Le Smartphone, 3ème œil du visiteur

L ‘omniprésence du smartphone au Musée nous dérange ou nous amuse, mais c’est aussi une manière de rendre actuelle une pratique restée assez formelle. Étudions nos réactions face à ce ras de marée de visiteurs accessoirisés.

smartphone musee

Le premier sentiment, un peu inavoué, devant les visiteurs le nez collé sur leur Smartphone à 50cm de l’œuvre que vous essayez d’apercevoir, est celui de la faute de goût. Les adolescents narcissiques qui textent et postent sur Facebook en marchant écouteurs aux oreilles. Les seniors qui cadrent l’œuvre avec l’inusable conjoint en bas à droite pour donner du relief. Le groupe de touristes, exubérant et compact, qui score les photos en rafale et compare ses prises de safari. Vous vous demandez si certains surdoués arrivent à dissocier leur regard en envoyant un œil sur le Smartphone et l’autre au mur du fond, et quelle tête cela peut bien leur faire.

selfie1

 

Et puis vous réalisez que chacun affiche un petit moment de sourire lors de la capture, une légère satisfaction. Que les plus appliqués semblent captivés par ce chuchotement à leur oreille qui les fait avancer, reculer, tourner et revenir sur leurs pas dans un ballet solitaire. Finalement, les idiotphones qui crachouillent toujours à contre temps une voix cérémonieuse, et les appareils à flash étaient bien plus envahissants. Ces gros cubes noirs ont rejoint sur l’étagère techno kistch le téléphone à cadran en bakelite. Place aux smart applis et aux selfies souvenirs au musée. L’exposition Braque du Grand Palais a consacré à la sortie de l’exposition un mur numérique aux tweets et photos des visiteurs en temps réel, et largement fourni par l’enthousiasme des milliers de visiteurs heureux de témoigner en live de leurs impressions personnelles grâce à leur smartphone.

selfie3

Le smartphone et sa capacité de saisir le vif et le personnel rendraient-ils les musées plus vivants ? Avec son troisième œil, numérique et social, le visiteur se sentirait-il plus disposé à affirmer son goût artistique ? Probablement saisit-il le plaisir d’imprimer avec liberté et respect un peu de sa personnalité dans des lieux sanctuarisés.  Un message pour soi, un instant dédié à cette passion hors temps pour les choses de l’art. Le début peut être d’une nouvelle expérience publics-musées : actuelle, décloisonnée, active …et très simple.

L.B.

Leave a comment

Please be polite. We appreciate that. Your email address will not be published and required fields are marked