Le numérique, une affaire civique ?

L’association Tous au Web sur Commeon a réuni autour d’elle 35 mécènes et mobilisé 7073 €.

Les raisons d’un tel engouement ? Un projet audacieux, un partenaire et des mécènes engagés et un porteur de projet impliqué.

Né du constat croissant que les publics éloignés de la technologie : personnes âgées, en situation de précarité ou de handicap, sont davantage isolées en étant déconnectées au monde d’aujourd’hui  et en adressant ce problème encore trop peu exploré : “l’illectronisme“, la mission de Tous au Web a séduite VINCI Fonds de dotation Chantiers & Territoires Solidaires  pour un accompagnement  en « matching ». Ce qui est à retenir, c’est aussi et surtout l’engagement de mécène qui compte et génère de la viralité. Enfin, la fondatrice de l’association, Aude de Gouville, sans qui l’idée géniale de financer du matériel informatique pour aller dans des structures demandeuses n’aurait pas été possible : foyers d’accueil médicalisés, foyers de migrants, centre médico-psychologique, Restos du Coeur…

Nous sommes partis à la rencontre d’Aude de Gouville (photo ci-dessous) afin qu’elle nous livre les clés de succès d’une telle campagne :

>      Quel a été le déclic qui vous a conduit à lancer cette campagne de mécénat participatif ?

Cela faisait un moment que nous y pensions, Vinci Chantiers et Territoires Solidaires a pu rendre cela possible en nous élisant dans son programme d’aide. Et ça tombait vraiment à pic, notre association évolue et nous avions besoin pour nos projets d’un investissement important en matériel informatique.

>      Quels ont été vos appuis pour réussir cette campagne ? 

Commeon, d’abord, par ses conseils et ses encouragements, ainsi que notre entreprise partenaire, Chantiers et Territoires Solidaires, toujours encourageante. La famille, très importante : c’est elle qui donne en premier et qui partage sur les réseaux sociaux. Les adhérents, dont certains se sont investit dans la communication, notamment dans la distribution de flyers. Le réseau (amis, professionnel), via internet ou via connaissances professionnelles : à commencer par la ville, qui par le biais de différents services municipaux, a relayé l’information (même dans le journal municipal !).

>      Quelle(s) faiblesse(s) avez-vous su transformer en force(s) pour cette campagne ?

Comme nous n’avons pas encore de local (donc pas d’accueil du public), c’est moins facile de toucher les gens. Il a fallu sortir de notre zone de confort, aller démarcher au marché, faire du porte-à-porte auprès des entreprises locales, mettre des flyers et affiches chez les commerçants, faire connaître nos actions via les réseaux sociaux et les services municipaux… Ça n’est pas toujours concluant, mais nous avons fait des rencontres intéressantes, et même créé des liens pour des projets futurs !

>      Quel serait votre conseil pour encourager ceux et celles qui souhaitent se lancer dans une campagne de crowdfunding ?

En premier lieu, le plus important est d’avoir l’adhésion des collègues, ne pas être seul(e) à prendre en main la campagne, c’est vraiment le premier pilier : on a besoin de conseils, d’aide, d’un autre regard…

Deuxièmement, comme une campagne, c’est chronophage, il vaut mieux planifier ses actions et les anticiper !

De plus, il est important de prendre appui sur son réseau mais il faut savoir oser aller plus loin, par exemple se créer des listes de diffusion (liste de professionnels qui naviguent dans le même milieu, qui pourraient être bénéficiaires du projet, par exemple).

Et, bien sûr, pour toucher le plus de monde possible, il est préférable d’utiliser tous les moyens à notre disposition (multicanal) : réseaux sociaux, emails, flyers, affiches, rencontres…

>      Qu’en retirez-vous de plus fort ?

De la fierté, je crois ! Et de la reconnaissance. C’est compliqué, on passe par des phases de découragement et des phases d’euphorie, mais ça vaut le coup si on s’investit ! C’est extrêmement satisfaisant de voir que ça a fonctionné et surtout, surtout, de sentir qu’on fait quelque-chose d’utile puisque les gens y contribuent. Merci encore à tous nos mécènes !

>      Enfin, si vous deviez résumer votre projet en une seule phrase : 

Grâce aux fonds récoltés, nous allons pouvoir acheter du matériel pour donner des cours informatiques aux personnes fragiles et éloignées de la technologie, pour qu’ils deviennent e-citoyens autonomes ! Si nous pouvons contribuer à la baisse de la fracture numérique, c’est ce qui fera notre fierté.

 

Vous avez un projet innovant à soumettre et besoin de fonds pour le porter ? Vous pouvez engagez vos communautés et développez votre mécénat en ligne en suivant ce lien.

 

Commeon

Nous sommes la 1ère plateforme de mécénat participatif ! Notre mission ? Démocratiser le mécénat pour faciliter aux structures à but non-lucratif l'accès au financement participatif. Notre mot d'ordre ? J'aime, je mécène !

Leave a comment

Please be polite. We appreciate that. Your email address will not be published and required fields are marked