Le mécénat dépend-il de l’avantage fiscal qu’il procure?

L’économiste Françoise Benhamou compare dans un article de www.livres.hebdo.fr les motivations des mécènes TPE et entreprises. Deux études montrent que la décision personnelle de don prime sur le simple avantage fiscal.

« L’enquête CSA/Admical qui inclut les TPE (très petites entreprises, de 0 à 9 salariés), qui représentent 79% des entreprises mécènes et 25% du montant total, montre aussi que plus l’entreprise est petite, moins elle défiscalise le don. Est-ce une simple question d’information ? Ce n’est pas sûr, et l’on peut faire l’hypothèse que dans le cas de la TPE, c’est la volonté de donner qui s’exprime, du fait d’un rapport à l’action soutenue ou au territoire dans lequel elle s’ancre plus fort et plus « intime » que dans le cas de la grande entreprise. »

laurent de medicisProtecteur des arts : Laurent de Médicis, dit le Magnifique par Girolamo Macchietti – WIKICOMMONS

Pourquoi la conservation du patrimoine ?

La Journée d’étude : « Mémoires du patrimoine : le patrimoine menacé par la crise économique » (Paris, INHA) le 12 avril dernier à la galerie Colbert a réuni des spécialistes de différents horizons : chercheurs (CNRS), conservateurs , archéologues, institutionnels, crowdfunders et associations (VmF, Ecole du Louvre Junior Conseil), pour examiner sous différents angles et tenter d’apporter des idées et des solutions à la question des rapports entre patrimoine culturel et crise économique.

Le discours d’introduction de Philippe Belaval, président du Centre des Monuments Nationaux et parrain de l’évènement, est une revue à 360° de la mission de conservation, dans sa dimension temporelle, intemporelle et républicaine. « Il n’y a pas de fatalité de la crise» : une réflexion engagée et sans détours.

mempatri

« Local connections, real value »

Jasper Visser, rédacteur du blog www.themuseumofthefuture.com., dans son introduction à la conférence d’Avril 2014 à Toronto de la Canadian Museum Association partage sa réflexion sur les Musées à l’heure des changements sociaux et technologiques. Un point de vue et une success story convaincante, sur The Muséum of the Future.

 

Un crédo : les musées ont leur place dans le 21ème siècle, cette place sera probablement très différente de celle qu’ils ont tenue jusqu’à présent. Ce qui a changé : capturer l’attention est devenu à la fois ultra compétitif et vital pour ne pas disparaître. « Distracted people in a high-speed world ». C’est un défi de taille, mais il est possible de le relever.internet2mobile coueur

Les musées et le numérique, Culture Time vous en parle sur Europe 1

Merci à David Abiker et Des Cliques et des Claques d’avoir invité Culture Time à cette table ronde à l’occasion de la #Museumweek

Europe1 Culture Time

Les comportements des publics changent avec le numérique, pour le meilleur ou pour le pire. Que penser des selfies au musée ? est ce que le conservateur ne va pas tordre du nez ? Peut être va-t-il se sentir rassuré que les publics soient encre curieux, qu’ils jouent avec les smartphones et autres gadgets numériques pour se réapproprier les lieux et les œuvres d’art.

selfie_andrew-burton Culture Timevia Le Parisien AFP Andrew Burton

Pouquoi Culture Time ? Avec Culture Time, chacun peut devenir mécène en quelques clics. Faire un geste concret, qui compte, près de chez lui, et ensuite profiter de sa générosité. L’art a toujours eu des mécènes, avec internet, c’est le grand public qui devient mécène. Culture Time permet que se réalisent des acquisition, restaurations, diffusions, …qui n’auraient pas pu voir le jour sans la générosité des mécènes.

Qu’est ce qu’on gagne à être mécène ? D’abord très simplement on est devenu mécène, c’est à dire fier de son geste et de sa nouvelle relation. Ensuite, on peut recevoir des contreparties en remerciement, cadeaux symboliques certes mais de valeur : dédicace, répétition, coulisses, visite de lieux non ouverts, avant premières, … C’est une grande richesse qui s’ouvre, un plaisir différent, une autre expérience.

Dans le studio, ces mots prennent corps aussi dans les regards autour de la table ronde, dans la proximité du micro. Belle magie de la radio !

L.B.

 

Le Chantier de l’Homme

façade-mnhn-225x300

Le 9 février dernier, le chantier du Musée de l’Homme ouvrait ses portes. Les responsables de la communication, les artistes et le personnel de sécurité accueillaient un dimanche après-midi de 14h à 18h au Trocadéro à Paris un groupe restreint de visiteurs pré inscrits sur Facebook. Une expérience à part, un privilège d’entrer dans les coulisses et de rencontrer les artisans et artistes du projet.

Visite sous influence : neurosciences et art

 neurosciences cerveau forum avignon CaptPiper

Que nous apprend la neurosciences sur la secrète mécanique du cerveau face à l’œuvre d’art ?  Le neurologue Pierre Lemarquis,  auteur de l’ouvrage Portrait du cerveau en artiste (Odile Jacob, 2012), s’interroge dans le Journal des Arts du 7/01/2014 sur l’influence des nouvelles technologies sur notre expérience artistique et culturelle. Cette analyse est aussi l’occasion de chercher à mieux se connaître, et à comprendre l’émotion esthétique.

Les sorties des ados au musée ne servent à rien sauf si…

Une étude qualitative menée en 2006 auprès de 107 adolescents, (Noëlle Timbart, Yves Girault) montre que pour plus de 80% d’entre eux, le Musée est un lieu d’apprentissage. Mais lorsque l’offre proposée aux adolescents reste dans une approche péri-scolaire (visite de groupe, contrainte et éducative), école et musée deviennent indissociables dans leur esprit, générant un rejet.

Plus de la moitié considère néanmoins le musée comme un endroit intéressant, par le regard différent qu’il permet de porter sur les choses, le fait de voir en vrai des œuvres dont ils ont vu la représentation, les émotions ressenties, la mobilisation de leur imagination. Comment faire exister le dialogue entre lieux culturels et ados ? Que faut-il ajouter à leur curiosité et leur capacité d’enthousiasme ?

pass musée ados

Parismusées.paris.fr