Accueil » Découvrir les projets » Programmes » Adoptez une étoile de la voûte

Adoptez une étoile de la voûte

Adoptez et dédiez une étoile de la voûte de Saint-Germain-des-Prés, et participez au rayonnement de l'église : déjà 32 000 € collectés !!
Image du projet Adoptez une étoile de la voûte
Programme annuel

Programme annuel

icone mecenes 206 donateurs

Notre projet

Le Fonds de dotation pour le Rayonnement de l'église Saint-Germain-des-Prés vous propose d'adopter et de dédier l'une des étoiles peintes de l'une de ses nefs.

Depuis 543, une église abbatiale se dresse au cœur de ce quartier de Saint Germain des Prés. Au fil des siècles, l’humble abbaye des débuts est devenue un lieu mondialement connu et aimé.

Accueillant chaque année plus de 600 000 visiteurs du monde entier, l'église a débuté un grand chantier de restauration en 2013 avec la rénovation du mobilier liturgique.

Nous vous invitons tous à lever les yeux vers sa voûte : elle est constellée d’étoiles… choisissez la vôtre !

Après une série de 4 campagnes d'adoption démarrées en décembre 2015, qui ont permis de récolter près de 350 000 €, vous êtes encore nombreux à nous demander comment continuer à soutenir la rénovation de l'église Saint-Germain-des-Prés.

C'est pourquoi nous sommes heureux de vous inviter à rejoindre aujourd'hui la communauté des mécènes de Saint-Germain-des-Prés qui vous permettra de faire un don en ligne, entièrement versé au Fonds de dotation pour le rayonnement de l'église Saint-Germain-des-Prés.

Ce fonds a pour seule mission de recueillir avec vous des dons destinés à la rénovation, à la restauration et au nettoyage de tout l'intérieur de l'église.

À quoi va servir cette collecte ?

Image du projet Adoptez une étoile de la voûte

D’importants travaux de restauration des décors intérieurs et des œuvres d’art ont démarré en 2015 pour la préserver et l’embellir.

Sur les 5 grandes tranches de travaux, 3 d'entre elles ont été réalisées :

  • La restauration du Sanctuaire et du chœur des moines
  • La restauration des transepts
  • La restauration de la nef

Votre don nous permettra de poursuivre les travaux pour les 2 dernières tranches :

  • La restauration des bas-côtés et de la chapelle Saint-Maur. Les travaux ont démarré en juin 2019.
  • La restauration du déambulatoire et de la chapelle axiale (2020/2021)
 

Pourquoi nous soutenir ?

Déjà plus de 1 500 mécènes ont répondu présent à notre appel et ont pu laisser leurs noms dans l'histoire de la restauration de l'église Saint-Germain-des-Prés. Un grand merci à eux pour tout le travail qu'ils nous permis d'accomplir jusqu'à présent !

En réalisant un don, vous pouvez, vous aussi devenir acteur de ce chantier historique.

En réalisant un don de 100 euros, vous pourrez choisir votre étoile et la dédier à la personne de votre choix !

Levez les yeux vers la voûte … choisissez la vôtre ICI

Faites briller votre générosité en participation à cette exceptionnelle restauration collective ! 

Le cas de l’église Saint-Germain des Prés est un exemple exceptionnel en France : l’ensemble des travaux a en effet été financé grâce au mécénat sur des financements strictement privés, provenant d’entreprises et de particuliers. Cet ambitieux chantier de restauration en plusieurs phases sera déployé jusqu’en 2021.

Je choisis le montant de mon don...

  • 10
  • 50
  • 100
  • 300
  • 500
  • 1 000

... ET JE DÉCOUVRE MES CONTREPARTIES

  • Un grand merci !
  • Votre nom est inscrit sur le mur des généreux donateurs de la voûte numérique
  • Recevez une lettre numérique avec tous nos remerciements !
  • Vous devenez "ami de Saint-Germain-des-Prés" : recevez par mail votre certificat officiel
  • Vous adoptez 1 étoile de la nef
  • Vous adoptez 3 étoile de la nef
  • Vous adoptez 5 étoile de la nef
  • Vous adoptez 10 étoile de la nef
Coût de votre don après déduction fiscale: 0

C'est simple : vous recevrez automatiquement votre reçu fiscal par email.

La vie du projet

17 juil.

De l’église à la raffinerie de salpêtre

Lors de la révolution, l’église Saint-Germain-des-Prés a été mise à disposition de la nation. A l’instar du Panthéon à la même époque (et d’autres monuments religieux parisiens), elle a dû cesser ses activités religieuses.

UNE USINE POUR SOUTENIR LA RÉVOLUTION


Dès 1792, la nation réquisitionne l’église Saint-Germain-des-Prés pour en faire une usine de raffinement de salpêtre. Ce sel de pierre doit être raffiné pour devenir la poudre utilisée  pour alimenter les canons et ainsi soutenir la révolution. Les moines sont par conséquent chassés.

Cette transformation profonde de l’usage de l’église entraîne un réaménagement des lieux. Les oeuvres de marbre sont remplacées par les ouvriers ; à la place des dallages, on aménage des fourneaux et certaines ouvertures sont pratiquées dans les murs pour faciliter la circulation des ouvriers. À l’extérieur, des hangars sont bâtis, non loin d’un atelier qui sert à la fabrication des canons.

UNE EXISTENCE EN DANGER


En 1794, soit deux années après la reconversion de l’église, un incendie ravage l’usine, qui doit cesser son activité. L’architecture de l’église en a été fortement endommagée et il est même envisagé de raser définitivement l’édifice. Néanmoins, des opposants (dont Victor Hugo) se font entendre et parviennent à sauver l’église. Les années qui suivent altèrent toutefois son apparence, puisque le percement de la rue de l’Abbaye nécessite la démolition de certains bâtiments.

UN PATRIMOINE ENRICHI


Depuis la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat en 1905, c’est la Ville de Paris qui est propriétaire de l’église. Elle l’a affectée à la paroisse de Saint-Germain-des-Prés. Au milieu du XIXème siècle, de grands travaux sont nécessaires pour restaurer l’église, endommagée par l’explosion de la raffinerie. Ainsi, Hyppolite Flandrin est appelé en 1843 pour mener les quatres programmes de peinture.

Ce sont celles que l’on voit aujourd’hui.

 

Crédits photos :
- M.A. Mouterde

25 juin.

Petit guide pratique : Comment choisir le nom de mon étoile ?

Vous souhaitez faire un don de 100€ ou plus et vous souhaitez nommer votre étoile sur la nef : voici comment procéder !

Tout d'abord, suite à votre don, vous recevrez un mail de confirmation, qui contiendra votre code. Il est indispensable à la suite des opérations.

A partir du lendemain du don, rendez-vous sur la nef numérique :

VOIR LA NEF NUMERIQUE

Voici la nef numérique ! Les étoiles au plafond sont celles adoptées par les mécènes. Baladez votre curseur sur l'écran et arrêtez-vous sur celle qui vous plaît.

Les étoiles allumées sont les étoiles déjà adoptées. Les étoiles éteintes sont libres : votre curseur prend la forme d'un doigt. Cliquez sur une étoile libre pour lui donner le nom de votre choix.

 

Entrez le code fourni dans le mail et validez !
Vous pourrez ensuite lui donner un nom et choisir si vous souhaitez afficher le montant de votre don ou non.

Magnifique ! Votre étoile s'allume et la nef s'illumine un peu plus, symbole de votre engagement pour la restauration de cette superbe église.
Merci à tous pour vos dons généreux et votre soutien pour la restauration de notre belle église !

28 mai.

Pourquoi adopter une étoile ?

Avez-vous déjà adopté une étoile de la voûte de l’église Saint-Germain-des-Prés ? Une belle occasion de vous associer à la préservation de ce patrimoine exceptionnel.

 

CONTRIBUER À UN PROJET DE RESTAURATION AMBITIEUX

La campagne “Adoption d’étoile” s’inscrit dans la restauration de l’église Saint-Germain-des-Prés. En cours depuis 2016, les travaux vont redonner à ce lieu chargé d’histoire toute l’intensité de son rayonnement. Ils sont répartis en six phases différentes, à l’issue desquelles l’église retrouvera son éclat d’antan.

La restauration des bas-côtés achevée avant le début du confinement, les éclairages et tableaux ont pu y être installés.

 

REJOINDRE UNE COMMUNAUTÉ DE PLUS DE 1 500 MÉCÈNES


Une première campagne de collecte avait été réalisée en décembre 2015 et avait permis de récolter plus de 135 000 euros pour aider au financement des travaux. Par la suite, trois autres campagnes ont été réalisées pour financer les différentes étapes des travaux. À ce jour, plus de 1 500 mécènes ont contribué à ces campagnes. Merci à eux !

Le programme actuel est donc votre dernière chance pour adopter l’une des 700 étoiles de la voûte céleste de l’église Saint-Germain-des-Prés !

 

PARCE QU’UNE ÉTOILE VAUT MILLE MOTS


Adopter une étoile, c’est l’occasion de faire un cadeau à l’un de vos proches. Offrir une étoile, c’est déjà dire beaucoup : c’est partager votre sympathie, votre attachement ou votre amour aux personnes qui vous entourent.

Alors levez la tête, observez la voûte céleste et choisissez votre étoile.

13 mar.

Les tribulations de la dépouille de René Descartes

La plaque commémorative de René Descartes 

Les tombeaux et sculptures que l'on voit aujourd'hui on souffert de la période révolutionnaire. Il fallut attendre la Restauration, pour que les monuments soient restitués.  Dans le cadre de l'opération de remeublement de l'église de Saint-Germain-des-Prés, la chapelle de Saint-Benoit reçoit une plaque commémorative à la mémoire des hommes qui ont marqué l'histoire de France.

Devant la plaque commémorative dédiée au grand philosophe français, René Descartes (1596-1650), les tribulations de sa dépouille après sa mort nous sont rapportées à l'occasion d'une visite à l'église Saint-Germain-des-Prés.

Décédé à Stockholm, il est inhumé à l'abbaye Sainte Geneviève qui est détruite à la Révolution. Ses cendres sont apportées en 1819 à Saint-Germain-des-Prés et déposées à côté de celles de Mabillon et de Montfaucon.

Une incription latine est gravée : A la mémoire de Jean Mabillon, René Descartes, Dom Bernard de Montfaucon

"dont les cendres avaient d'abord pieusevement ensevelies dans leurs cercueils puis par un malheur commun exilées pendant 25 ans parmi les choses profanes quand elles furent rendues à la terre sacrée par une nouvelle cérémonie de pieuses funérailles. L'Académie Royale des inscriptions et belles-lettres leur rendit hommage, en faisant garver ces plaques à une époque plus tardive, le 26 février 1819 "

 

Cette plaque n'est-elle pas une reconnaissance de la commune perception de ces hommes illustres à la science et l'histoire ? 

N'attendez plus, soutenez la restauraion de notre belle église, et faites rayonner sa splendeur en partageant cette campagne de financement à vos proche !

28 fév.

La colonne du roi Childebert I

Saint-Germain-des-Prés, ancienne demeurre des rois de France

 

Saviez-vous que les premiers tombeaux des rois de France se situaient à Saint-Germain-des-Prés avant d'être transférés dans la basilique Saint-Denis au XIXe siècle ?

Découvrez l'idée originale des sculpteurs du XIIe siècle pour indiquer aux pèlerins le tombeau du fondateur de l'église : le roi Childebert Ier (ca 495-558).

 

Quel homme fut Childebert Ier ? 

CHILDEBERT Ier - roi des Francs (511-558)

Troisième fils de Clovis, Childebert devint, après la mort de son père en 511, roi d'une part du royaume franc, se partageant ainsi le territoire avec ses frères. De tous les decendanst de Clovis, Childebert fut le plus dévoué à l'institution monastique sous l'influence de sa pieuse épouse Ultrogothe.

Vers l'année 543, il décide de faire construire, une basilique qui doit devenir sa nécropole et accueillir ses reliques. Il décède en 558, le jour de la consécration de la basilique Saint-Germain-des-Prés. 

 

N'attendez plus, venez visiter l'église, coeur du Quartier Saint-Germain à Paris, ou découvrez la voûte numérique de l'église, et comme plus de 1500 personnes, donnez votre nom à une étoile du plafond de la nef !

10 fév.

Le fabuleux destin de la Vierge au sourire

Connaissez-vous l'histoire de la Vierge au sourire ? 

Sculptée d'un seul bloc, la Vierge au sourire  fut inachevée car brisée au moment de sa création au XIIIe siècle. Considérée comme sacrée, une statue religieuse ne pouvait alors être exposée si elle était fissurée, ainsi cette Vierge à l'enfant fut enterrée pendant plus de 700 ans. Fort heureusement, elle fut redécouverte en 1999...

Cette Vierge empreinte de grâce paraît accessible et rassurante. Son sourire témoigne de l'importance donnée aux sentiments durant "l'humanisme gothique"du XIIIe siècle. Son sourire traduit l'expression d'une véritable tendresse et de l'amour maternel.

Découvrez le destin exceptionnel de cette statue  :

 

 

 

02 déc.

La Révolution et l'urbanisation

A l’instar des magnifiques décors artistiques qui en ornent l’intérieur, l’histoire de l’église Saint-Germain-des-Prés, est très riche. En presque 1500 ans d’existence, elle a traversé de nombreuses périodes de l’histoire française. En tant que basilique mérovingienne au VIe siècle, elle est le premier mausolée des rois de France jusqu'à ce que Dagobert Ier eût fait bâtir celle de Saint-Denis en 639. Détruite par les Normands à la fin du IXe, l’ abbaye est dotée d’un nouveau chœur construit avec les techniques innovantes de style gothique au XIIe siècle.
Puis, ses bâtiments monastiques sont reconstruits à la manière du « gothique rayonnant ».

Jusqu’au XVIIIe, l’abbaye grandira et s’érigera en véritable centre spirituel, intellectuel et artistique.  Elle est célèbre pour ses moines copistes, qui font circuler leurs enluminures dans toute l’Europe et les savants qui y ont laissé leur empreinte : Mabillon, Montfaucon et Descartes y sont enterrés.

Parmi toutes les transformations qu’elle a subi, c’est sans doute la Révolution française qui la marqua le plus. La fin du XVIIIe correspond à un moment de rupture pour Saint-Germain-des-Prés, la Révolution clôture son grand cycle d’abbaye, pour devenir église paroissiale (Cf annexes : vocabulaire architectural).

De l’église à la raffinerie de salpêtre

Lors de la Révolution, les biens de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés sont nationalisés puis vendus. Les ordres monastiques sont abolis et les moines expulsés. Comme d’autres monuments religieux parisiens à la même époque, elle cesse ses activités religieuses. La révolution signe la fin de la période de l’abbaye.

Abbaye de Saint-Germain-des-Prés avant la Révolution en 1739 : véritable ville dans la ville. Sources : https://www.tombes-sepultures.com/crbst_2013.html

En 1792, la Convention nationale réquisitionne l’abbaye pour en faire une usine de raffinement de salpêtre. Ce sel de pierre doit être raffiné pour devenir la poudre utilisée pour alimenter les canons et ainsi soutenir la Révolution. On le récupère sur les murs humides, les vieux plâtras. Puis on lessive le matériau ainsi ramassé, et l’évaporation du liquide permet d’obtenir les cristaux recherchés.

En 1794, les quinze tonnes de poudre à canon stockées dans le réfectoire des moines s’enflamment. L’ensemble du monastère est ravagé et voit deux de ses trois clochers s’écrouler.

L’explosion ayant fortement endommagé l’architecture de l’ensemble du monastère, l’urbanisme du quartier est repensé.

Vers une nouvelle urbanisation du quartier de Saint-Germain-des-Prés

A la suite du Concordat de 1802, la ville de Paris devient propriétaire et affecte l’église à la paroisse de Saint-Germain-des-Prés. Les anciens bâtiments de l’abbaye étant ravagés, sa destruction est envisagée mais des voix s’élèvent en faveur de sa préservation, notamment celle de Victor Hugo.

Par conséquent, seulement une partie de l’ancienne abbaye est démolie pour percer la rue de l’Abbaye, qui longe aujourd’hui le nord de l’église et mène au palais abbatial construit en 1543.

Une nouvelle période de renaissance et de rayonnement s’inaugure : l’église Saint-Germain-des-Prés fait l’objet de grands chantiers de restauration durant tout le XIXe siècle.

 



La ré-affection de son espace et les différentes campagnes de restauration modifient en profondeur son aspect. En 1820, Hyppolite Godde, architecte de gros œuvre sauve la chapelle axiale. Baltard, architecte successeur du premier, appelle en 1843 le peintre décorateur Hyppolite Flandrin pour mener la restauration des programmes de peintures qui durera jusqu’en 1870.  Ce sont celles que l’on voit aujourd’hui.

 

La Révolution a donc été le point de départ de la modernisation de Saint-Germain-des-Prés. Les restaurations ont permis à la paroisse de renaitre de ses cendres au sein d’un quartier, qui a pris son nom et lui doit sa renommée internationale.

Vocabulaire architectural

Pour comprendre l’étendue des transformations que subit l’abbaye à la Révolution, revenons sur le vocabulaire architectural des églises.

Une abbaye est un monastère dont les bâtiments se conforment à une règle architecturale précise. Son bâtiment central, l’église, jouxte l’abbatiale autour de laquelle se structure l’ensemble du monastère. A côté de l’abbatiale, on trouve ensuite généralement le cloître, puis les salles communes, l’infirmerie, la bibliothèque, le cellier, le parloir. Ainsi, une abbaye est un royaume à part entière dans lequel les moines évoluent en totale autarcie. De 543 à la fin du XVIIIe, Saint-Germain-des-Prés est une abbaye, fonctionnant comme une véritable ville dans la ville, et contenant même dans son enceinte une exploitation agricole.

Une paroisse désigne une communauté précise de fidèles dont la charge pastorale est confiée à un curé. En 1802, lorsque ses biens lui sont redonnés, Saint-Germain-des-Prés devient une paroisse qui rejoint le diocèse de Paris, dont elle dépend. Une nouvelle ère commence : l’église paroissiale se tourne vers l’extérieur, elle anime la vie du quartier.

 


Sources :

  • Association Art, Culture et Foi, Saint-Germain-des-Prés au fil du temps, Paris, Imprimerie Clerc- Saint-Amand-Montrond, 2019
  •  https://fr.aleteia.org/2017/08/27/quest-ce-quune-abbaye/
  • https://www.histoire-image.org/fr/etudes/revolution-eglise-1791

 

 

07 oct.

Qui sont les American Friends de l'église Saint-Germain-des-Prés ?

La renommée de l’église Saint-Germain-des-Prés s’étend bien au-delà des frontières de la France. Depuis le début des chantiers de restaurations et les campagnes d’appels aux dons, l’église a reçu de nombreux dons en provenance de l’étranger. Ces donateurs, principalement des américains, se réfèrent à une structure de droit américain, partenaire du Fonds de dotation pour le Rayonnement de l’église Saint-Germain-des-Prés : L’American Friends for the Preservation of Saint Germain des Prés Inc. (AFPSGP). Depuis sa création en 2014, les donateurs d’Outre-Atlantique ont contribué à près de 25% de la totalité des fonds levés jusqu’à ce jour. Cette étroite collaboration des deux côtés de l'Atlantique va se poursuivre, les travaux de restauration continuant jusqu'en 2021.

Derrière le succès de ces collectes se cache une équipe dont le premier président a été Philippe Langlois, auquel succéda David Sheppe en janvier 2019. Le travail des American Friends fait écho à celui de leurs confrères en France : financer le programme pluriannuel de la restauration de la totalité des décors intérieurs, des vitraux et des fresques de l’église.

Pour comprendre les motivations profondes de nos donateurs américains, nous sommes allés à la rencontre du président actuel des American friends. David Sheppe, en véritable amoureux de Paris, nous livre sa passion pour cette église historique et chef-d'œuvre artistique. Une passion qu’il partage avec son équipe et qu’ils ont su transmettre et faire fructifier aux côtés de mécènes américains.


David Sheppe, président de l’American Friends for the Preservation of Saint Germain des Pres
Source : https://www.whitewall.art/lifestyle/the-oldest-church-in-paris-prevails-with-multi-part-restoration-project

Quelle est l’histoire des American Friends for the Preservation of Saint Germain des Pres ? 


Peu de temps après la création du Fonds de dotation pour le rayonnement de l’église Saint-Germain-des-Prés, il a été convenu qu’un comité de soutien devrait voir le jour aux États-Unis afin de mener une campagne de levée de fonds dans ce pays au sein des communautés française et francophile. Un petit groupe de bénévoles dévoués, français et américains a répondu présent à la demande de créer et diriger une telle entité régie par la loi américaine.  Cette entité, American Friends for the Preservation of Saint Germain des Pres Inc. (AFPSGP), reconnue d’utilité publique par les instances fiscales américaines, a bien démarré grâce à un don important en provenance d’un grand mécène de New York.  Depuis, le conseil d’administration s’est de plus en plus « américanisé » afin de mieux répondre aux exigences et attentes des donateurs américains, souvent bien différentes de celles rencontrées en France.

Comment s’est déroulée la rencontre avec le projet de restauration porté par le Fonds de dotation de Saint-Germain des Prés ?

Il y a beaucoup de français installés aux États-Unis, et réciproquement, d’américains vivant à Paris, parmi lesquels, nombreux sont ceux qui aiment l’église de Saint-Germain-des-Prés. Nous travaillons en étroite collaboration avec nos collègues français à Paris et menons des deux côtés de l’Atlantique une campagne unifiée pour l’adoption des étoiles de la voûte.

 

Qu’est-ce qui séduit les donateurs américains dans ce projet, qu’est-ce qui les pousse à accompagner cette restauration ?

Il n’existe pas un profil-type de donateur américain : anciens résidents de Paris, amateurs d’histoire, d’histoire de l’art, universitaires, écrivains, journalistes, prêtres, hommes et femmes d’affaires de passage à Paris, étudiants, parents et enfants, amateurs de Paris, touristes individuels ou en groupe, francophiles confirmés… Tous se sont laissé séduire par la beauté du site et du bâtiment, par l’histoire millénaire de cette église à la fois intime et monumentale, par le son de ses cloches et la musique de son orgue, par son rôle central dans la vie du quartier.  Et ils ont tous pris connaissance de la fragilité de cet édifice irremplaçable, joyau du patrimoine mondial…. À tel point qu’il serait presque dérisoire de distinguer la nationalité des donateurs.  Américains, français ou autres, cette église parle à l’humanité tout entière.

Avez-vous organisé des visites avec des American Friends depuis la restauration ? Quelles ont été leurs réactions ?

Oui, plusieurs. Chacune des visites a été couronnée par le même émerveillement des donateurs devant la qualité et l’importance du travail accompli jusqu’à aujourd’hui. Les American Friends apprécient énormément la possibilité de voir les travaux en cours, avoir un « avant et après », qui s’exposent devant eux. A ma connaissance, aucun visiteur n’est sorti de l’église indifférent, déçu ou blasé. 

Pour finir, auriez-vous une anecdote à nous raconter sur un mécène en particulier ?

 

Suite à un petit incident technique, rapidement maîtrisé, j’ai dû parler au téléphone avec une vielle dame en Californie.  Il s’est avéré qu’elle était française, veuve, californienne depuis plus de 60 ans.  Elle m’a expliqué qu’elle avait trouvé notre page Facebook en surfant sur internet. En faisant un don, elle nous a raconté qu’entre 1952 et 1958, alors qu’elle était encore une jeune et belle femme, elle s’était éprise de l’esprit du quartier de Saint-Germain-des-Prés ce vent de liberté et de « tout est devenu possible à nouveau » de l’après-guerre.  Pendant plus d’une demi-heure elle m’a fait part de sa vie à Saint-Germain-des-Prés des années 1950. Elle m’a parlé de sa première communion dans l’église et des fêtes paroissiales de l’époque.  Plus tard, elle a connu les nuits de jazz et les sorties avec différents artistes –dont certains bien connus, paraît-il. C’était un régal et c’était comme si j’y étais ! Par la suite, elle m’a envoyé une photo d’elle à 18 ans où l’on devine un Paris disparu mais qui est pourtant toujours là. Cette femme se souvenait de cette église avec une intensité extraordinaire bien qu’elle ne soit pas retournée à Paris depuis 1965. 

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Le Fonds de dotation pour le Rayonnement de l’église Saint-Germain-des-Prés remercie les membres et mécènes des American Friends pour leur fidèle et généreux soutien à la restauration de l’église, ainsi que de nous avoir fait partager le point de vue Outre-Atlantique.

La restauration de notre belle église continue, à ce jour, il reste un tiers des travaux à réaliser. La restauration des bas-côtés, en cours, suivie de celle du déambulatoire, et de la chapelle axiale, seront les dernières étapes de cette restauration de grande ampleur.

Vous joindrez-vous aux 1500 premiers donateurs ? On compte sur vous !

23 sep.

Concert exceptionnel : Renaud Capuçon met son talent au service de Notre-Dame et Saint-Germain-des-Prés !

Nous vous donnons rendez-vous ce mercredi 25 septembre 2019 à 20h30 pour écouter l'un des plus grands violonistes français, Renaud Capuçon et ses amis au sein de l'église de Saint-Germain-des-Prés.

Au programme, l’œuvre des Variations Goldberg (BWV 988) de Jean-Sébastien Bach transcrite pour cordes par Dimitry Sitkovetsky.Renaud Capuçon jouera accompagné de deux musiciens : Gérard Causse (alto), Edgar Moreau (violoncelle) et à certaines dates de Victor Julien-Lafferiere (violoncelle) ou Julia Hagen (violoncelle) et Adrien La Marca (alto).

 

Pour le concert à Saint-Germain-des-Prés, la moitié de la recette sera reversée au Fonds de Dotation pour le rayonnement de l’église Saint-Germain-des-Prés au profit de la restauration en cours.  L’autre moitié sera consacrée à la rénovation de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Après le succès des journées européennes du patrimoine, cet évènement inédit est une nouvelle façon de contribuer à la renaissance de ces joyaux architecturaux Parisiens.

Réservez dès maintenant votre place sur :


Il y aura également une billetterie sur place le 25 septembre à partir de 19h45 s’il reste des places disponibles.

Au plaisir de vous compter parmi nous mercredi prochain.

05 sep.

Grâce à vous...

Chers Mécènes,


Voilà déjà trois mois que vous nous avez merveilleusement soutenus pour notre programme de mécénat participatif pour le projet « Adoptez une étoile de la voûte. »


Grâce à l’engagement de tous nous avons collecté 7 981 € pour la restauration de la voûte céleste.

Un très grand MERCI à nos 58 ambassadeurs !


Grâce à vous les étoiles de l’église continueront de briller pour des siècles.


Le chantier continue, n’hésitez pas à en parler autour de vous pour que vos proches puissent eux aussi dédier une étoile.

Le montant sera régulièrement mis à jour sur la page.

24 juil.

Saint Germain, qui était-il ?

A la fois évêque, fondateur et saint, Germain est celui à qui notre belle église doit son nom.

Germain naît près d'Autun en 496. Après des études à Avallon, il est, durant quinze ans, moine dans une petite communauté locale. C'est là que l'évêque d'Autun, Agrippin, vient le chercher pour l’ordonner prêtre vers 549.

On dit de cet abbé que, donnant trop de pain aux pauvres, les moines furent contents lorsqu’il a été appelé à Paris pour devenir conseiller du roi. En 555, Germain devient évêque de Paris. Il s'y illustre par une série de guérisons miraculeuses et notamment par la libération systématique des prisonniers et des esclaves.
Un de ses plus grands soins fut la construction de  l'abbaye de Sainte-Croix-Saint-Vincent qui deviendra plus tard l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Le roi Childebert l'avait commencée en 543 ; mais ce fut Clotaire Ier, son frère, qui donna l'argent pour l'achever. Lorsque l'église fut en état, il pria Germain de la consacrer.

 

Saint Germain de Paris, extrait du Bréviaire à l'usage de Paris vers 1414
Source de l’image : Enluminures-Ministère de la Culture


Pour la petite histoire cette église fut le premier mausolée des rois de France jusqu'à ce que Dagobert Ier eût fait bâtir celle de Saint-Denis en 639. Ainsi, du VIIe au au XIXe siècle, la basilique Saint-Denis accueille les sépultures de 43 rois alors que l’ex-basilique Saint-Vincent-Sainte-Croix se transforme petit à petit en monastère.


L’action de Germain en faveur des parisiens ne s'arrêta pas avec sa mort puisqu’il a été canonisé par l'Église (fête le 28 mai).  Le culte de cet homme droit, charitable et pacifique, grand thaumaturge, se propagea tant et si bien qu'au VIIIe siècle, l'abbaye de Saint-Vincent-Sainte-Croix changea d'appellation, devenant Saint-Germain-des-Prés. Un nom appelé à devenir célèbre dans le monde entier

 

Saurez-vous retrouver l'effigie du saint dans l’église ?

07 juin.

L'adoption d'étoiles continue

Depuis quatre ans l'église Saint-Germain-des-Prés fait peau neuve, gràce à près de 1400 mécènes, les campagnes portant sur la restauration des étoiles de la nef ont permis de collecter 350.000€ auprès d'une très grande communauté de donateurs, aussi bien français qu’internationaux. Cet engouement repose, d’une part sur la beauté de ce patrimoine d’exception, mais également sur le principe d’adoption d’une étoile, simple et  extremement ludique. Commeon a déployé pour l’occasion un site ad-hoc afin de créer une expérience de collecte gamifiée, en proposant à chaque donateur (dès 100€) d’adopter l’étoile de son choix sur une nef numérique, et lui donner son nom ou celui de la personne à laquelle il souhaitait dédier son don. Cette approche a été par la suite récompensée par le Ministère de la culture lors du Grand Prix du mecenat 2018

Cette année, l'adoption d'étoiles continue.

 

 

 

 

 

Les entreprises mécènes...

Avatar
Avatar
Avatar
Avatar

Ils ont donné...