Rédiger un mail d’appel aux dons efficace

Quand on lance un appel aux dons, il est capital de pouvoir utiliser correctement tous les supports à sa disposition, et plus spécifiquement l’appel aux dons par email. Pour déterminer ce qui constitue un appel aux dons efficace, nous avons déniché pour vous des experts de l’emailing, l’équipe MailJet et plus précisément de Thomas, avec lequel nous avons collaboré pour vous aider à rédiger un mail d’appel aux dons dans les règles de l’art !

 

Si vous lisez cet article, il y a de fortes chances que vous soyez sur le point de lancer une campagne de financement participatif, ou que vous veniez tout juste de lancer un appel aux dons… Félicitations ! Vous avez franchi le pas et allez maintenant lancer votre appel aux dons. Et vous savez quoi ? L’email peut donner un coup de pouce non négligeable au succès de votre campagne, c’est ce que nous observons sur Commeon.

 

Pourquoi l’email ?

Commençons par quelques chiffres. De manière générale, l’email reste aujourd’hui le canal de communication le plus efficace (devant la publicité sur Google ou sur Facebook). Néanmoins, les particuliers reçoivent en moyenne plus de 124 emails par jour dans leur boîte de réception (personnelle et professionnelle), mais tous ne requièrent pas le même degré d’attention : il faut donc s’assurer de sortir du lot !

 

Qu’est-ce qui fait un bon email d’appel aux dons ?

Prenez d’abord en considération les éléments qui pousseront vos destinataires à ouvrir les messages.

Structure d'un mail d'appel aux dons

 

  1. Objet du message

Vous vous en doutez, c’est l’un des éléments les plus importants… si votre objet n’est pas explicite, le destinataire n’aura même pas l’occasion de voir ce dont vous souhaitez lui parler ! Prévoyez donc du temps pour bien le travailler et pensez à le faire varier et le tester auprès de vos contacts proches.

Ensuite, faites en sorte que votre message soit bien interprété. Avant même d’ouvrir votre email, vos contacts doivent avoir une idée globale de ce dont vous allez leur parler. Il ne s’agirait pas de créer de la déception avec un objet trompeur, surtout si votre objectif est de demander une contribution. Cependant, précision ne veut pas dire ennui ! N’hésitez donc pas à personnaliser vos objets en fonction du type de contacts auquel le message est envoyé.

Enfin, prenez en compte la longueur de votre objet : la plupart des outil de messagerie n’affichent qu’une cinquantaine de caractères. Veillez donc à ne pas dépasser cette limite, au quel cas votre objet d’email sera tronqué.

>> Exemples : “Encouragez les micro-entrepreneurs !”, ou “Devenez acteur d’une pièce de Molière”… etc.

 

  1. Le pré-header (ou en-tête)

Le quoi ? Mais si, le pré-header ! Ce sont les premiers éléments de texte qui feront office d’aperçu de votre email. Profitez du pré-header pour en dire un peu plus sur le contenu de votre email, sachant que cet aperçu est généralement limité à 70 caractères. Si l’objet est le titre de l’email, le pré-header peut être vu comme le sous-titre. N’oubliez pas cette ressource encore trop souvent négligée !

> Exemple : “Nous lançons un nouveau programme permettant de financer les projets de micro-entrepreneurs (…)”

 

Apercu-pre-header-Commeon

 

  1. Contenu

Une fois ces éléments préliminaires décortiqués, il est temps de passer au corps du message ! Optez, autant que faire se peut, pour un design sur une seule colonne, vous limiterez les bugs d’affichage. Cette problématique est désormais cruciale dans le monde de l’emailing, puisque plus de 50% des emails sont ouverts sur des appareils mobiles. Il est donc impératif qu’ils puissent s’afficher correctement sur des supports aussi variés, et notamment verticaux.

C’est aussi pour cette raison que vos emails doivent pouvoir être lus rapidement. Inutile de vous lancer dans la rédaction d’un ouvrage en 3 volumes, l’email n’est qu’un avant-goût qui doit pousser vos destinataires à cliquer. Si vos lecteurs sont intéressés par votre projet, ils se rendront sur votre page Commeon pour le découvrir en détail et ensuite y faire un don. L’email n’est qu’un vecteur : allez droit au but pour les rediriger rapidement vers votre page. Aérez le texte, et n’hésitez pas à l’agrémenter d’images.

Une dernière chose : mettez-y du cœur ! Nous sommes bombardés de messages automatisés, une bonne dose d’authenticité et d’optimisme ne manquera pas de retenir l’attention de vos lecteurs.

>> Exemple : vous pouvez vous inspirer d’une de nos newsletters Commeon.

 

  1. Appel à l’action

Enfin (et surtout) ne négligez pas les appels à l’action, ou “CTA” (Call-To-Action dans la langue de Shakespeare) pour les experts ! Cette expression fait référence aux liens et boutons sur lesquels vos lecteurs pourront cliquer pour être redirigés vers votre site, votre page Commeon ou tout autre destination qui vous semble pertinente dans le cadre de la promotion de votre projet.

N’hésitez pas à placer plusieurs fois le même CTA dans votre email. Un au début du message, et un autre à la fin du mail, par exemple. Surtout, n’oubliez pas vos lecteurs mobiles, et préférez les boutons facilement cliquables avec le pouce aux liens hypertextes. Insérez votre lien en veillant à bien utiliser les marqueurs (#ORNL chez Commeon), qui vous permettront de tracer l’origine de vos donateurs et de mesurer l’efficacité de vos mails et ainsi de progresser !

>> Exemples : “Offrez un toit aux réfugiés dans le besoin”,”Soutenez notre action”…etc.

 

Le petit plus ? Le nom d’expéditeur !

Il est essentiel que vous soyez bien identifié par vos contacts. Aussi, posez-vous cette question : votre nom d’expéditeur est-il suffisamment clair ? Faut-il repréciser le nom de votre structure, ou est-ce qu’un simple prénom sera compris ? Demandez-vous à quel point votre projet est connu de vos destinataires.

 

Pour aller plus loin : le suivi et les tests

Vous êtes satisfait par votre email, vous venez d’ailleurs de cliquer sur “Envoyer”. Bravo ! Maintenant, il ne vous reste plus qu’à garder un œil attentif sur les statistiques de votre campagne d’appel aux dons. Le taux d’ouverture est-il satisfaisant ? Votre message génère-t-il suffisamment de clics ? Étudiez le taux d’ouverture et le taux de clic (que vous permet par exemple de suivre MailJet) ainsi que le nombre de visites sur votre page (disponible dans la partie “Trafic” sur Commeon) afin d’ajuster le contenu de vos futurs envois.

Surtout, n’hésitez pas à tester les différents éléments de vos emails. Une formulation, une police de caractère ou une couleur de fond différentes peuvent avoir une influence sur les résultats de vos envois. Ne passez donc pas à côté de ces opportunités, et expérimentez !

 

Vous avez toutes les clés en main pour créer des emails performants. Si vous souhaitez aller plus loin, vous pouvez consulter cet article sur l’utilisation de l’email par différentes institutions culturelles, ou encore ce guide sur l’emailing à l’attention des associations caritatives.

Bon emailing & n’hésitez pas à poser vos questions en commentaires, ou à nous contacter directement sur Commeon !

 

> Gagnez en productivité, essayez ces 7 outils pour professionnaliser votre campagne de crowdfunding

> Simplifiez-vous la gestion de la collecte de dons, découvrez 10 bonnes résolutions de développer votre mécénat

1 Comments

  1. Nous lançons notre campagne de financement participatif. Nous allons appliquer vos conseils. Merci

Leave a comment

Please be polite. We appreciate that. Your email address will not be published and required fields are marked