Pourquoi la conservation du patrimoine ?

La Journée d’étude : « Mémoires du patrimoine : le patrimoine menacé par la crise économique » (Paris, INHA) le 12 avril dernier à la galerie Colbert a réuni des spécialistes de différents horizons : chercheurs (CNRS), conservateurs , archéologues, institutionnels, crowdfunders et associations (VmF, Ecole du Louvre Junior Conseil), pour examiner sous différents angles et tenter d’apporter des idées et des solutions à la question des rapports entre patrimoine culturel et crise économique.

Le discours d’introduction de Philippe Belaval, président du Centre des Monuments Nationaux et parrain de l’évènement, est une revue à 360° de la mission de conservation, dans sa dimension temporelle, intemporelle et républicaine. « Il n’y a pas de fatalité de la crise» : une réflexion engagée et sans détours.

mempatri

Premier point : La question des ressources financières ne peut être évitée, c’est une condition d’existence même de la mission de conservation. « En temps de crise il faut trouver des ressources nouvelles, c’est une infinie question ». Hommage est rendu à cette occasion au dispositif audacieux de la loi mécénat, avec un rappel à l’ordre sur les limites d’un outil qui ne saurait être une fin, et qui tend à favoriser ceux déjà facilement financés. « On peut s’interroger s’il ne serait pas plus raisonnable d’avoir moins d’or sur les toits de Versailles et plus de moyens à un château comme Compiègne ». Parmi les innovations à explorer, est évoqué le financement participatif du patrimoine, pour ses bénéfices de mobilisation des publics et de « retirer un grand effet d’attention ». Enfin, la question du partage des ressources et de la mutualisation des outils est abordée, en mesurant le chemin à parcourir pour faire évoluer des mentalités.

Deuxième point : Patrimoine et identité, la question de la mission républicaine de la conservation est réaffirmée : « Notre conception républicaine du patrimoine est à l’opposée de la conception identitaire et considère le patrimoine dans l’acceptation sa diversité, c’est une chance d’avoir un patrimoine aussi étendu et diversifié »

Troisième point : Patrimoine et création actuelle : « L’exposition d’art contemporain dans les lieux historiques est une opportunité très riche. La noblesse de l’histoire c’est aussi respecter le mérite que notre époque puisse y rajouter. L’art contemporain permet aussi de changer le regard apporté par la création. Toute création est appelée un jour à devenir patrimoine et le patrimoine est une valeur d’avenir : c’est un dialogue permanent. »

Dialogue, tout est là.

atrium galerie medicis mémoire patrimoine

Pause musicale dans l’atrium de la galerie Médicis, journée Mémoires du Patrimoine, 12.04.2014

L.B.

 

 

Leave a comment

Please be polite. We appreciate that. Your email address will not be published and required fields are marked