environ 10 000 pour une population du district d’environ 150 000 habitants, soit 6 à 7 % de prise en charge. De plus, Moundou fait partie des trois villes les plus touchées par la tuberculose, avec une prépondérance des cas se trouvant parmi les 25-34 ans et un taux de prévalence de 6,4% chez les 0-14 ans. Une étude 2014-2015 indique un taux de prévalence du paludisme de 25% pour les enfants de moins de 5 ans du LOC, avec seulement 14% d’entre eux ayant pu bénéficier d’examens biologiques.
Le taux de mortalité infantile est également alarmant, avec en 2013 un taux d’utilisation de la Consultation Préventive Enfant (CPE) de seulement 31% au Tchad. Il en résulte des taux de morbidité élevés chez les enfants (0-11 mois ; 1-4 ans ; 5-14 ans) principalement liés à des cas de paludisme, d’Infections Respiratoires Aigües (IRA), d’anémies ou de diarrhées non diagnostiqués. Parmi les enfants dépistés grâce à la CPE, on relève un taux de malnutrition de 6% dans le LOC.
 
Le manque de personnel qualifié aggrave la situation. La CCN rapporte que les laborantins candidats sont pour la plupart diplômés du Nigéria ou du Cameroun. Ainsi, alors qu’aucun technicien supérieur ni biologiste n’a été recensé à Moundou, seuls 21 Agents Techniques de Santé et un seul laborantin assurent les services de la zone.
 

Quelle est la solution apportée ?

Ce laboratoire permettra aux habitants de Ku Jéricho et à la population péri-urbaine de Moundou d’accéder à un service de diagnostic médical de proximité à des prix raisonnables. Les examens proposés bénéficieront en grande partie aux jeunes de moins de 30 ans et aux enfants qui pourront être rapidement diagnostiqués en cas de paludisme, tuberculose, VIH/Sida ou autres maladies chroniques. Les formations données permettront d’augmenter le nombre de techniciens qualifiés dans la région.  

Les entreprises qui soutiennent...

Avatar

Ils ont soutenu...