Accueil » Découvrir les projets » Campagnes » Les amis de Saint-Germain-des-Prés

Les amis de Saint-Germain-des-Prés

Devenez ou (re)devenez ami de Saint-Germain-des-Prés à l'occasion de cette 4ème et dernière campagne d'adoption d'étoiles
Image du projet Les amis de Saint-Germain-des-Prés

sur un objectif
de 50 000

icone jours restants1 Jour Restant
icone mecenes318 mécènes
Fonds de dotation pour le rayonnement de l'église Saint-Germain-des-Prés
icone map

Paris

icone deduction
IR 2019 IS 2019

Fonds de dotation pour le rayonnement de l'église Saint-Germain-des-Prés

L'église Saint-Germain-des-Prés a constitué, afin de préserver son patrimoine millénaire, un fonds de dotation destiné à recolter des fonds nécessair...

Fonds de dotation pour le rayonnement de l'église Saint-Germain-des-Prés

L'église Saint-Germain-des-Prés a constitué, afin de préserver son patrimoine millénaire, un fonds de dotation destiné à recolter des fonds nécessair...

Fonds de dotation pour le rayonnement de l'église Saint-Germain-des-Prés
icone map

Paris

icone deduction
IR 2019 IS 2019
Fonds de dotation pour le rayonnement de l'église Saint-Germain-des-Prés
icone map

Paris

icone deduction
IR 2019 IS 2019

Fonds de dotation pour le rayonnement de l'église Saint-Germain-des-Prés

L'église Saint-Germain-des-Prés a constitué, afin de préserver son patrimoine millénaire, un fonds de dotation destiné à recolter des fonds nécessair...

La restauration d'un lieu patrimonial exceptionnel !

1ER OBJECTIF ATTEINT ! UN GRAND MERCI À TOUS NOS MÉCÈNES !

LA CAMPAGNE SE POURSUIT POUR LE FINANCEMENT DE LA RESTAURATION DES BAS-CÔTÉS.

ENSEMBLE, MOBILISONS-NOUS POUR ATTEINDRE NOTRE NOUVEL OBJECTIF DE 100 000€.

Cette dernière campagne d'adoption d'étoiles démarre à l’occasion de la fête de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie et se terminera lors des prochaines fêtes de Pâques. Elle vient clôturer une série de 4 campagnes d'adoption démarrée en décembre 2015.

Déjà plus de 1 200 mécènes ont répondu présent à notre appel et ont pu laisser leurs noms dans l'histoire de la restauration de l'église Saint-Germain-des-Prés. Un grand merci à eux pour tout le travail qu'ils nous permis d'accomplir jusqu'à présent !

Dès aujourd'hui, prenez-part à cette aventure patrimoniale exceptionnelle et (re)devenez ami de Saint-Germain-des-Prés en participant à la restauration de cette église millénaire.

En effet, entre invasions, incendies et changements de régime, elle a bien failli être détruite au cours d’une longue histoire qui la vit naître vers 543 sous le règne de Childebert, fils de Clovis. L'église que nous restaurons ensemble a traversé l'histoire et a toujours bénéficié à temps des secours nécessaires :

  • En l'an mille, l'Abbé Morard entreprend la restauration de l'édifice ravagé par les Vikings et construit le clocher actuel
  • Au cours du XIXème siècle, deux grandes restaurations ont lieu, dont une, la plus importante, dirigée par Baltard qui confie à Hippolyte Flandrin, élève d’Ingres, l’entière décoration de l’église.

Et aujourd'hui grâce à votre générosité nous pouvons lui rendre tout son éclat !

Où en est-on dans l'avancée des travaux ?

Image du projet Les amis de Saint-Germain-des-Prés

Depuis le 19ème siècle, subissant l’œuvre du temps, l’état général de l’église s’est progressivement dégradé au cours des siècles. Préoccupés par cette évolution, la Ville de Paris, la DRAC et le Fonds de Dotation pour le rayonnement de l’église Saint-Germain-des-Prés ont décidé de s’associer pour contribuer à la rénovation de ce monument historique.

D’importants travaux de restauration des décors intérieurs et des œuvres d’art ont démarré en 2015 pour la préserver et l’embellir.

Sur les 5 grandes tranches de travaux, 3 d'entre elles ont été réalisées :

  • La restauration du Sanctuaire et du chœur des moines
  • La restauration des transepts
  • La restauration de la nef

 

Votre don nous permettra de poursuivre les travaux pour les 2 dernières tranches :

  • La restauration des bas-côtés et de la chapelle Saint-Maur. Les échafaudages seront installés au mois de mars 2019.
  • La restauration du déambulatoire et de la chapelle axiale (2020/2021)

(RE)Devenez ami de Saint-Germain-des-Prés

En réalisant un don, vous pouvez devenir acteur de cet haletant chantier ! 

En réalisant un don de 100 euros, vous pourrez choisir votre étoile et la dédier à la personne de votre choix !

Nous vous invitons à lever les yeux vers la voûte … choisissez la vôtre ICI

Faites briller votre générosité en participation à cette exceptionnelle restauration collective ! 

Le cas de l’église Saint-Germain des Prés est un exemple exceptionnel en France : l’ensemble des travaux a en effet été financé grâce au mécénat sur des financements strictement privés, provenant d’entreprises et de particuliers. Cet ambitieux chantier de restauration en plusieurs phases sera déployé jusqu’en 2020.

Je choisis le montant de mon don...

  • 10
  • 50
  • 100
  • 300
  • 500
  • 1 000
  • 2 500
  • 4 999

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand merci !
  • Votre nom est inscrit sur le mur des généreux donateurs de la voûte numérique
  • Recevez une lettre numérique avec tous nos remerciements !
  • Vous devenez "ami de Saint-Germain-des-Prés" : recevez par mail votre certificat officiel
  • Vous adoptez 1 étoile de la nef
  • Vous adoptez 3 étoiles de la nef
  • Vous adoptez 5 étoiles de la nef
  • Vous adoptez 10 étoiles de la nef
  • Vous adoptez l'une des deux clés de voûte de la nef (épuisé)
  • Vous parrainez l'une des 4 œuvres d'Hippolyte Flandrin
Coût de votre don après déduction fiscale: 0

C'est simple : vous recevrez par email votre reçu fiscal à intégrer à votre déclaration d'impôts.

La vie du projet

09 avr.

Et pourtant, l’église résiste. Elle rayonne.

"Allez dans le coeur de l’église, observez les chapiteaux dorés, avec des spynx ailés ou des feulles d'acanthe. Perdez-vous dans les rouges, les verts, les dorés qui nous donnent l’illusion d’être devant des mosaïques byzantines. On est éblouis de voir en couleur ce qui était si sombre il y a encore si peu de temps.

Diane Desazars parcourt Paris pour Radio Notre-Dame. 

L'émission du 29 mars s'est arrêtée à l'Eglise Saint-Germain-des-Prés pour vous plonger au coeurs de l'hitoire de l'église. À retrouver en écoute ICI.

Un patrimoine qui résiste

Comme le rappelle Diane Desazars, l'église a connu une longue histoire mouvementée. 

"Les envahisseurs normands en arrachent les charpentes pour réparer leurs navires, les révolutionnaires en font une usine de salpêtre, l’église perd deux de ses trois clochers, son abbaye et pourtant l’église résiste. On peut dire qu'elle rayonne, même.

 

Une campagne pour faire rayonner l'église

 

"Depuis cinq ans, une cinquantaine de restaurateurs nettoient avec minutie le décors intérieur peint au XIXème."

 

C'est jusqu'à Pâques que vous pouvez encore soutenir les équipes qui oeuvrent pour faire resplendir de nouveau le patrimoine de l'église. Adoptez une étoile dès maintenant.

 

Crédits photos : 

- © M.A. Mouterde

28 mar.

De l’église à la raffinerie de salpêtre

Lors de la révolution, l’église Saint-Germain-des-Prés a été mise à disposition de la nation. A l’instar du Panthéon à la même époque (et d’autres monuments religieux parisiens), elle a dû cesser ses activités religieuses.

Une usine pour soutenir la révolution

Dès 1792, la nation réquisitionne l’église Saint-Germain-des-Prés pour en faire une usine de raffinement de salpêtre. Ce sel de pierre doit être raffiné pour devenir la poudre utilisée  pour alimenter les canons et ainsi soutenir la révolution. Les moines sont par conséquent chassés.

Cette transformation profonde de l’usage de l’église entraîne un réaménagement des lieux. Les oeuvres de marbre sont remplacées par les ouvriers ; à la place des dallages, on aménage des fourneaux et certaines ouvertures sont pratiquées dans les murs pour faciliter la circulation des ouvriers. À l’extérieur, des hangars sont bâtis, non loin d’un atelier qui sert à la fabrication des canons.

Une existence en danger

En 1794, soit deux années après la reconversion de l’église, un incendie ravage l’usine, qui doit cesser son activité. L’architecture de l’église en a été fortement endommagée et il est même envisagé de raser définitivement l’édifice. Néanmoins, des opposants (dont Victor Hugo) se font entendre et parviennent à sauver l’église. Les années qui suivent altèrent toutefois son apparence, puisque le percement de la rue de l’Abbaye nécessite la démolition de certains bâtiments.

Un patrimoine enrichi

Depuis la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat en 1905, c’est la Ville de Paris qui est propriétaire de l’église. Elle l’a affectée à la paroisse de Saint-Germain-des-Prés. Au milieu du XIXème siècle, de grands travaux sont nécessaires pour restaurer l’église, endommagée par l’explosion de la raffinerie. Ainsi, Hyppolite Flandrin est appelé en 1843 pour mener les quatres programmes de peinture.

Ce sont celles que l’on voit aujourd’hui.

 

Crédits photos :
- M.A. Mouterde

07 mar.

Adoption d’étoiles - objectif 200%

Plus que quelques jours avant la fin de la campagne d’adoption d’étoiles ! Grâce à vous, nous avons déjà récolté plus de 65 000 € et dépassé les 130% de l’objectif. Visons plus haut pour atteindre les 200% !

Plus de 247 mécènes

Merci ! Vous êtes plus de 247 à avoir déjà soutenu la campagne. Créée en faveur des travaux de restauration de l’église Saint-Germain-des-Prés, elle vous permet d’adopter une étoile de la voûte céleste de l’église, en lui donnant votre nom ou celui d’un de vos proches.

Bravo ! Vous êtes plus nombreux que lors des deux dernières campagnes, qui avaient chacunes réuni 185 et 200 mécènes. Au total, vous êtes plus de 1 000 mécènes à avoir soutenu les différentes campagnes. Cela montre votre soutien croissant pour faire rayonner l’église Saint-Germain-des-Prés. Merci beaucoup !

Objectif 200% pour revaloriser le patrimoine de la plus vieille église de Paris

Cette campagne s’inscrit dans le financement des travaux de restauration de l’église, qui ont débuté en 2016. L’objectif est de revaloriser le patrimoine, notamment à travers la remise en état des oeuvres d’Hippolyte Flandrin.

En janvier 2019, la troisième tranche des travaux s’est achevée. Les échafaudages présents sur la photo ci-dessus ont été retirés. Dans le courant du mois de mars, la quatrième tranche de la restauration sera lancée. Celle-ci concerne des bas-côtés et de la chapelle Saint-Maur. Il s’agit de l’avant-dernière étape, en amont des travaux qui feront de nouveau rayonner la chapelle axiale.

Atteindre les 200% permettra de poursuivre les travaux de restauration dans les meilleures conditions. Une excellente occasion pour montrer votre soutien aux équipes sur place et aider l’église à briller de nouveau !

 

Crédits photos :
- M.A. Mouterde

21 fév.

Les peintures murales, un mélange de couleurs

Les murs de l’église Saint-Germain-des-Prés, tels que nous les connaissons aujourd’hui, ont été peints par Hippolyte Flandrin, entre 1842 et 1864. À sa mort, d’autres artistes peintres comme son frère Paul et Sébastien Cornu prennent le relai pour achever son oeuvre. Aujourd’hui, les actuels travaux de restauration permettent de leur redonner leur éclat d’antan.

Un artiste pour une église

Les oeuvres de l’église Saint-Germain-des-Prés sont particulières grâce à leur unité. Fait rare à l’époque où Hippolyte Flandrin est sélectionné pour repeindre les murs de l’église : il est le seul mobilisé sur le projet. En ce temps, il était courant de faire appel à plusieurs artistes. Or, Flandrin était le seul à diriger tous les projets de restauration, ce qui lui a permis de créer une unité dans l’ensemble du lieu.

Néanmoins, il ne travaillait pas seul. Il s’est entouré du père Cahier, un jésuite expert de l’histoire de l’art, pour l’aider à sélectionner les thèmes qui devaient orner les murs de l’église. À ses côtés se trouvait également le peintre Ingres. Flandrin a créé des peintures murales à la cire, tandis qu’Alexandre Denuelle se chargeait de peindre le décor polychrome.

 

Représenter la vie religieuse

Dans la nef, Flandrin a décidé de représenter l’histoire du Salut dans son intégralité. Deux grandes fresques représentent différentes étapes de la vie du Christ. Elles sont accompagnées de scènes de l’Ancien Testament. Parmi ces oeuvres figure la Cène, qu’il est possible de parrainer en faisant un don.

 

Préserver son patrimoine


Aujourd’hui, le buste de Hippolyte Flandrin, sculpté par Oudiné, est dans le bas-côté nord de l’église. Son héritage est présent à travers la représentation qui est faite de lui et à travers les oeuvres qu’il a laissées sur les murs de l’église.

Charge à nous de préserver les décorations qu’il a créées et auxquelles il a consacré vingt-deux ans de sa vie.


Crédits photos :
- M.A. Mouterde

06 fév.

La chandeleur, une fête de lumières

Avec la chandeleur, ce ne sont pas seulement les crêpes qui sont mises à l’honneur ! Cette fête, qui étymologiquement se traduit par “fête des chandelles” est célébrée le 2 février de chaque année et a des origines diverses.

La chandeleur, des origines chrétiennes et laïques

Dans la tradition chrétienne, la chandeleur marque le quarantième jour après Noël et correspond à la présentation du Christ au Temple et de sa reconnaissance comme “Lumière d’Israël” par Siméon. Traditionnellement, les églises conservent jusqu’à cette date la crèche, avant de la ranger pour le reste de l’année.

Dans un contexte laïque, la chandeleur évoque le passage de l’hiver, froid, à un printemps plus doux. Les crêpes, qui ont une forme ronde et une couleur dorée, rappellent d’ailleurs le retour du soleil.

La chandeleur, de la crêpe aux étoiles

C’est le pape Gélase 1er, au Vème siècle, qui aurait popularisé la figure de la crêpe lors de la fête de la Chandeleur. En effet, il était réputé pour distribuer des crêpes aux pèlerins qui arrivaient jusqu’à Rome. Toutefois, à la même époque, les représentants d’autres religions faisaient également offrandes de galettes de blé pour assurer les bonnes croissances des récoltes.

Quelles que soient les origines de cette fête, le rapport à la lumière est important. La Chandeleur célèbre la lumière du monde, qu’elle prenne la forme du Christ ou du Soleil. Cette fête marque un moment de convivialité et permet de rapprocher familles et amis autour de crêpes… Sous une bonne étoile.

 

Crédits photos : 

- Claire Pignol

 

23 jan.

Pourquoi adopter une étoile ?

Vous avez jusqu’à Pâques pour adopter une étoile de la voûte de l’église Saint-Germain-des-Prés. Une dernière occasion pour vous associer à la préservation de ce patrimoine exceptionnel.

 

Contribuer à un projet de restauration ambitieux

 

La campagne “Adoption d’étoile” s’inscrit dans la restauration de l’église Saint-Germain-des-Prés. Prévus de 2016 à 2020, les travaux vont redonner à ce lieu chargé d’histoire toute l’intensité de son rayonnement. Ils sont répartis en six phases différentes, à l’issue desquelles l’église retrouvera son éclat d’antan.

Dès février 2019, la restauration du déambulatoire débutera puis, en 2020, la chapelle axiale sera restaurée à son tour.

 

Rejoindre une communauté de plus de 1 000 mécènes

Une première campagne de collecte avait été réalisée en décembre 2015 et avait permis de récolter plus de 135 000 euros pour aider au financement des travaux. Par la suite, deux autres campagnes ont été réalisées pour financer les différentes étapes des travaux. À ce jour, plus de 1 000 mécènes ont contribué à ces campagnes. Merci à eux !

La campagne actuelle est la quatrième et dernière. C’est donc votre dernière chance pour adopter l’une des 700 étoiles de la voûte céleste de l’église Saint-Germain-des-Prés !

 

Parce qu’une étoile vaut mille mots

Adopter une étoile, c’est l’occasion de faire un cadeau à l’un de vos proches. Offrir une étoile, c’est déjà dire beaucoup : c’est partager votre sympathie, votre attachement ou votre amour aux personnes qui vous entourent.

Alors levez la tête, observez la voûte céleste et choisissez votre étoile.

 

 

08 jan.

Quels messages se cachent derrière les chapiteaux romans ?

Dans la nef et les bas-côtés de l’église Saint-Germain-des-Prés, ils se dressent fièrement au sommet des colonnes. Construits aux XIème siècle, les chapiteaux romans se comptent au nombre de quarante et viennent égrainer le décors de l’église. Leur histoire et leur signification restent mystérieuses à bien des égards. Prenez-le temps d’en savoir plus à travers cet article.

Motifs et messages

Les chapiteaux romans, lors de leur construction, étaient très certainement porteurs de messages clairs et évidents pour la paroisse. Toutefois, au fil des siècles, leur sens s’est parfois perdu. Aujourd’hui, nous distinguons trois types de motifs :

- les chapiteaux végétaux et animaux représentent la faune et la flore médiévale. On y retrouve des arbustes, feuillages, têtes de béliers, serpents ou animaux fabuleux. Ces représentations sont certainement inspirées des récits contés par les voyageurs en provenance du Moyen-Orient. Leurs motifs s’inspirent d’ailleurs des tissus byzantins et romains.

- les chapiteaux historiques illustrent des scènes de la Bible. Ce sont eux, les chapiteaux les plus mystérieux ! Aujourd’hui, ils mènent à plusieurs interprétations possibles.

- les chapiteaux de la vie monastique retracent la vie menée par les moines au temps de la création de ces chapiteaux. Ils montrent aussi les différents débats majeurs de leur temps, au sujet de l’Eucharistie.

 

L’histoire de Samson et le lion

Prenons un exemple avec le chapiteau de Samson et le lion, qui revêt plusieurs interprétations possibles.
La scène de ce chapiteau représente le moment où Samson, pour protéger son père et sa mère, affronte un lion à mains nues. Sur ce bas relief, il est également possible de distinguer un aigle , au niveau des pattes du lion.
Les deux animaux, majestueux, représentent la royauté et le soleil. Tous deux gouvernent le monde : le lion est le roi de la terre là où l’aigle est le roi des cieux.
Dans ce passage biblique, le lion représente également un pêché, que Samson parvient à surmonter.

 

Alors, la prochaine fois que vous entrez dans l’église Saint-Germain-des-Prés, levez la tête ! Quel est votre chapiteau préféré ?

 

Crédits photos : M.A. Mouterde

20 déc.

L’église Saint-Germain-des-Prés ne s’est pas toujours appelée ainsi

Alors que vous avez l’occasion d’adopter une étoile de la voûte céleste de l’église Saint-Germain-des-Prés et de lui donner le nom qu’il vous plaît, il nous a paru opportun de revenir sur les évolutions du nom de l’église. Car elle ne s’est pas toujours appelée ainsi !

Au milieu du VIème siècle, le fils de Clovis, Childebert, décida de construire une nécropole aux portes de Paris et d’y entreposer deux reliques. Le roi de Paris les avait récupérées en Espagne, lors d’une campagne contre les Wisigoths. Les défenseurs de la ville de Saragosse durent les céder pour éviter la chute de la ville.

La première relique était la tunique de Saint-Vincent. Vincent de Saragosse était un diacre et martyr espagnol, devenu saint patron des vignerons. La deuxième relique était une croix d’or provenant de Tolède, une autre ville espagnole, et qui comprendrait un fragment de la Sainte Croix.

Par conséquent, Childebert nomma la basilique Saint-Vincent-Sainte-Croix. Il fit venir un abbé de Saint Symphorien d’Autun pour assurer la construction du monastère et le nomma évêque de Paris.

Cet évêque, Germain, fit venir les moines de l’abbaye à Saint-Vincent-Sainte-Croix en 543. Quinze années plus tard, en 558, il consacra l’église, aujourd’hui réputée comme étant la plus vieille de Paris.

À la mort de Germain, son nom persista et remplaça peu à peu celui de Saint-Vincent-Sainte-Croix. L’ancien nom, celui des reliques, disparut au profit de celui qui avait bâti et administré l’abbaye.

Pourtant, Saint-Germain était enterré dans la chapelle de Saint-Symphorien. En 756, Pépin le Bref, père de Charlemagne, décida de transférer la dépouille jusqu’à l’Église Saint-Germain, car de nombreux pèlerins affluaient pour lui rendre hommage ou être enterrés auprès de lui.

Au fil des années, une agglomération s’est construite autour de l’abbaye et a donné naissance au Faubourg Saint-Germain-des-Prés. Par extension, l’église lui a emprunté le nom, pour s’appeler Saint-Germain-Des-Prés.

En espérant que cela vous inspire pour nommer votre étoile !

Crédits photos : Commeon et M.A. Mouterde

28 nov.

Devenez le parrain exclusif de l'une des 4 œuvres d'Hippolyte Flandrin !

Chaque palier de don vous ouvre droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, mais également à des contreparties dédiées en fonction du montant choisi.

Cette année, pour célébrer cette dernière campagne comme il se doit, nous proposons au donateur réalisant un don de 4999 euros de devenir le parrain du tableau de son choix parmi une sélection de 4 œuvres réalisées par Hippolyte Flandrin actuellement en cours de restauration.

Laquelle choisirez-vous?

1/ ADAM ET ÈVE

 

 

2/ Les Rois mages

3/ LA CÈNE

 

4/ La Dormition

Les entreprises mécènes...

Avatar Avatar Avatar Avatar

Ils ont donné...