Accueil » Découvrir les projets » Campagnes » Aidez Vorax à refaire surface !

Aidez Vorax à refaire surface !

Contribuez à la réalisation de la maquette du plésiosaure Vorax, grand reptile marin de 90 millions d'années découvert en Anjou.
Image du projet Aidez Vorax à refaire surface !

collectés sur un objectif
de 10 000

117%
icone mecenes 181 donateurs
icone réalisé Campagne terminée
Ville

ANGERS

IR 2019 / IS 2019

Les dons donnent droit à une réduction fiscale

Une découverte exceptionnelle

Afin de valoriser la découverte unique et exceptionnelle en Anjou d’un fossile de reptile marin de la famille des plésiosaures, animaux qui ont côtoyé les dinosaures il y a 90 millions d’années, les musées d’Angers lancent un appel à la générosité publique pour réaliser une reconstitution à taille réelle du specimen qui sera exposée au Muséum des sciences naturelles d’Angers à partir de mi-septembre lors des journées européennes du patrimoine. L’occasion de faire découvrir la paléontologie au plus grand nombre !

À quoi va servir cette collecte ?

Image du projet Aidez Vorax à refaire surface !

L’objectif de cette collecte est de reconstituer ce plésiosaure unique en Europe, à partir des fossiles découverts dans une cave troglodyte en Anjou.
La maquette à l’échelle 1 de ce reptile marin élira domicile dans les salles permanentes du Muséum des sciences naturelles d’Angers au sein d’une scénographie dédiée. Les ossements fossiles (environ 10% du squelette), qui sont entrés dans les collections des musées d’Angers, seront également présentés au public aux côtés de la maquette, illustrant ainsi l’aventure paléontologique liée à cette découverte et faisant état de l’avancée scientifique qu’elle représente.

La renaissance d'un grand prédateur marin

En apportant votre soutien à cette campagne, vous participez à la renaissance d’un grand prédateur de la fin de l’ère secondaire à l’époque où l’Anjou était une région marine, riche d’une faune aujourd’hui disparue.

Vous participez à la valorisation d’Angers et de sa région à travers la mise en lumière d’une pièce emblématique de son patrimoine paléontologique.

Enfin, vous participez à l’ouverture au grand public d'un domaine de la recherche et plus particulièrement à la diffusion des connaissances autour des sciences naturelles.

 

Suivez l'avancée du projet sur les réseaux sociaux → #aidezvorax

N’attendez pas, rejoignez l’aventure ! Nous comptons sur vous. Soutenez le projet "Aidez Vorax à refaire surface !" 

Je choisis le montant de mon don...

  • 10
  • 25
  • 50
  • 100
  • 300
  • 500
  • 1 000

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand merci !
  • Votre nom (ou pseudo) en remerciements sur le programme et sur le site internet des musées d'Angers
  • Un badge "Aidez Vorax" en exclusivité
  • Un sac en toile "Aidez Vorax" en exclusivité
  • Invitation à la soirée d'inauguration pour 1 personne
  • Invitation à la soirée d'inauguration (2 personnes)
  • 1 abonnement Museofil' ou 4 entrées gratuites au musée
  • Visite avec un professionnel du Museum (ou visioconférence)
  • Votre nom sur le cartel de présentation du plésiosaure
  • 300
  • 1 000
  • 3 000

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand merci !
  • Votre entreprise citée en remerciements dans le programme des musées et sur le site internet
  • Deux badges "Aidez Vorax" en exclusivité
  • Deux sacs en toile "Aidez Vorax" en exclusivité
  • Invitation à la soirée d'inauguration (2 personnes)
  • Votre logo sur le mur des partenaires lors de la soirée d'inauguration
  • Nom et logo de l'entreprise sur le cartel du plésiosaure
  • 2 abonnements Museofil' ou 8 entrées gratuites au musée
  • Visite privée du Museum avec le responsable des collections
  • 20 entrées gratuites au musée
  • Invitation à la soirée d'inauguration (6 personnes)

La vie du projet

16 oct.

Les coulisses de l'installation de Vorax

Vous avez pu découvrir en avant-première Vorax installé au muséum des sciences naturelles d'Angers.

La reconstitution de Vorax a été réalisée cet été dans le Lot par une entreprise spécialisée.

Voici une présentation du travail mené par Emmanuel Janssen, le paléoartiste qui a réalisé la maquette à taille réelle, en étroite collaboration avec le personnel du Muséum.

Vidéo sur le processus de réalisation de la maquette.


La maquette est ensuite arrivée en camion début octobre au Muséum. L’équipe technique des musées d’Angers l’a installée et fixée au plafond de la salle de paléontologie : opération inédite !

 

La vitrine en dessous permet de voir en complément les ossements fossilisés.

10 oct.

Vorax est arrivé !

Ça y est Vorax est arrivé et a trouvé sa place au musée dans la salle de Paléontologie !


Il est accompagné de ses ossements fossiles, mis en scène dans les vitrines, avec des cartels explicatifs.
C’est ainsi l’aboutissement de la campagne de Crowfunding.


Chacune de vos participations a contribué à la réalisation de cette maquette grandeur nature et permet au grand public de découvrir ce plésiosaure.


Vorax sera présenté au public à partir du 12 octobre, à l’occasion de la Fête de la Science.
Une campagne de teasing sur les réseaux sociaux et les panneaux digitaux de la Ville a permis de susciter l’intérêt du public.

L’accès au Muséum sera gratuit les 12,13,19 et 20 octobre.

 

Découvrez le teaser de la campagne de teasing réalisée

https://twitter.com/Angers/status/1181637697649172481

02 sep.

Un plésiosaure en chantier

La présentation de Vorax est prévue au Muséum à l'occasion de la Fête de la science, à partir du samedi 12 octobre. En attendant, voici quelques images de la reconstitution de votre grand reptile marin, un travail de plus de deux mois exécuté par un spécialiste des maquettes animales.

Le muséum d’Angers ne disposant pas de piscine (!), c’est en l’air que nous exposerons la reconstitution de Vorax. Un squelette léger est donc nécessaire : une structure en bois et de la résine ... comme un canoë.


Nous avons fourni aux artistes quantité de recommandations selon les mesures plus ou moins précises dont nous disposions et suivant une large bibliographie que nous avons compilée.


Mais les questions sont plus nombreuses que les réponses ! Par exemple, comment décider d’un gabarit de palette natatoire sur cette espèce encore inconnue. Combien y a-t-il de phalanges au maximum : 9 ou 14 ? L’humérus s’insère solidement dans la ceinture scapulaire, combien cela représente-il de de cm exactement ? Personne n’a la réponse, alors les décisions collégiales sont la norme.


La tête requiert des décisions importantes. Les plésiosaures n’existent plus et on ne peut se contenter de remplir une case qui serait au carrefour des crocodiles, des tortues marines et des cétacés.


Une bouche très grande qui va accueillir exactement 160 dents ! La sculpture implique volume et textures. L’artiste Emmanuel Janssens passe du gros œuvre au pinceau dans la même journée.


Si les dents fossilisées sont noires, il n’y a aucune raison de penser que les dents originales n’aient pas été blanches !

Les éléments s’assemblent les uns après les autres, le travail s’achemine maintenant vers la texture de la peau et les teintes. De quelles couleurs sera ce tigre des mers ?

A bientôt pour la suite de la reconstitution...

19 juil.

Des nouvelles de Vorax !

Le travail de dégagement  continue sur les restes fossiles de Vorax : il reste quelques ossements à préparer. Ce travail minutieux et de longue haleine (plus de 1500 heures déjà effectuées) apporte parfois de bonnes surprises comme la découverte récente d’une dent isolée de l’animal, retrouvée entre deux côtes (voir photo). C’est la seule dent isolée retrouvée pour l’instant. 
Attention ! La présentation officielle de la nouvelle scénographie incluant la mise en valeur des ossements fossiles et le modèle Vorax est décalée de trois semaines pour des raisons techniques. Elle ne pourra pas avoir lieu aux Journées du Patrimoine comme initialement prévu, mais au moment de la Fête de la science, à partir du 12 octobre.
Quant à la reconstitution du plésiosaure grandeur nature, elle a débuté dans un atelier du Sud de la France. Dès que des images seront disponibles, nous les partagerons avec vous.

18 avr.

Préparation des contreparties

Nous avons reçu sacs et badges à l'effigie de Vorax et préparons la soirée de remise des contreparties, organisée au Muséum des sciences naturelles d'Angers, 43 rue Jules Guitton, le mercredi 24 avril à partir de 18h30. Pour ceux qui ne pourraient pas être présents, les contreparties resteront disponibles à l'accueil du Muséum pendant 10 jours puis seront envoyées par courrier aux mécènes dans l'impossibilité de se déplacer sur Angers.

Pendant cette soirée, il vous sera possible de visiter la salle de paléontologie par petits groupes, accompagnés par les agents du Muséum. Différents stands scientifiques vous y attendront avec la présentation de plusieurs fossiles et de la salle qui accueillera la future maquette de Vorax.

Merci à tous !

01 avr.

Un grand merci à nos 177 mécènes !

Nous remercions tous nos mécènes très chaleureusement pour leur engagement et leur soutien dans cette campagne enthousiasmante pour Vorax, plésiosaure de 90 millions d'années et pourtant bien vivant !
Nous sommes très heureux de vous annoncer que nous avons, grâce à votre générosité, dépassé notre objectif de 10000 €. Hier la campagne s'est achevée et c'est une somme de 11280 € qui sera consacrée à la maquette du plésiosaure et à quelques éléments de scénographie supplémentaires (reproductions de poissons et ammonites, proies favorites de Vorax).
Nous préparons actuellement les contreparties et rescrits fiscaux. Ceux-ci sont envoyés par courrier. Pour la remise des contreparties (badges, sacs en toiles, abonnements ou entrées gratuites), et pour ceux qui le peuvent bien sûr, une soirée est organisée au Muséum des Sciences naturelles le mercredi 24 avril de 18h30 à 20h. Pour ceux qui ne peuvent se déplacer – et certains habitent loin ; nous avons eu des dons provenant de toute la France, de Belgique et d’Allemagne – les envois se feront également par courrier.
Le projet n’est pas terminé. Nous continuerons à vous donner des nouvelles, notamment de la maquette qui devrait être réalisée en juin.
Merci encore pour Vorax, pour le Muséum et à bientôt !

28 mar.

Objectif atteint !

Un grand merci aux 162 mécènes de Vorax ! Grâce à vous, grâce à eux, nous franchissons aujourd'hui le seuil des 10 000 €   !  Mais il reste encore quelques jours, la campagne s'achève ce dimanche 31 mars.

Les dons peuvent encore se faire et nous serviront pour une étape supplémentaire dans le projet de maquette.
En effet, quatre modèles d’animaux marins viendront contextualiser la présentation de Vorax : trois poissons et une ammonite.

Notre reptile marin n’était pas seul dans le monde crétacé ! Il se reproduisait avec ses semblables et se nourrissait de proies, principalement des poissons. Il pouvait aussi être la proie de prédateurs encore plus grands que lui.
L’ammonite sera présentée car c’est en quelque sorte l’animal emblématique de l’ère secondaire en Anjou : beaucoup sont déjà présentées au muséum (photos de la salle de paléontologie jointes), mais aucune avec les parties molles de son corps (yeux, tentacules). Toutes les ammonites ont disparu à la fin de cette période il y a 66 millions d’années, en même temps que les reptiles marins et les dinosaures.
Ainsi la scénographie mettra en valeur Vorax avec une partie des autres animaux de son écosystème. Rendez-vous en septembre pour cette immersion dans la mer crétacée...

26 mar.

Plus que quelques jours pour aider Vorax !

La campagne de mécénat participatif s'achève ce dimanche 31 mars. Nous sommes presque arrivés à notre objectif ! Nos collègues du Muséum ont installé à l'entrée du musée un petit espace dédié à Vorax avec moulages des éléments fossiles les plus remarquables, panneaux didactiques et décompte de la campagne... Il y a quelques jours, nous étions à 91%. Aujourd'hui, 94%. Grâce à nos mécènes en cours et en devenir, nous espérons atteindre les 10 000€ ce week-end. N'hésitez pas à partager le projet autour de vous !

20 mar.

Les métiers du Muséum

À J-11 de la fin de la campagne et un objectif bientôt atteint, nous vous proposons de découvrir les coulisses et les différents métiers du Muséum des sciences naturelles d'Angers...Suivez Benoît Mellier pour la visite !

 

13 mar.

La faune annexe


Pas moins de 30 espèces ont été identifiées jusqu’ici à proximité du fossile de Vorax : coraux, coquillages (coquilles et moules internes), tubes de vers, dents de requins, ammonites, patte de crabe, peau de poisson ! Ces éléments, mis de côté dans un premier temps, sont témoins de l’environnement de fossilisation et livrent des informations intéressantes qui pourront contextualiser le fossile.


Pour ne rien laisser au hasard, les équipes du Muséum ont réduit en morceaux tous les blocs de tuffeau paraissant sans intérêt et tous les gravats ramassés lors de l’extraction. Ces morceaux ont été tamisés, dans l’espoir de trouver des pièces manquantes ou de nouvelles espèces de faune associée. 

 

Fossile de coquillage (photo de gauche) et fossile de ver marin (photo de droite)

06 mar.

Quels outils pour le dégagement final des ossements ?

Voici la liste, du plus rustique au plus délicat, des outils utilisés par les équipes du Muséum pour le dégagement des ossements : scie de maçon, marteau et burin, pic de géologue, tournevis, miniperceuse, scalpel, crayon pneumatique et aiguille montée... 

La dureté du sédiment varie au sein d’un même bloc : d’un sable calcaire qu’on gratte à l’ongle jusqu’à une sorte de ciment blanc qui nécessiterait de la dynamite (!). Ce phénomène bien connu des paléontologues s’explique par l’activité de bactéries et de micro-organismes sur les squelettes, ainsi que de processus chimiques : les os, en se dégradant, libèrent des éléments qui peuvent faire précipiter le calcium du sédiment et de l’eau de mer en formant un parfait béton à certains endroits. Il n’y a aucun remède : il faut s'armer de patience !

Le passage des principaux blocs au scanner a permis de déceler des fragments cachés ou de conforter l’emplacement d’autres, ce qui a facilité le dégagement. Sur ce dernier volet, chacun a sa technique, la règle pour tous : être prudent. Les vibrations engendrées par le crayon facilitent le dégagement des os, mais aussi leur désagrégation ! Les fossiles sont alors consolidés avec une résine de conservation appliquée au pinceau.

Thomas Rouillard, responsable des collections botaniques au Muséum d'Angers, nous présente quelques outils utilisés pour le dégagement du fossile de "Vorax"...

 

04 mar.

Qu'est ce que le métier de chercheur paléontologue ?

Peggy Vincent est docteur en paléontologie, chercheuse au CNRS, rattachée au CR2P (Centre de recherche en Paléontologie-Paris) du Muséum national d’Histoire naturelle et spécialiste des reptiles marins du Mésozoïque. Mais qu'est ce que le métier de chercheur paléontologue ? Peggy Vincent nous éclaire sur son quotidien...

 

Et pour en savoir plus sur "La paléontologie au féminin", une conférence est organisée mardi 5 mars à 18h30 dans l'auditorium du Musée des Beaux-Arts à Angers.
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

 

20 fév.

Qu'est ce qu'un plésiosaure ?

D'où vient le mot plésiosaure ? Que signifie t-il ? Où vivaient les plésiosaures et à quoi ressemblaient-ils ?
Peggy Vincent, paléontologue, nous donne quelques éléments de réponse...

 

13 fév.

Le tuffeau, pierre caractéristique de l’Anjou

Tout le monde connait le tuffeau en Anjou, c’est en partie le blanc de « l’Anjou blanc, l’Anjou noir ». Cette roche tendre et lumineuse nous renvoie l’image des châteaux de la Loire et de ses vignobles en coteaux. Ce sédiment marin formé à faible profondeur dans les anciennes mers (- de 200 m) paraît très homogène à notre échelle.  Il n’en est rien ! Et notamment pour la variété de tuffeau blanc dans laquelle nous avons retrouvé Vorax : c’est une accumulation chaotique où se sont déposés des restes de planctons microscopiques : algues (cocolithophoridés) et animaux (foraminifères) mais aussi des restes de bryozoaires et des débris minuscules de coquillages. Parfois, on peut trouver des morceaux d’organismes plus imposants : ammonites, crabes, huîtres, oursins, poissons, dents de requins et … reptiles marins !
Vorax a dû former un vrai « récif » en s’échouant au milieu de cette boue molle et calcaire. Après sa mort, il a certainement abrité des quantités d’animaux, comme une épave de bateau héberge une vie foisonnante !

06 fév.

Analyse de la découverte

Pour l'analyse des fossiles découverts, le muséum s'adjoint les conseils de Peggy Vincent, paléontologue chargée de recherche au muséum national d'histoire naturelle de Paris. Laquelle confirme le caractère exceptionnel de la découverte : "On peut affirmer qu'il s'agit d'un plésiosaure, c'est-à-dire un prédateur marin, qui a vécu il y a 90 millions d'années. Le spécimen possède une mâchoire d’1 mètre, ce qui porterait la taille de l’animal aux alentours de 5 mètres. Or nous ne savions pas que des espèces de ce type avaient vécu à cette période en Europe. Les seuls exemples connus ont été découverts en Amérique du nord et en Afrique du nord." 

Les ossements - un fémur de 51 cm de long, des "morceaux de membres d'un poignet ou d'un pied", une "série de petites phalanges qui constituaient une palette natatoire", mais aussi une mandibule complète d'un mètre de long - ont été extraits du tuffeau et rapportés au Muséum d'Angers, où ils ont fait l'objet d'une étude paléontologique complète.

Avec cette nouvelle découverte, les paléontologues pourront comprendre l’histoire de ces animaux et leur évolution, comprendre comment ils sont apparus, comment ils ont évolué et pourquoi ils ont disparu.

 

30 jan.

Une découverte exceptionnelle

C’est en 2013, chez des particuliers non loin d’Angers, qu’ont été retrouvés les restes fossiles de Vorax,  grand reptile marin datant du Mésozoïque (-90 millions d’années). Propriétaires d’un habitat troglodyte, ils remarquent d’étranges formes au plafond de la galerie, un affleurement d'ossements fossilisés, pris dans le tuffeau. Contactée, l'équipe du Muséum des sciences naturelles d'Angers se rend sur place et réalise rapidement qu'il s'agit d'un spécimen exceptionnel. "Il est très fréquent de trouver des animaux fossilisés dans le tuffeau, mais ils sont toujours de petite taille" précise Benoît Mellier, responsable des collections zoologie et préhistoire. "Là, la forme et surtout la dimension des ossements nous ont tout de suite interpellés."

Grâce à l’autorisation et au soutien des propriétaires, une opération d’extraction des fossiles a pu être lancée. Un long et délicat travail de dégagement fut alors mené, qui prit fin en décembre 2016. Encore prisonniers de leur gangue de tuffeau, les ossements lentement dégagés révèlent un fémur, des vertèbres, une mandibule... La phase d’analyse scientifique peut alors être lancée.

Retour en images sur cette découverte...

24 jan.

Lancement d’un mécénat participatif pour un spécimen d’exception

Les fossiles les plus gros trouvés en Anjou-Touraine jusqu’à présent sont des tortues marines et il n’existe pas de plésiosaure en Europe dans ces couches géologiques. La transformation du corps de l’animal en fossile requiert en effet des conditions environnementales très spécifiques, ce qui fait de la découverte d’un fossile de cette taille un événement rarissime et exceptionnel sur notre territoire !

Suivez l’aventure ! Nous reviendrons chaque semaine, à travers ce blog, sur les étapes de cette découverte...

Les entreprises mécènes...

Avatar Avatar Avatar

Ils ont donné...