Quand le crowdfunding amène Delaperche à la lumière

De Toulouse à Reims, Commeon a accompagné, depuis sa création en 2014, de nombreuses collectivités dans leurs projets de mécénat participatif. Fin 2017, c’est la ville d’Orléans qui a rejoint la plateforme à l’occasion de sa première campagne de crowdfunding dans le domaine du patrimoine. Retour sur deux mois de collecte qui ont permis de rapporter 31 155€ soit plus du double que l’objectif initial !

Twelve #5 – Le mécénat participatif dans le secteur public : les clefs du succès

Quelles sont les grandes leçons de cette session ?

15 décembre 2016 / 9h à 10h30 au Village by Crédit Agricole

Conférence disponible en podcast ci-dessous :

 

L’État, les collectivités territoriales et les établissements publics s’intéressent de manière croissante au mécénat et au crowdfunding. Trouver des financements complémentaires pour un projet, encourager et valoriser l’engagement des citoyens et communiquer différemment sur son institution : le mécénat participatif répond à des enjeux essentiels pour le secteur public dans un contexte économique complexe.

Comment choisir un projet porteur ? Comment identifier les cibles de l’opération ? Comment intégrer efficacement la communication de campagne dans celle de l’institution ?
Autant de questions auxquelles nos intervenants ont offert des éléments de réponse.

Le musée se réapproprie la créativité

La créativité est le moteur de l’économie du XXIème siècle : de nombreux économistes, chercheurs, responsables politiques, urbanistes et chefs d’entreprises partagent cette idée. Si la créativité est source de valeur ajoutée, comment la définir, et quelle place lui donner au sein d’une organisation muséale, vouée par sa mission au long terme ?

La place grandissante de la créativité dans l’organisation culturelle ne peut être dissociée de l’arrivée du Big Data : est-il la réponse à l’injonction de la créativité pour un musée davantage tourné vers ses publics ? Quel est le place du visiteur dans le projet artistique ?

créativité

 

La créativité, c’est quoi ?

Le travail de Joseph Beuys fournit certaines pistes éclairantes. Joseph Beuys était un artiste et professeur à l’Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf dans les années 1960.  Artiste controversé, enseignant à la pédagogie surprenante, ses cours étaient des lieux d’échanges et de débats intenses avec les élèves. Dans son travail, Beuys s’est très tôt intéressé à la créativité, non pas pour développer son processus de création artistique, mais pour en faire l’objet même de son œuvre.

Beuys distingue 3 formes de créativité possible dont il nous livre les recettes : une créativité personnelle, un processus créatif et une créativité collective.

La sortie au musée, moment convivial et participatif

Le National Endowment for the Arts (NEA) a publié en janvier 2015 les résultats de sa grande enquête sur la fréquentation des musées aux Etats-Unis.

A partir des travaux du General Social Survey (GSS), qui révélaient une baisse significative des sorties culturelles des Américains au cours des 20 dernières années, le NEA a investigué les motivations et les obstacles de leurs pratiques culturelles, tous genres confondus : théâtre, danse, musique, expositions…

Cette enquête démontre qu’au delà des barrières dites « perceptuelles », des barrières « pratiques » permettent d’expliquer les habitudes culturelles des Américains.

Les barrières perceptuelles sont les barrières relatives à la façon dont les individus perçoivent les arts, basés sur leurs expériences passées, les pratiques et les attentes de leur cercle social. Les barrières pratiques sont quant à elles relatives à des considérations d’ordre pratique, tels que le manque de temps ou le prix.

Dans un contexte global de profonds changements liés au numérique, qui induisent des pratiques culturelles de plus en plus participatives, le musée est confronté au défi d’adapter son offre pour développer un public aux usages évolutifs, tout en maintenant leur mission artistique.

L’étude du NEA fournit des pistes de réflexion , aux États-Unis comme en France, pour mieux satisfaire les attentes du public – et du non public du musée.

 

nea-infographics musée

 

L’essentiel de l’actualité du mois de Novembre

En bref, sur Culture Time…mudo

Un succès populaire
Le MUDO-Musée de l’Oise a dépassé son objectif de financement et réuni 14 706 € grâce à plus de150 mécènes ! La toile monumentale de Thomas Couture, va donc pouvoir être exposée lors de la réouverture du musée en début d’année prochaine. Retrouvez ce beau projet et tous ceux en cours sur la nouvelle homepage de Culture-Time.com.

Nouvelles fonctionnalités
Choisir son niveau de don et le moyen de paiement souhaité (chèque ou virement, en complément de la carte bancaire)… c’est maintenant possible sur Culture-Time.com !

 


En bref, dans l’actualité…

Le crowdfunding va toujours de l’avantx89g0
Culture Time salue une avancée majeure pour la profession avec la nouvelle réglementation entrée en vigueur en France le 1er octobre 2014. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le mécénat, un atout pour les collectivités territoriales ?
Près d’un Français sur trois se dit prêt à faire un don pour financer un projet porté par une collectivité territoriale… C’est ce que révèlel’étude réalisée par les équipes OSBL et Secteur Public d’EY et EXCEL qui apporte un éclairage sur les enjeux liés au mécénat au bénéfice des collectivités à travers des cas d’école menés aux quatre coins de l’Hexagone. Ces initiatives sont révélatrices du potentiel d’une nouvelle forme de mécénat de proximité qu’il est nécessaire de structurer pour qu’elle devienne une source de financement complémentaire pérenne.

Le Ticket Mécène®: minimiser le don pour maximiser l’engagement

Par Coline Cuau pour Culture Time – La prochaine fois que vous irez au Musée Rodin, emmenez un ami. Devant l’acquisition la plus récente, glissez lui, l’air de rien : « tu vois celle-là ? C’est moi qui l’ai achetée. Bien sûr, elle valait une petite fortune, mais ça valait le coup, non ? »

Techniquement, ce ne serait pas faux, même si vous n’auriez en réalité participé qu’à l’achat d’une petite partie de l’oreille gauche de la statue ou du croquis. Depuis le 10 juin dernier, le musée Rodin a lancé son opération de don « 1 euro pour un Rodin» : pour un euro de plus, les visiteurs deviennent pour un instant des mécènes du musée et contribuent à l’achat de nouvelles œuvres, en l’occurrence un dessin original du maître. Cette opération n’est pas nouvelle ; depuis toujours, les musées ont mis à contribution leurs visiteurs pour l’entretien des institutions.ticket don rodin

Culture et numérique, une union parfaite ?

Par Coline Cuau pour Culture Time –  Il y a quelques semaines, la journaliste américaine Museum Geek posait la question dans son blog de savoir ce que c’était réellement de faire l’expérience d’un musée. (« When is a museum experience ? » Suse Cairn, http://museumgeek.wordpress.com/). Bonne, vaste, difficile question.

 

Il est certain que l’expérience que nous avons des musées s’est radicalement transformée. Le temps semble loin où un guide menait un groupe scolaire somnolant à travers le musée de la pêche de Concarneau. Aujourd’hui, la course à l’armement est lancée parmi les institutions culturelles. Les musées s’équipent tous, non seulement d’outils numériques qui nous forcent à repenser la médiation, mais également d’une présence en ligne qui modifie profondément le rapport qu’ils entretiennent avec leur public.

mparr numérique musée

Art Everywhere, l’exposition qui fait le mur

Par Coline Cuau pour Culture Time. Et si, à la place de la publicité pour dentifrice de votre arrêt de bus, se trouvait une reproduction de la Joconde ? C’est le pari un peu fou lancé cet été par des musées anglo-saxons. L’opération « Art Everywhere », lancée en Grande Bretagne en 2013, vise à monter « la plus grande exposition jamais créée » en installant des reproductions d’œuvres d’art sur des espaces traditionnellement réservés à la publicité.
art everywhereabout2
logoart evreywhere

Crédit photo (c) arteverywhere.org.uk

En échange d’un don à l’exposition pour aider à l’acquisition des espaces publicitaires, les particuliers peuvent choisir les œuvres qu’ils souhaitent voir affichées pendant l’été, chaque musée présentant une dizaine de ses pièces qu’il juge représentatives de l’histoire de l’art du pays. En Grande Bretagne, la sélection finale comporte 25 pièces et regroupe des œuvres de David Hockney, John Constable, Holbein le Jeune ou encore William Blake.

L’exposition, qui a pour but de célébrer le patrimoine artistique anglais et de rapprocher les musées de leurs publics, est déjà considérée comme un succès avant même son ouverture officielle le 21 juillet. Cette deuxième édition compte déjà 38.000 participants et compte bien engager son public sur les réseaux sociaux avec le lancement du hashtag #arteverywhere afin d’encourager les passants à réagir et à partager leurs photos des œuvres.

Les musées et le numérique, Culture Time vous en parle sur Europe 1

Merci à David Abiker et Des Cliques et des Claques d’avoir invité Culture Time à cette table ronde à l’occasion de la #Museumweek

Europe1 Culture Time

Les comportements des publics changent avec le numérique, pour le meilleur ou pour le pire. Que penser des selfies au musée ? est ce que le conservateur ne va pas tordre du nez ? Peut être va-t-il se sentir rassuré que les publics soient encre curieux, qu’ils jouent avec les smartphones et autres gadgets numériques pour se réapproprier les lieux et les œuvres d’art.

selfie_andrew-burton Culture Timevia Le Parisien AFP Andrew Burton

Pouquoi Culture Time ? Avec Culture Time, chacun peut devenir mécène en quelques clics. Faire un geste concret, qui compte, près de chez lui, et ensuite profiter de sa générosité. L’art a toujours eu des mécènes, avec internet, c’est le grand public qui devient mécène. Culture Time permet que se réalisent des acquisition, restaurations, diffusions, …qui n’auraient pas pu voir le jour sans la générosité des mécènes.

Qu’est ce qu’on gagne à être mécène ? D’abord très simplement on est devenu mécène, c’est à dire fier de son geste et de sa nouvelle relation. Ensuite, on peut recevoir des contreparties en remerciement, cadeaux symboliques certes mais de valeur : dédicace, répétition, coulisses, visite de lieux non ouverts, avant premières, … C’est une grande richesse qui s’ouvre, un plaisir différent, une autre expérience.

Dans le studio, ces mots prennent corps aussi dans les regards autour de la table ronde, dans la proximité du micro. Belle magie de la radio !

L.B.

 

Le Chantier de l’Homme

façade-mnhn-225x300

Le 9 février dernier, le chantier du Musée de l’Homme ouvrait ses portes. Les responsables de la communication, les artistes et le personnel de sécurité accueillaient un dimanche après-midi de 14h à 18h au Trocadéro à Paris un groupe restreint de visiteurs pré inscrits sur Facebook. Une expérience à part, un privilège d’entrer dans les coulisses et de rencontrer les artisans et artistes du projet.