Contreparties : définition et enjeux

Accueil » Comment ça marche » Mécène, philanthrope : définition » Contreparties : définition et enjeux

Lexique : les définitions du mécénat et du crowdfunding

Découvrez des articles détaillés pour bien appréhender les définitions du vocabulaire propres à l'univers de l'intérêt général

Image banner

Contrepartie : définition et enjeux

 

Contreparties : définition

 

L’organisation bénéficiaire peut remercier les mécènes de leur générosité en leur offrant des récompenses symboliques, des avantages exclusifs et/ou des privilèges. Cela dit, il ne faut pas oublier que le mécénat est un acte à titre gratuit : la valeur des contreparties doit conserver une « disproportion marquée » avec le montant du don, Leur valeur financière doit donc rester inférieure à 25% du montant du don pour les particuliers et les entreprises, cette valeur étant limitée en valeur absolue à un maximum de 65 € pour les donateurs particuliers.

 

Des contreparties : pourquoi faire ?

Les contreparties sont prévues pour remercier personnellement le mécène de sa contribution et reconnaître son engagement. Leur valeur certes symbolique laisse le champ libre à la créativité des porteurs de projet pour proposer des récompenses uniques, inventives et personnalisées à leurs donateurs

Elles prennent donc la forme d’invitations, de visites privées, de photos ou vidéos inédites, de rencontres avec les professionnels, de répétitions et avant-premières… Les contreparties mettent en évidence les valeurs partagées par le donateur et le bénéficiaire, et créent des moments de rencontres et d'échanges porteurs d’avenir.

Les contreparties mettent en évidence les valeurs partagées par le donateur et le bénéficiaire, et créent des moments de rencontres et d'échanges porteurs d’avenir.

Comment les définir ?

 

Les contreparties sont le prolongement temporel et logique de votre projet, campagne ou programme annuel : Il ne s’agit pas de proposer des goodies ou des objets génériques qui auraient peu de lien avec le projet.

Les récompenses s’échelonnent ensuite selon le montant du don : plus la contribution augmente, plus le mécène a accès à des contenus exclusifs autour de l’opération, de façon cumulative. Un mécène ayant fait un don de 500€ aura donc accès à la contrepartie correspondante à ce palier, mais aussi, la plupart du temps, à celles des paliers inférieurs. Il est également possible de limiter le nombre des contreparties pour faire jouer la notion d’urgence (« Attention, réservé aux 10 premiers donateurs ! »).

Il faut toujours envisager des récompenses réalisables, aussi bien d’un point de vue légal que d’un point de vue organisationnel. En effet, il faut réfléchir en amont à la manière de délivrer les contreparties, à leur nombre, à leur faisabilité… L’idée est de les intégrer au maximum au projet lui-même, afin qu’elles aient un sens pour les mécènes et qu’elles ne constituent pas une charge trop lourde pour les organismes qu’ils soutiennent.

 

Quand sont-elles envoyées ?

 

Ce sont les organismes porteurs de projet qui envoient leur contrepartie. Généralement, l’envoi des contreparties commence en fin de campagne : s’il ne faut pas tarder à les envoyer, il ne faut pas non plus être impatient de les recevoir car cet envoi, toujours personnalisé, prend du temps à être organisé. Les porteurs de projet ont donc tout intérêt à anticiper au maximum cette tâche et à tenir informés leurs mécènes de l’avancée des opérations, même après la campagne.

 

Sur Commeon, des outils spécifiques et des conseils personnalisés sont là pour guider les organismes dans leur gestion des contreparties. Les mécènes, quant à eux, peuvent retrouver à tout moment dans leur espace personnel, le portefeuille philanthropique, la liste des contreparties auxquelles ils ont accès par projet :

N’hésitez plus, et partez à la découverte de contreparties originales et exclusives pour faire du mécénat une véritable expérience humaine !