ERnett, quand le mécénat devient une stratégie d’entreprise

ERnett-logo-mecenatC’est un cas d’école du mécénat d’entreprise en France, et une vision aussi ambitieuse que créative. L’entreprise ERnett à Rouen, a décidé de développer des relations étroites avec l’Opéra Rouen Normandie, afin de changer la perception du métier d’entreprise de nettoyage. Rencontre avec son dirigeant Jean Furet, une personnalité dynamique avec des idéaux.

Jean Furet est intervenu le 9 septembre à la conférence TWELVE #2 “Entreprises locales, acteurs de l’intérêt général : unissez-vous !” organisée par Commeon !

 

L’appétence d’un dirigeant qui a permis de construire une stratégie d’entreprise

J’ai toujours aimé la culture. Arrivé à Rouen en 1996, j’ai découvert une ville où l’on peut rencontrer facilement des acteurs culturels. Des amis ont sollicité l’aide financière de ERnett, mais je n’avais pas assez de moyens. Je me suis mis donc mis à faire du mécénat de compétences.  Je leur ai donné un coup de main à travers la mise à disposition de matériel de nettoyage. Un jour on m’a contacté pour me proposer de devenir mécène et de former un club entreprises pour l’Opéra de Rouen. Ça m’a tout de suite plu car derrière ce projet, il y avait une logique d’entreprise.

jean-furet-mecenat-pme-culture-rouen-david-morgandi

Portrait de mécène de l’Opéra de Rouen Normandie ©David Morganti

Le mécénat PME comme moyen de différentiation

Il y avait d’abord l’entreprise de nettoyage ERnett que j’ai repris, elle était au bord du désastre. Ma première action a été de réfléchir à des actions de valorisation de l’image des métiers du nettoyage, considérés comme ingrats.

La culture a une image d’excellence, il n’y avait rien de mieux pour valoriser ce métier et j’ai pensé que cela pourrait intéresser le personnel. On a commencé par proposer du mécénat de compétences à l’Opéra de Rouen. L’établissement me proposait en échange d’inviter des clients à l’opéra, et petit à petit le personnel de mon entreprise.

Sur nos plaquettes commerciales, nous utilisons exclusivement un vocabulaire lié à la musique. Toute notre communication tourne autour de la musique, qu’elle soit visuelle ou textuelle, c’est notre parti pris. Au début, on me disait que la concurrence était trop forte et que l’on pouvait se passer des services de ERnett. La valorisation du savoir-faire ERnett et l’implication de nos salariés dans le mécénat de l’entreprise s’est avérée stratégique. Aujourd’hui, en cas de désaccord, nos clients cherchent à résoudre les problèmes plutôt que de couper la relation et de trouver un autre prestataire.

 

Mecenat-pme-opera-de-rouen

 

“On a invité le personnel à découvrir le lieu où ils travaillaient”

Au départ, les salariés n’étaient pas tellement demandeurs. On a invité dans un premier temps les salariés qui intervenaient sur le site en leur proposant une visite des coulisses, des ateliers, l’histoire du lieu au sein duquel ils intervenaient. La découverte des métiers autour de la couture et de la machinerie, a été un élément déclencheur qui les a décidés à franchir le pas. Les équipes de l’Opéra de Rouen ont aussi proposé aux salariés ERnett d’assister à un opéra chanté pour les enfants, des opérettes, qui rompent un peu avec l’image que l’on peut avoir de ce genre de spectacle.

Parallèlement j’ai continué à proposer des coups de main sur des petites structures, même à un niveau comptable. Le chef d’orchestre n’est pas comptable, du coup on partage nos compétences.

 

La clef d’un mécénat réussi : une implication forte des deux parties

Si l’on veut faire du mécénat il faut arrêter de le faire à la petite semaine, il faut que ce soit professionnel. Il faut une complicité entre la structure qui reçoit et l’entreprise.

Les porteurs de projets au sein des collectivités doivent oublier tous leurs a priori sur les entreprises, en particulier l’idée d’une approche purement mercantile. Il faut considérer qu’il s’agit d’un échange créateur de valeur pour les deux parties. L’implication du patron est un plus, mais son activité c’est de créer de la richesse qui crée de l’emploi.

L’entreprise ne peut pas toujours se permettre d’avoir un responsable qui s’occupe à 100% du mécénat. Pour ça, il faut que le porteur de projet aide l’entreprise qui n’a pas les ressources humaines nécessaires à la mise en place d’un responsable mécénat en lui proposant par exemple la création d’un message dédié au personnel de l’entreprise sous forme d’affiche. Il faut créer un pur partenariat entre l’entreprise et la structure qui reçoit. Avec la responsable mécénat de l’Opéra de Rouen, nous avons convenu que lorsqu’est réalisée l’affiche d’un spectacle auquel seront conviés les salariés, les équipes de l’Opéra préparent également des flyers que l’on agrafe directement aux fiches de paie afin que les salariés et les équipes de l’Opéra aient la possibilité de s’organiser directement ensemble. Cela s’inscrit dans une logique de vie d’entreprise.

Il est essentiel de professionnaliser toutes les petites structures qui nous sollicitent, de créer des liens qui dépassent le relationnel / l’affectif, afin que cette action de mécénat rentre dans les mœurs.

 

Une relation à valoriser, des leviers à activer

Si on ne fait rien, cela restera tel que c’est. On dit qu’il y a de plus en plus d’entreprises mécènes, je suis plutôt réservé face à cela, il faut d’ailleurs exclure les fonds de dotation. Au niveau des pouvoirs publics, il faudrait mettre en place une vraie politique de communication sur le mécénat d’entreprise, qui pourrait s’axer notamment sur les motivations de nos actions de mécénat, car beaucoup d’entreprises mécènes sont encore trop souvent dénigrées.

D’un autre côté, il y a un frein technique. Nous sommes bien perçus comme des points de financement alternatifs mais les processus et la culture du côté des collectivités n’ont pas évolué. Il faut vraiment s’adapter à la structure publique où tout est assez compliqué et long, entre le passage des commissions, changement régulier des élus… Je vais monter une association pour animer les quais de la Seine, pour cela je dois passer par le Conseil Général et le Conseil Départemental, ce qui prend du temps… Nos rythmes ne sont pas les mêmes.

 

Des perspectives alternatives pour soutenir le développement du mécénat des TPE & PME

En-dehors des structures publiques, Admical serait un acteur pertinent pour réaliser un accompagnement côté entreprises, en fournissant des outils et en abordant les bonnes pratiques. Il faudrait qu’Admical renforce son ouverture vers la PME qui a été initialisée depuis quelques années. Peut-être faudrait-il qu’ils s’associent avec d’autres entités comme le syndicat des experts comptables, par exemple. Plus ouverts aux structures de petite taille, ils se diversifient beaucoup et pourraient offrir un conseil pertinent pour aider les petites et moyennes entreprises à gérer et développer leurs actions de mécénat.

 

Envie d’aller plus loin ?

> Conférence : Jean Furet s’exprime sur le mécénat des TPE-PME
> Conférence : Juliette Démares (Opéra de Rouen) raconte le partenariat avec Jean Furet et Ernett

Leave a comment

Please be polite. We appreciate that. Your email address will not be published and required fields are marked