Le Chantier de l’Homme

façade-mnhn-225x300

Le 9 février dernier, le chantier du Musée de l’Homme ouvrait ses portes. Les responsables de la communication, les artistes et le personnel de sécurité accueillaient un dimanche après-midi de 14h à 18h au Trocadéro à Paris un groupe restreint de visiteurs pré inscrits sur Facebook. Une expérience à part, un privilège d’entrer dans les coulisses et de rencontrer les artisans et artistes du projet.


Jeu de piste

Trouver l’entrée est réservé aux initiés. Les portes usuelles affichent : ‘fermé au public jusqu’en 2015’. Par chance, les gardiens du Musée d’en face, celui de la Marine, indiquent de ressortir et descendre en bas des escaliers. Dehors, marches monumentales, vendeurs de souvenirs, photos de touristes avec tour Eiffel, skaters et freestylers, mais pas d’indication visible. Au ras du bâtiment, le long du jardin, des grilles provisoires, des engins de chantiers. Dans le coin, une petite porte discrète, décorée de mises en garde de port de casque, interdit, attention danger, puis un petit A4 «accès piéton ». C’est là.

entrée-mnhn-2-225x300

Lieu en création

Derrière la porte, après un nouveau sas de sécurité, arrive une jeune femme souriante casquée de plastique. « Voilà votre casque, venez vite, on va rattraper le groupe.» On engouffre un escalier provisoire décoré par un des artistes éphémères grapheur, explications à venir.  On débouche sur la galerie, immense, lumineuse, volumes pharaoniques, chaos de formes naissantes de béton et métal.galerie mnhn

 

Le groupe parcourt la galerie monumentale. Le chantier abrite depuis quelques mois le passionnant projet Art in Situ, qui réunit six artistes pour la réalisation d’œuvres éphémères en lien avec le chantier et le lieu ( http://www.museedelhomme.fr/actualites/art-situ). Aujourd’hui les artistes sont présents, répartis dans la galerie, et témoignent chacun à leur tour devant leur création. Réunis sous les mêmes casques de chantier, visiteurs, artistes et cadres écoutent et questionnent.

 

Que se disent-ils ?

Chaque artiste évoque l’histoire de l’avant, du concept, de l’intention, déjà très bien documenté sur le site. Plus touchante est la manière dont ils racontent avoir du composer avec les éléments assez hostiles du chantier, et surtout avec le temps. Le parti pris de l’éphémère crée une certaine tension dramatique, qui les réunit dans une solidarité singulière. Elle est sensible lors de la performance du premier artiste du programme Art In Situ, et le dernier de notre visite, Alain Cardenas Castro, seul devant la vidéo de son œuvre déjà recouverte. Il est applaudi chaleureusement par ses pairs, puis par le petit public. (vidéo sur https://www.facebook.com/museedelhomme). Dans ce  Musée de l’homme en devenir se joue aussi une histoire d’hommes, et de femmes.

(l’artiste Diana Quinby ).alice quinby mnhn

 

Un lien spécial

Nous sommes le 6ème et dernier groupe de la journée. Derrière nous chuchotent le directeur de la photographie et la directrice de la communication. « C’est le dernier groupe alors ? oui c’est fini après. Pas d’autre visite programmée ? je ne crois pas, c’est dommage » Nous sommes un dimanche, en temps de travail supplémentaire, accueillis par des professionnels qui témoignent de leur travail avec une passion discrète mais sensible. Le personnel de sécurité en costume noir et blanc s’est réuni à la sortie pour nous saluer chacun d’un bonsoir Madame ou Monsieur.

Je traine un peu avant de passer la porte. Derrière moi, les gardiens en costume emportent la dernière poubelle et sortent ensemble en riant. J’ai l’impression de partir d’une fête d’amis. Je reviendrai avec plaisir, même quand le mystère sera fini, le musée terminé, inauguré, ouvert à tous, et je garderai un œil différent grâce à ce détour.

 

Partager un projet ou un chantier, pendant un temps, nous donne à voir une autre relation à l’œuvre et au lieu. une dimension plus incarnée, chaleureuse, de notre relation à l’art et à la culture.

Leave a comment

Please be polite. We appreciate that. Your email address will not be published and required fields are marked