Le mécénat, tremplin pour innover

Sam Augusto est un porteur de projets un peu atypique : à 22 ans, il a organisé avec trois amis le Festival Crea’Parc réunissant – entre autres – 12 groupes musicaux, 9 associations et 6 expositions, une première dans la ville de Clamart. La campagne de mécénat participatif qu’il a organisé sur Culture Time leur a permis de dépasser leur objectif en collectant plus de 7000€ pour leur projet.  Entretien particulier avec ce jeune homme plein d’idées.

 

Un événement qui rassemble tout le monde

Le projet de l’association Odela est né un an avant sa réalisation, sur un constat de deux de mes amis : ils se promenaient dans le Parc de la Maison Blanche, désert, et ont trouvé qu’il était dommage de laisser l’espace inoccupé. J’étais en Australie à l’époque, mais nous avons rapidement formulé le souhait de rassembler les gens et d’encourager tous les types d’art : en grandissant à Clamart, nous nous étions rendu compte qu’il y avait beaucoup de jeunes artistes et d’associations, mais qu’ils existaient de façon très fragmentée. L’idée était donc de proposer un événement qui rassemble tout le monde, et qui fasse bouger la ville de Clamart !

 

festical_creaparc_odela_financement_participatif

 

Réunir les gens et leur donner le choix

En développant le projet et en contactant différents intervenants et acteurs de la ville, on s’est aperçus que les gens nous associaient au Forum des Associations de la ville, qui présente les associations et leur travail. Mais nous voulions nous distinguer : ce qui nous intéressait, c’était l’aspect participatif, en proposant des ateliers de découverte gérés par les artistes, un atelier maquillage pour les enfants, une initiation au street art…

C’est aussi pour ça que la Mairie nous a soutenus : on voulait rester polyvalents et ne pas privilégier un style en particulier. Notre façon de voir les choses, c’est de réunir les gens, de leur donner le choix et de créer des passerelles.

 

festival_creaparc_odela_clamart

 

Préserver la diversité des créations

Le projet lui-même a été permis grâce à cette vision : je n’aurais pas réussi si j’avais été seul, assisté par trois autres « moi » ! Notre équipe était à la fois soudée et complémentaire, et c’est cet état d’esprit qui nous a permis de tout organiser et de mener la campagne à bien. Associé au crowdfunding, l’entreprenariat culturel est un moyen de préserver la diversité des créations et des modèles économiques des associations sur l’ensemble du territoire. Pour l’instant, nous nous sommes appuyés sur un lieu que nous connaissions bien, mais nous souhaitons bien entendu étendre la démarche en nous déplaçant et invitant des artistes et associations étrangères à venir à la rencontre des gens. Cette expérience nous aura beaucoup appris, et j’en retire deux choses essentiellement : de belles rencontres et de bons souvenirs !

 

Le financement participatif, un moyen de valider un projet

Les actions qui ont le plus d’impact sont naturellement celles dont les retombées sont mesurables. La communication notamment, que ce soit grâce aux réseaux sociaux, avec la campagne de financement, ou bien la communication directe. C’est un moyen très efficace de mesurer l’engouement que le public peut porter à un projet, c’est pour ça que la campagne de mécénat participatif est un super indicateur de potentiel en matière de projet.

 

equipe_odela_festival

Les membres de l’association Odela au festival

 

L’anticipation, clef de l’efficacité

Plusieurs des problèmes qu’on a pu rencontrer lors du festival sont liés au manque de temps disponible pour organiser l’événement (période courte entre l’acceptation du projet et l’événement). Ce temps dont nous disposons désormais va nous être énormément bénéfique pour tout anticiper, mieux communiquer et ainsi mieux gérer l’organisation de cette prochaine édition. Logiquement donc, si je pouvais revenir en arrière, je proposerais ce projet plus tôt, moins hésiter à le lancer. Le temps est important et tout ne peut être parfait la première fois…

 

Un projet financé à 100% par le domaine privé

Nous nous sommes rendus compte très tard de l’importance du domaine privé pour financer ce type de projet. En France, on a la chance d’avoir recours à des financements publics (aide de la commune, du département, de la région…etc.), ils sont plus moins faciles à obtenir. N’ayant pas eu la chance d’en avoir pour cette première édition, nous avons fait le choix de nous tourner vers le crowdfunding, un des financements privés les plus efficaces, vers lequel on se retourna sans hésitation pour la prochaine édition, mieux préparée !

 

Les mécènes, une dynamique de soutien

Ne pas hésiter à faire appel aux âmes généreuses que sont les mécènes ! Le résultat ne peut être que positif, que ce soit grâce aux rencontres qui en découlent ou bien le fait de sentir son projet soutenu. Croire en son projet me semble aussi très important, c’est probablement une des raisons qui a fait qu’on a pu proposer, grâce à tous ces soutiens, un projet réussi.

Commeon

Nous sommes la 1ère plateforme de mécénat participatif ! Notre mission ? Démocratiser le mécénat pour faciliter aux structures à but non-lucratif l'accès au financement participatif. Notre mot d'ordre ? J'aime, je mécène !

Leave a comment

Please be polite. We appreciate that. Your email address will not be published and required fields are marked