Bon plan défiscalisation: devenez mécène participatif !

Vous aimez les jeunes talents ? Vous ne connaissez rien à la harpe ? Vous êtes Normands de coeur ou d’origine ? Vous adorez les girafes, élégantes et sauvages ?
Rendez-vous sur www.culture-time.com pour découvrir une occasion unique qui vous attend. Celle de faire un beau geste en participant, par exemple, au projet de mécénat de l’Opéra de Rouen avec la jeune harpiste Anaïs Gaudemard, ou du Muséum de Toulouse avec son nouveau spécimen venue d’Abyssine. Et de devenir, vous aussi, mécène, comme Laurent de Médicis ou François Pinault. Car tout le monde peut devenir mécène !

Et bénéficier ainsi d’un avantage fiscal égal à 66% du montant de son don, en toute sécurité et quel que soit le montant que l’on a choisi.

 

Le mécénat dépend-il de l’avantage fiscal qu’il procure?

L’économiste Françoise Benhamou compare dans un article de www.livres.hebdo.fr les motivations des mécènes TPE et entreprises. Deux études montrent que la décision personnelle de don prime sur le simple avantage fiscal.

« L’enquête CSA/Admical qui inclut les TPE (très petites entreprises, de 0 à 9 salariés), qui représentent 79% des entreprises mécènes et 25% du montant total, montre aussi que plus l’entreprise est petite, moins elle défiscalise le don. Est-ce une simple question d’information ? Ce n’est pas sûr, et l’on peut faire l’hypothèse que dans le cas de la TPE, c’est la volonté de donner qui s’exprime, du fait d’un rapport à l’action soutenue ou au territoire dans lequel elle s’ancre plus fort et plus « intime » que dans le cas de la grande entreprise. »

laurent de medicisProtecteur des arts : Laurent de Médicis, dit le Magnifique par Girolamo Macchietti – WIKICOMMONS