ERnett, quand le mécénat devient une stratégie d’entreprise

ERnett-logo-mecenatC’est un cas d’école du mécénat d’entreprise en France, et une vision aussi ambitieuse que créative. L’entreprise ERnett à Rouen, a décidé de développer des relations étroites avec l’Opéra Rouen Normandie, afin de changer la perception du métier d’entreprise de nettoyage. Rencontre avec son dirigeant Jean Furet, une personnalité dynamique avec des idéaux.

Jean Furet est intervenu le 9 septembre à la conférence TWELVE #2 “Entreprises locales, acteurs de l’intérêt général : unissez-vous !” organisée par Commeon !

Utopia 56 : votre don a un visage

En deux ans, Utopia 56 s’est imposée comme l’une des organisations les plus actives dans la protection des réfugiés en France.

L’association morbihannaise est née de cette utopie : rassembler autour de la cause humanitaire, d’un côté des gens qui pouvaient donner de leur temps (essentiellement des étudiants) et de l’autre, des personnes prêtes à faire des dons afin d’élargir les actions, de les renforcer.

Aujourd’hui soutenue par la Fondation de France, Utopia 56 a lancé courant 2017 un programme de mécénat participatif sur Commeon.

À l’occasion de l’atteinte de l’objectif des 9000€ et des 110 mécènes, retour sur cette belle aventure avec Chrystel, responsable de la collecte.

 

Philanthropie & entreprise : redonner à la société

Interview François, dirigeant de la société Gaston & Cie à Levallois.

Contributions aux projets Crea’Parc Festival : on déclame l’art à Clamart”  et Festival Créa’Parc 2017: On (re)déclame l’art à Clamart ! de ODELA Festival

 

L’engagement philanthropique est souvent associé aux particuliers, mais il peut tout aussi bien s’inscrire dans une démarche désintéressée d’une entreprise qui chercherait à soutenir une cause d’intérêt général ou une structure à but non-lucratif. L’exemple de François vient nuancer la dualité entreprises/particuliers : en parlant de bien commun, cette frontière a-t-elle vraiment lieu d’être ?

 

Le mécénat participatif comme outil de partage

En avril 2017, une radio associative marseillaise baptisée Radio Grenouille fait ses premiers pas en mécénat participatif en lançant un programme annuel collaboratif sur Commeon.

Un mois après le lancement, le programme de collecte de l’association avait déjà récolté plus de 10 000 €. L’association, toujours en alerte sur les nouvelles économies collaboratives, et notamment séduite par l’outil d’automatisation des reçus fiscaux de Commeon, s’est lancée dans l’aventure afin de « faire vivre le tout ». Retour enthousiaste sur ce projet avec Pauline Gervais, responsable de la communication et du développement chez Radio Grenouille.

 

Le don en ligne, tout simplement !

Nous le constatons tous les jours chez Commeon, la pratique du don aux associations est en pleine mutation. L’expérience de Sylvie est parlante : pour elle, le don aux associations est associé à des sollicitations trop nombreuses ou mal adressées, alors que le don en ligne est beaucoup plus simple. « Ce qui fait que je ne donne plus aux associations, c’est qu’on est harcelés de courriers, de petits cadeaux, et de la part de beaucoup d’organismes, à cause de la revente des fichiers de contacts », indique-t-elle, agacée.  « Sur internet, il n’y a pas cet aspect, c’est plus simple », complète-t-elle : le don en ligne serait-il plus conforme aux attentes des donateurs d’aujourd’hui ?

Les mécènes-acteurs

Interview de JeanChristophe, 35 ans, habitant à Marseille.

Contributions aux projets « Tant va la Cruche » de lEnvolée Lyrique, et « Le Théâtre musical » de Funny Musical Productions 

 

Ténor lyrique de profession, Jean-Christophe est à la fois porteur de projets artistiques et mécène engagé : il partage aujourd’hui cette double expérience sur le mécénat participatif pour y relever les points les plus encourageants selon lui.

 

« Soutenir les gens qui sont moins connus »

En tant qu’acteur du secteur culturel en France, Jean-Christophe ne se fait pas d’illusion sur les difficultés de financer des projets pour les plus petites. Attendre après les subventions n’est plus une solution réaliste pour bon nombre de projets, et le mécénat participatif prend alors tout son sens. « Le mécénat participatif, c’est formidable, puisque cela permet aux gens de créer leur projet sans attendre après les institutions qui sont parfois très frileuses, surtout pour soutenir les gens qui sont moins connus. »

Quand un château renaît de ses cendres… grâce au crowdfunding

Retour sur la campagne réussie du Château de Salvert qui a réussi à récolter plus de 51 000€ grâce à 185 mécènes pour entreprendre la rénovation du château, ravagé par un incendie.

 

Un événement déclencheur

chateau-salvert-incendie-mecenatLorsque le Château de Salvert est ravagé par un incendie en mars 2016, Marguerite de Romans, une des filles des propriétaires du château, ne se laisse pas abattre, au contraire : elle voit cette épreuve comme un moyen d’intensifier les efforts de la famille pour la conservation du Château. « La sauvegarde de Salvert a toujours été un objectif premier. Avec l’incendie, cette problématique est devenue capitale. »

Chaque don a son histoire

Le mécénat c’est vous #4 :
Quentin, 25 ans, Rouen

Contribution au projet Jeune homme de 545 ans cherche mécènes– Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon

Ancien étudiant en Histoire de l’Art, Quentin garde un attachement très fort à ce domaine : c’est ce qui l’a mené vers une campagne de crowdfunding originale, qui prenait ses racines pourtant bien loin de chez lui. 

J’ai soutenu mon mémoire sur la renaissance italienne l’année dernière et j’ai découvert l’existence du tableau au cours de mes recherches. Cette année, en parcourant un site internet consacré à l’art, j’ai découvert que le tableau devait être restauré : j’ai donc décidé de participer à sa restauration, tout simplement !

Le mécénat de rencontres

Yohan Rimaud, Conservateur au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, fermé au public pour rénovation. Confronté à la problématique d’animer le musée sans pouvoir inviter le public à le visiter, il a fait preuve d’originalité et d’audace pour faire parler du musée en lançant sa campagne de crowdfunding pour restaurer un « Portrait de Jeune homme à la roque rouge » malicieusement intitulée « Jeune homme de 545 ans cherche mécènes »

Les mécènes citoyens

Le mécénat c’est vous #3 :
Bruno, 35 ans, Clamart

Contribution au projet Soutenez la République – Musée de la Révolution Française

Bruno travaille au Musée d’Orsay, mais son engagement pour l’art ne s’arrête pas là : passionné de la période révolutionnaire, il a décidé de participer à la campagne de crowdfunding lancée par le Musée de la Révolution Française de Vizille pour financer la restauration du tableau « La République française » peinte par Jean-Baptiste Wicar en 1793. Retour sur cet engagement qui dépasse le simple engouement artistique.