Pour une citoyenneté active

Cette rentrée a décidément été très riche pour le secteur de la philanthropie française ! Du Mécènes Forum au Forum Convergences, en passant par les Journées du Management Culturel et Share Paris, les professionnels du secteur de l’engagement citoyen et les curieux se sont rassemblés pour partager vision et expériences. Un foisonnement bienvenu alors que viennent de paraître les études annuelles d’ADMICAL et de France Générosités qui nous rappellent combien il est urgent, aujourd’hui, de réinventer le don. Les chiffres soulignent que, si le don moyen est en augmentation, le nombre de donateurs a, lui, stagné. Les français seraient donc plus généreux, mais proportionnellement moins nombreux à s’engager …

Dons de fin d’année : votre check-list !

Les mois d’octobre, novembre et décembre représentent une période phare pour l’engagement citoyen : en effet, selon le baromètre de France Générosités, 43 % des dons sont faits sur le dernier trimestre dont la moitié sur le mois de décembre.

 

Chaque année, la période des fêtes connaît donc un véritable élan de générosité. Est-ce l’esprit de Noël qui inspire le geste généreux des Français ? Ou l’opportunité de bénéficier d’une déduction fiscale sur son don pour l’année en cours ? Dans tous les cas, les Français se mobilisent largement entre Noël et jusqu’au 31 décembre minuit pour faire un don à un projet qui leur tient à coeur.

Donner rend heureux

“Donner fait du bien, aux autres comme à soi-même.” C’est ce que nous confirment plusieurs études et notamment celle de France Générosités, syndicat professionnel regroupant 85 associations et fondations, qui a enquêté sur la question. En s’appuyant sur les travaux de l’économiste Mickaël Mangot, France Générosités nous livre 4 bonnes raisons d’être généreux.

 

donner rend heureux

Utopia 56 : votre don a un visage

En deux ans, Utopia 56 s’est imposée comme l’une des organisations les plus actives dans la protection des réfugiés en France.

L’association morbihannaise est née de cette utopie : rassembler autour de la cause humanitaire, d’un côté des gens qui pouvaient donner de leur temps (essentiellement des étudiants) et de l’autre, des personnes prêtes à faire des dons afin d’élargir les actions, de les renforcer.

Aujourd’hui soutenue par la Fondation de France, Utopia 56 a lancé courant 2017 un programme de mécénat participatif sur Commeon.

À l’occasion de l’atteinte de l’objectif des 9000€ et des 110 mécènes, retour sur cette belle aventure avec Chrystel, responsable de la collecte.

 

Mécénat et Crowdfunding : l’actu de juillet 2017

Ca y est, l’été est là, et la détente estivale avec lui ! Que vous soyez au soleil, sur le départ, ou déjà de retour, Commeon vous a préparé une petite sélection de nouvelles bienfaisantes pour garder le sourire !

Inspirez… soufflez

En cette période de départs en vacances, je souhaitais vous parler d’inspiration, de bien-être et d‘expérience communautaire, c’est d’actualité non ? Faire un don est bon pour la santé : plusieurs études américaines soulignent les effets positifs du don sur le cerveau et sur l’humeur du généreux donateur. Ça, c’est une bonne nouvelle, alors pourquoi ne pas profiter des vacances pour vous refaire une santé et découvrir tous les projets auxquels vous pouvez contribuer sans hésiter ? Ils ont été sélectionnés pour vous ! Faites-vous du bien : c’est une cure de générosité que vous pourrez prolonger le reste de l’année sur Commeon.

Faire un don, et après ?

Et si tout commençait après le moment du don ? Faire un don, c’est bon pour la santé : plusieurs études américaines soulignent les effets positifs du don sur le cerveau et sur l’humeur du généreux donateur. Voilà une bonne raison de faire un don, qui s’ajoute à la satisfaction de voir les projets qui nous tiennent à cœur se réaliser grâce à une contribution collective. Faire un don fait donc du bien, d’accord : mais après ? L’expérience s’arrête-t-elle là ?

Et si l’on choisissait, avec la Culture, de changer le monde ?  

Fin 2015, trois événements exceptionnels coïncidaient. Bien que distincts, ils me paraissent liés : ils illustrent en quoi notre monde entre dans une ère nouvelle pour la culture et l’engagement partagés.

Le mécénat dépend-il de l’avantage fiscal qu’il procure?

L’économiste Françoise Benhamou compare dans un article de www.livres.hebdo.fr les motivations des mécènes TPE et entreprises. Deux études montrent que la décision personnelle de don prime sur le simple avantage fiscal.

« L’enquête CSA/Admical qui inclut les TPE (très petites entreprises, de 0 à 9 salariés), qui représentent 79% des entreprises mécènes et 25% du montant total, montre aussi que plus l’entreprise est petite, moins elle défiscalise le don. Est-ce une simple question d’information ? Ce n’est pas sûr, et l’on peut faire l’hypothèse que dans le cas de la TPE, c’est la volonté de donner qui s’exprime, du fait d’un rapport à l’action soutenue ou au territoire dans lequel elle s’ancre plus fort et plus « intime » que dans le cas de la grande entreprise. »

laurent de medicisProtecteur des arts : Laurent de Médicis, dit le Magnifique par Girolamo Macchietti – WIKICOMMONS