La sortie au musée, moment convivial et participatif

Le National Endowment for the Arts (NEA) a publié en janvier 2015 les résultats de sa grande enquête sur la fréquentation des musées aux Etats-Unis.

A partir des travaux du General Social Survey (GSS), qui révélaient une baisse significative des sorties culturelles des Américains au cours des 20 dernières années, le NEA a investigué les motivations et les obstacles de leurs pratiques culturelles, tous genres confondus : théâtre, danse, musique, expositions…

Cette enquête démontre qu’au delà des barrières dites « perceptuelles », des barrières « pratiques » permettent d’expliquer les habitudes culturelles des Américains.

Les barrières perceptuelles sont les barrières relatives à la façon dont les individus perçoivent les arts, basés sur leurs expériences passées, les pratiques et les attentes de leur cercle social. Les barrières pratiques sont quant à elles relatives à des considérations d’ordre pratique, tels que le manque de temps ou le prix.

Dans un contexte global de profonds changements liés au numérique, qui induisent des pratiques culturelles de plus en plus participatives, le musée est confronté au défi d’adapter son offre pour développer un public aux usages évolutifs, tout en maintenant leur mission artistique.

L’étude du NEA fournit des pistes de réflexion , aux États-Unis comme en France, pour mieux satisfaire les attentes du public – et du non public du musée.

 

nea-infographics musée

 

Créer du lien social : la première motivation pour participer à un événement culturel

Premier enseignement de l’étude du NEA : partager un moment plaisant avec ses proches, amis ou famille, est la motivation numéro 1 pour fréquenter un lieu culturel.

L’étude affine ce constat en distinguant le public de performances artistiques, telles que la musique, la danse ou le théâtre et le public d’expositions d’arts visuels.

En effet, parmi le public de performances artistiques, plus de 75% des personnes interrogées citent l’opportunité de créer du lien avec ses proches comme étant une motivation de leur sorties culturelles et plus de la moitié d’entre eux étaient accompagnés de proches lors de leurs récentes sorties.

Parmi cette population, ce sont les parents accompagnés de jeunes enfants qui recherchent en premier lieu à partager un moment en famille ou avec des amis, apprendre, transmettre et célébrer ensemble des références culturelles communes. L’aspect festif et convivial est donc un élément déterminant pour le choix de leur sortie.

 

En revanche, 88% visiteurs d’expositions disent vouloir en premier lieu apprendre de nouvelles choses en se rendant sur un lieu culturel. Ainsi, seulement 37% d’entre eux étaient accompagnés d’amis lors de leur dernières visites.

Aussi, l’étude révèle que les personnes à la retraite sont un public exigeant, souvent à la recherche d’une expérience artistique de qualité supérieure. Ils se déplacent généralement en couple, mais il est aussi fréquent pour eux de se rendre seul à une exposition.

musée visiteurs

 

Le manque de temps : la barrière la plus importante au développement des sorties culturelles

L’étude du NEA met en évidence une catégorie d’individus ayant exprimé de l’intérêt pour une offre culturelle, mais n’ayant pas assisté à ce type d’événement au cours de l’année passée. Parmi cette population, presque 1/3 des personnes interrogées ont cité le manque de temps comme étant le facteur le plus important pour expliquer le fait qu’ils n’aient assisté à aucun spectacle, exposition ou performance artistique.

De plus, on observe que des variables sociodémographiques interviennent : ainsi, une très importante majorité des parents avec des enfants en bas âge désignent le manque de temps comme étant la barrière la plus importante au développement de leurs pratiques culturelles.

Par ailleurs, l’étude souligne que les personnes à la retraite ont pour principale limite au développement de leurs sorties culturelles la difficulté à se rendre physiquement sur le lieu.

Enfin, une part non négligeable des personnes interrogées déclarent que le fait de n’avoir personne pour aller à un événement culturel comme étant une barrière.

 

musée visiteur 1

Connaître les motivations des publics pour développer les pratiques culturelles

Fort de ces nombreux constats, le NEA propose des pistes de réflexion pour que les organisations culturelles puissent mieux satisfaire les attentes des publics. En effet, si 95% des Américains déclarent réserver un temps pour les loisirs chaque jour, encore peu d’entre eux choisissent la visite d’un musée ou d’assister à un événement artistique pour occuper leur temps libre.

La dimension sociale des sorties culturelles est fortement soulignée, que ce soit à travers les motivations (telles que partager un moment convivial en famille ou entre amis) ou à travers les barrières (telles que le fait de ne pas être accompagné pour une visite de musée ou une sortie).

Les résultats de cette enquête peuvent permettre aux organisations culturelles de développer une offre davantage tournée vers les motivations et contraintes pratiques et sociales de leur public, et dessine les contours de pratiques culturelles assurément de plus en plus participatives.

 

 

Source : When Going Gets Tough : Barriers and Motivations Affecting Arts Attendance. NEA report n°59, January 2015. Disponible en ligne ici.

Leave a comment

Please be polite. We appreciate that. Your email address will not be published and required fields are marked