Le crowdfunding : une solution pour la valorisation du patrimoine

Le crowdfunding de l’INRAP : entre archéologie et digital

L’Institut national de recherches archéologiques préventives est un établissement public placé sous la tutelle des ministères en charge de la Culture et de la Recherche. Il assure la détection et l’étude du patrimoine archéologique en amont des travaux d’aménagement du territoire. Dans le cadre de ses missions qui s’étendent à l’étude scientifique des données relevées sur le terrain et à la diffusion de la connaissance archéologique, l’institut a à cœur de transmettre l’archéologie aux plus jeunes. Une collecte a donc été lancée sur Commeon de manière à financer la restauration d’un patrimoine en danger et sa diffusion auprès du grand public.

 Interview de l’un des acteurs du projet : Eddie Ait

Eddie Ait, Historien de formation et délégué aux relations institutionnelles et au mécénat à l’Inrap revient sur la mise en place d’une telle collecte :

Quel a été le déclic qui vous a conduit à lancer cette campagne de mécénat participatif ?

À l’Inrap, les archéologues travaillent à la mise en valeur du patrimoine, du Paléolithique jusqu’à l’époque contemporaine, et cette mission de valorisation a sa place aux côtés des interventions terrain et des études scientifiques découlant de notre activité.

En ce sens, le déclic de cette campagne de mécénat s’inscrit parfaitement dans la continuité de nos missions de valorisation. La découverte exceptionnelle de deux statues a permis une synergie d’actions entre notre ministère de tutelle, les partenaires locaux et nos équipes et le public a répondu présent à notre appel.

Il y avait cette passion commune qui a d’abord facilité les opérations archéologiques et qui a amené assez naturellement l’idée d’une action engageante et collective.

 

Quelle faiblesse avez-vous su transformer en force pour cette campagne ?

Dans ce type de campagne, notre faiblesse est notre image de grande institution nationale, dont on pourrait croire qu’elle n’est pas « à l’échelle » d’une opération aussi ciblée localement. Mais, justement, ce type de campagne permet de montrer que nos archéologues s’impliquent beaucoup dans la vie des territoires. Et l’Inrap réalise plus de 2000 diagnostics et 200 fouilles par an !

Quel serait votre conseil pour encourager ceux et celles qui souhaitent se lancer dans une campagne de crowdfunding ?

Je crois qu’il n’est conseillé de se lancer dans ce type d’opération que s’il existe préalablement une bonne alchimie locale, une envie ou une passion collective. Ensuite, la communication est très importante, sur le blog, mais aussi sur les réseaux sociaux. Il faut qu’elle soit vivante et engageante, mais aussi régulière et persévérante.

Enfin, si vous deviez résumer votre projet en une seule phrase :

Susciter l’attachement à toutes les formes que peut prendre notre Patrimoine commun.

Vous avez un projet innovant à soumettre et besoin de fonds pour le porter ? Vous pouvez engagez vos communautés et développez votre mécénat en ligne en suivant ce lien.